Les vrais Gaullistes ne peuvent être chez les Républicains, mais au FN - Par Michel Cataneo

Publié le 13 Octobre 2016

 

JuppeSarkoFillonLemaire

Dans la Provence de Mardi, Bernard Reynes (LR et référent du Comité de soutien à Nicolas Sarkozy pour les primaires dans la 15e circonscription des Bouches-du-Rhône) a déclaré qu’ « il y a beaucoup d’électeurs qui ont quitté Les Républicains pour le FN et qui veulent repartir avec lui ».

En tant que Gaulliste élu à Marseille sous l’étiquette FN en 2014 dans le 4e secteur (6e et 8e arrondissements) je me devais de lui répondre car ces électeurs sont pour le moins introuvables car improbables…

Pourquoi ? Le Gaullisme c’est certes un patriotisme mais qui, concrètement se traduit par le refus du joug de l’UE. De l’euro, de l’OTAN, du libéralisme anglo-saxon et des banques privées, la méfiance à l’égard du système, la préférence pour la voie référendaire concernant les grandes décisions politiques, le refus de l’étiquette de droite ou de gauche, la croyance en une possible restauration, maintien ou renaissance de la grandeur de la France millénaire.

Nous sommes donc à l’opposé des valeurs de LR en général et de celles de Nicolas Sarkozy en particulier.

Donc non seulement les souverainistes qui ont basculé vers le FN ne reviendront pas, mais de plus en plus de patriotes sincères, déçus par l’action et les programmes proposés ou appliqués ces dernières décennies par leurs leaders RPR-UMP-LR et par le spectacle actuel désastreux et anti-Gaulliste des primaires, rejoindront dans les mois qui viennent le parti qui a incorporé les valeurs Gaulliennes en son sein, c’est à dire le Front National.

Le reste n’est que vaine incantation de campagne.

Michel Cataneo

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

jean-luc 13/10/2016 20:10

La Provence, la Provence ... ne serait-ce pas cette feuille de chou où Bernard Tapie est actionnaire majoritaire ? Pas un article militant en tout cas dans ce canard détenu par un ex-ministre socialiste ... Ah la politique ! Ah le journalisme ! Quel tandem.