Elections européennes : faire d’une pierre deux coups Par Patrick Clément

Publié le 19 Mars 2015

 
 
Disons-le franchement, les élections départementales des 22 et 29 mars prochains nous donneront l’occasion de faire d’une pierre deux coups selon l’expression consacrée. En votant Front National, il sera possible de faire mordre la poussière à la Gauche et de donner un grand coup de pied au cul de la Droite, en vous priant de bien vouloir me pardonner ce terme un peu cru.
 
Ne boudons pas notre plaisir. Les seuls moments où nous pouvons vraiment nous exprimer sans la déformation désormais honteuse de médias acquis à cette Gauche tentaculaire, c’est bien à l’occasion des élections qui restent un témoignage de la survivance de notre démocratie dans ce pays.
Faire mordre la poussière à la Gauche ? Mais oui, cette Gauche incarnée par les mensonges de François HOLLANDE et les erreurs réitérées depuis des décennies désormais par ce camp animé plus par l’idéologie que par la Raison. Quel triste bilan ! Rien ne sert d’extirper les mesures ou idées qui mériteraient un examen de rattrapage, l’échec global est flagrant et mérite d’être sanctionné à sa juste mesure. Pas besoin de longs commentaires. Il est temps, peut-être est-il trop tard d’ailleurs, mais il n’est que temps de desserrer l’étau de cette pieuvre mortifère pour notre pays.
Et donner en même temps un grand coup de pied au cul de la Droite pour que celle-ci entende le message des Français et le comprenne surtout. Puisque ces partis politiques de la Droite et du Centre ont du mal à donner un cap à leur action, ces élections sont un moyen de leur montrer la voie à suivre. Enfin !
Alors, le Front National détient-il la réponse aux maux qui rongent la France, et dans une certaine mesure l’Europe ? Je le concède, on pourrait discuter longuement de ses propositions qui, notamment sur le plan économique, suscitent de nombreuses interrogations. Lors des futures élections présidentielles, il sera temps de porter un regard critique sur le programme qui sera alors proposé par celle qui incarnera vraisemblablement ce parti, Marine LE PEN.
Mais pour l’heure, il s’agit des élections départementales. Vous savez, cet échelon territorial que la Gauche devait supprimer avant de se raviser, sans que l’on sache vraiment pour combien de temps. Il s’agit de cet échelon départemental secoué par une réforme territoriale débilitante dans laquelle on redécoupe des régions avant même de savoir ce que seront leurs compétences, ni celles d’ailleurs des départements. Comble de l’ironie, dans ce théâtre de Guignol, il nous est demandé de voter pour un couple Homme/Femme, parait-il pour des soucis de parité. Pauvre conception de la femme. Et surtout quelle injure faîte à ceux, dont je suis, qui pensent que la femme est l’égale de l’homme, et par conséquent capable de conquérir un mandat grâce à sa force de conviction et non à son état civil.
Ces élections départementales sont donc l’occasion de faire élire des candidats du Front National et peut-être de faire basculer des Conseils généraux en leur faveur. Et nous verrons bien comment ils s’en sortent. La Patrie n’est pas en danger. Regardons bien les prêches incantatoires contre le Front National qui ne serait pas un parti républicain sans qu’aucune preuve n’en soit rapportée. Vous me direz que nous sommes dans le domaine de la Foi. La Foi anti Front National. Pourrait-on rappeler à ces curieux prêtres qu’en lieu et place d’excommunication, il conviendrait de proposer un sermon argumenté pour exposer les raisons pour lesquelles les propositions de ce parti devraient être rejetées. Cela s’appelle le débat démocratique. Et les Français, à moins de penser qu’ils soient complètement stupides…, pourraient alors se faire une meilleure opinion de la chose que sur la base d’oukases bolchéviques n’ayant pas grand-chose à voir avec une démocratie bien comprise.
Donc, à l’occasion de ces élections départementales, le bulletin « Front National » sera une pierre lancée démocratiquement contre ce Pouvoir incompétent et cette Opposition dite de Gouvernement (déclarée telle au nom de quelle légitimité d’ailleurs par rapport au Front National) qui ne sait plus à quel saint se vouer pour tenter de tirer la France de l’ornière dans laquelle elle s’est enlisée depuis plusieurs décennies.
Et ensuite, nous verrons…
Patrick Clément

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article