La dictature médiatique à l'oeuvre. La bien pensance à vomir.

Publié le 17 Février 2015

Louis Aliot fait l'objet d'une caricature.

Ses propos sont déformés. Le système politico-médiatique voit le mal partout et souffre que des citoyens ne soient pas encore dans le moule de Big-Brother. 

Ici nous vous disons tout le mal que nous pensons de ces "libres penseurs" de gauche qui ne supportent pas la contradiction. Qui veulent bien que vous pensiez à condition que ce soit comme eux. 

Ici nous vous disons comment observer toutes les tentatives pour affaiblir la réflexion, le bon sens, et changer votre vision du monde et bien plus encore, votre culture en utilisant les scénarios de téléfilms, et films. Vous mettre dans la tête que le "vivre ensemble" est l'avenir alors même que ce vivre ensemble nous tue en tant que Nation, en tant que peuple de culture judéo-chrétienne et fier de ses 1500 ans d'Histoire. De Clovis à De Gaulle en passant par nos Rois et Empereurs. Soyez vigilants, soyez critiques, gardez-vous des raccourcis. 

Gérard Brazon

************************

Le vice-président du Front national Louis Aliot a comparé l'Internationale chantée à l'enterrement du dessinateur Charb à des chants nazis, lors d'une récente intervention devant des militants FN des Hauts-de-Seine dévoilée dans une vidéo publiée sur le site Le Lab.

"J'ai été un peu "espanté"(étonné, ndlr), comme on dit chez moi, de voir sur BFM l'enterrement de Monsieur Charb au son de l'Internationale, le poing levé, au moment où nous commémorions le suicide de Jan Palach, jeune qui, contre l'URSS, s'était immolé par le feu en Tchécoslovaquie pour contester ce système totalitaire", explique le compagnon de Marine Le Pen dans ces propos remontant au 1er février selon Le Lab. (A l'occasion d'une galette offerte par la Fédération du FN92. ndlr Gérard Brazon)

"Est-ce que vous imaginez l'inverse?

A la télévision, un enterrement avec des chants nazis, des drapeaux nazis, des anciens nazis?

Parce que moi, dans mon esprit, je ne fais pas la différence entre l'un et l'autre (entre l'Internationale et des chants nazis ndlr). C'est pour ça que je suis choqué d'ailleurs", a-t-il ajouté.

"Pour être tout à fait franc, moi je ne suis pas Charlie, je ne l'ai jamais été, je ne le serai jamais", avait-il dit auparavant dans cette vidéo.

Il s'est ensuite défendu d'avoir "une haine particulière contre les communistes", faisant remarquer qu'au FN, "il y avait beaucoup d'anciens communistes".

 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article