Du néolibéralisme au national-socialisme - Par Simone Wapler

Publié le 27 Mars 2015

  Belle mobilisation des militants anti-mondialisation et anti-austérité pour l'inauguration du nouveau siège de la Banque centrale européenne de Francfort le 18 mars. En face, belle mobilisation policière -- pardon, des "forces de l'ordre" -- également.
Nous lisons et entendons souvent que la crise actuelle et le chômage de masse seraient dûs au néolibéralisme et aggravés par l'austérité. Suit en général un discours comme quoi tout irait mieux avec "plus de" : plus de réglementations, plus de régulations, plus de fonctionnaires pour les élaborer et veiller à leur application, plus de protectionnisme, plus de déficits, plus de dépenses publiques... Les Etatistes de droite et de gauche comme les militants anti-mondialisation sont tous d'accord. C'est ce qu'on appelle un consensus.
 
Dans néolibéralisme, on entend "néo", qui veut dire nouveau et "libéralisme" que Wikipédia définit comme "une doctrine de philosophie politique qui affirme la liberté comme principe politique suprême ainsi que son corollaire de responsabilité individuelle, et revendique la limitation du pouvoir du souverain".
On voit mal comment, en France, l'organisation économique actuelle peut être qualifiée de libéralisme
On voit mal comment, en France, l'organisation économique actuelle peut être qualifiée de libéralisme avec un Etat qui accapare déjà 58% du PIB national, ce qui limite la liberté du secteur privé ; simultanément, ce dirigisme se défausse de sa responsabilité au nom du principe "responsable mais pas coupable".
Quant au préfixe "néo", il suppose que nous ayons déjà connu une période de libéralisme. Force est de constater que les idées d'Alexis de Tocqueville, Benjamin Constant, Germaine de Staël, Frédéric Bastiat, etc. restèrent lettre morte en France. Il est vrai que nul n'est prophète en son pays...
▪ Où est le vrai libéralisme, dans tout ça ? 
En réalité, l'expression "néolibéralisme" est apparue en 1844 pour désigner un compromis confus entre le "laissez-faire" libéral et le planisme ou le dirigisme socialiste. Sa définition est floue. Comme tous les bâtards, le néolibéralisme a du mal à s'imposer. Comme tous les compromis, il ne mobilise pas une foule ardente de militants.
Où est le libéralisme lorsqu'un gouvernement fait adopter des lois, non pour protéger ses citoyens, mais ses argentiers ?
Le néolibéralisme d'aujourd'hui désigne une sorte de capitalisme de copinage qui s'appuie sur la dérèglementation financière pour subventionner l'irresponsabilité. Où est le libéralisme lorsque les banques qui ont un privilège de création monétaire sont trop grosses pour faire faillite ? Où est le libéralisme lorsque les députés s'auto-amnistient comme en 1989 ? Où est le libéralisme lorsqu'un gouvernement fait adopter des lois, non pour protéger ses citoyens, mais ses argentiers ? Comme en décembre 2013 avec une loi hâtivement élaborée pour couvrir les banques et notamment Dexia des effets délétères des emprunts toxiques aux collectivités locales. Où est le libéralisme lorsque la Banque centrale européenne emploie 1 500 fonctionnaires pour réguler la monnaie ? Où est le libéralisme lorsque cette même Banque centrale européenne se livre à des manipulations monétaires dont le but est de tricher sur les taux d'intérêt ?
Le néolibéralisme -- comme l'austérité -- est une farce. A force de dévoyer les mots, de restreindre les libertés et de refuser les responsabilités, on prive les Français de débat. Ainsi, à leur menu politique, ils n'ont plus le choix qu'entre un international-socialisme de droite ou de gauche ou bien du national-socialisme. Le véritable libéralisme, lui, ne figure plus à la carte depuis belle lurette. Pas assez engraissant pour les élus, probablement.

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Pivoine 28/03/2015 16:28

Je pense que le meilleur pour redresser l'économie du pays (entre autres choses) est Philippe de Villiers. Dans le département qu'il a dirigé pendant 20 ans, la Vendée, il a fait baisser le chômage. Et son successeur poursuit la même politique, ce qui lui vaut d'être le département où le taux de chômage est le + bas. Il a aussi participé à la création de l'entreprise Sidebo, qui se porte très bien. Dès le début, il déplorait le nombre élevé de fonctionnaires, voulait supprimer la taxe professionnelle, etc... bref prendre des mesures saines pour sauver les industries, et les emplois. Il faut espérer qu'il revienne en politique.

Pivoine 28/03/2015 16:28

Je voulais dire Sodebo.

Epicure 27/03/2015 17:28

EXCELLENTE analyse critique trop rare sur les blogs sérieux.
La France est foutue parce que les Français ne sont pas à la hauteur ni matures et ce ne sont pas les quelques 1% de créateurs géniaux qui sauveront un pays de fonctionnaires frileux.
Aucun système Partisan ne peut sortir la masse des citoyen,s et son élite aussi du marasme moral et intellectuel actuels.Pas plus les UMPS et corollaires bidons EELV FDG PC et autres noullles de centristes, que le FN en gloire, ne le pourront sans virer au système évoqué par Etienne Chouard, (le plus proche des mes idées de Constituante.)