Turquie : Larmes de sang pour Özgecan, jeune fille martyre.

Publié le 19 Février 2015

On a entendu tellement de phrases révoltantes depuis deux  ou trois ans, tellement de déclarations misogynes qu’on en a la nausée ; les crimes contre les femmes ont augmenté de 1400 % depuis sept ans. Nous, femmes, nous ne devons plus permettre qu’une jeune fille de vingt ans ne devienne la proie des bourreaux parce qu’elle est montée dans un minibus toute seule. Nous ne devons plus permettre qu’un homme écrive impunément  qu’une fille de six ans peut être donnée en mariage ou qu’une fille qui étudie deviendra une prostituée. Nous ne devons plus permettre que chaque jour, trois femmes en moyenne perdent la vie. Si quelqu’un peut se dresser contre le règne des ténèbres, ce sont les femmes, c’est nous. Halte à l’obscurantisme !
Les mairies éclairées de Turquie doivent organiser pour les femmes des séances gratuites de self-défense ! Face à tant de barbarie, il ne suffit plus de se désoler, de pleurer, d’écrire ; il faut transformer les femmes en Amazones. La pauvre Özgecan a vaillamment résisté à son agresseur mais elle ne savait pas se battre contre un couteau. Les femmes ne doivent plus être des brebis que l’on conduit à l’abattoir.
 
 
 
 
Ce matin, je me suis réveillée en sursaut vers cinq heures du matin et j’ai pensé à Özgecan. Elle a pris le minibus pour rentrer de l’université à la maison, et tous les passagers étant descendus, elle s’est retrouvée seule avec le chauffeur, qui a modifié son itinéraire habituel pour la conduire dans un endroit désert.
La pauvre jeune fille a été violée, poignardée, achevée avec une barre de fer ; ensuite, le violeur, avec l’aide de deux acolytes qu’il avait appelés en renfort, lui a coupé les mains pour qu’on ne retrouve pas les traces d’ADN sous ses ongles, a arrosé le cadavre d’essence et  a tenté de le brûler pour effacer les traces de son monstrueux crime.
Si je donne ces détails horribles, c’est pour que tout le monde comprenne à quelle barbarie peut se livrer un père de famille, si la femme qu’il a décidé de violer ne se laisse pas faire. J’imagine déjà le procès : des avocats véreux vont trouver à l’assassin des circonstances atténuantes, arguant du fait que cet ancien bijoutier, était en dépression car il avait été contraint de devenir chauffeur de minibus après avoir fait faillite ; un autre prétendra qu’ Özgecan avait regardé le chauffeur dans les yeux et qu’il y avait vu une invitation ; un troisième dira qu’elle portait un pantalon moulant…
Bref, tous ces arguments fallacieux et iniques dont on nous abreuve quand une innocente se fait violer ! Alors, nous, femmes, nous perdons le sommeil ! Nous imaginons le martyr de la jeune fille, la douleur de ceux qui l’aimaient !
Nous ne voulons plus de ce monde où certains hommes ne nous considèrent que comme une paire de cuisses ! Nous ne sommes ni des pondeuses ni des courtisanes et nous devons nous dresser contre ceux (ou celles, hélas ! parfois…) qui clament que l’égalité entre les sexes n’existe pas. J’y crois fermement : c’est par les femmes que les grands changements se réalisent !
 
 
Turquie : Larmes de sang pour Özgecan, jeune fille martyre.

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Pivoine 21/02/2015 16:40

Cela va de pair avec la réislamisation de la société !