Sami Aldeeb : les « bons » musulmans veulent appliquer la charia sur toute la planète (vidéo) - Par Guy Sauvage

Publié le 16 Février 2015

La vidéo numéro 2, que nous proposons aujourd’hui, permet de comprendre la séparation supposée nette entre les « bons » et les « mauvais » musulmans (qualificatifs employés par les musulmans entre eux), et la volonté des « bons » musulmans d’imposer la charia sur toute la planète.

« Bons »  et « mauvais » musulmans

Nous vivons une magnifique époque de confusion conceptuelle de l’islam souvent instrumentalisée…

Le dénominateur commun de tous les pays musulmans consiste en 2 références  absolues et incritiquables : la sacralisation du coran et du modèle idéalisé de Mahomet.

Pour nombre de musulmans, se départagent 2 « catégories » de croyants : les « bons » et les « mauvais » musulmans.

Les « bons » musulmans seraient :

– ceux qui suivent au plus près la lettre du coran, supposé « dicté » par dieu, donc parfait, sans toucher à une virgule, toute critique étant vécue comme blasphématoire et assortie de sanctions dissuasives.

– et ceux qui imitent au plus près les pratiques de la vie légendaire de Mahomet, tout aussi intouchable dans les mêmes menaces de rétorsion terrible (comme l’actualité nous le rappelle).

Les « bons » musulmans optent pour l’application intégrale du droit musulmanla CHARIA  et l’ensemble de ses sanctions médiévales (mutilations, décapitations, lapidations, esclavage, etc.)

Les « mauvais » musulmans seraient :

– ceux qui ne suivent que partiellement les prescriptions du coran et les actes de Mahomet, rapportés par des on-dits.

Les « mauvais » musulmans » appliquent le droit dit arabe, un mélange de charia incomplète et de droit à tendances occidentales.

Les conflits meurtriers des musulmans entre eux s’éclairent par cette division simpliste :

–       les « bons » reprochant à mort le laxisme et la tiédeur de la foi des « mauvais », équivalents de l’apostasie

–       les « mauvais » en situation d’incohérence et de paradoxes, puisque tenus de fidélité à la lettre coranique et aux pratiques de Mahomet et impossibilité d’en assumer tous les attendus et leurs conséquences.

Ils s’affirment musulmans, tout en tentant d’en écarter le pire, pourtant indissociable du corps de la doctrine.

Comment prôner des libertés aux antipodes des fondamentaux des prescriptions « divines », comment concevoir une égalité de droits pour les non-musulmans ou pour les femmes, comment introduire un respect pour les athées et pour le différent de soi…

Leur argumentation se formule pauvrement en  dénégations et contre-vérités : « l’islam, ce n’est pas ça », ou «  le terrorisme dénature l’islam », si pacifique et humanitaire dans son vivre-ensemble .

Problématique en impasse, aucune remise en relief des questions de fond…

Les occidentaux qui méconnaissent les références de la mentalité islamique pensent, dans leur projection ethnocentriste, que l’alternance orientale oscille entre droite/gauche ou dictature/démocratie.

Mais l’alternance en pays musulman se fait entre pouvoir des « bons » musulmans (Etat Islamique, Iran, Arabie, Libye, Al Qaïda, Somalie, Nigéria, etc.) et « mauvais » (toutes les autres dictatures arabes plus ou moins pragmatiques).

C’est ce que l’on retrouve dans toute la malheureuse histoire des pouvoirs politiques dans l’islam (Andalousie, Iran, Pakistan, Afghanistan, Irak, Syrie, etc.).

Le « bon » islam, le plus « pur », ne meurt jamais…, du moins tant que pareils textes dits sacrés (coran) et que pareil modèle humain (Mahomet) seront intouchables sous peine de mort physique (dans les Etats islamiques modèles) ou sociale (dans les Etats islamiques dits modérés).

Aucun courant actuel perceptible n’ébauche le commencement d’une critique argumentée de ces 2 piliers de l’islam du 7ème siècle.

Guy SAUVAGE 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Pivoine 16/02/2015 13:26

Les musulmans ont fondé leur propre parti. C'était à prévoir, mais je crois que les socialauds ont accéléré les évènements, tout d'abord en instituant le mariage homosexuel, ensuite par la théorie du genre, avec les membres de LGBT se rendant dans les écoles pour faire leur propagande. Sans oublier cette "Marche des Fiertés" où l'on voit ces dépravés s'exhiber de façon obscène ! Le vice exalté par le Parti des Salauds ne pouvait que pousser les musulmans, leurs chouchous, à prendre leurs distances, pour finalement s'opposer à lui. Car ce sera autant de voix en moins pour les candidats socialauds !