Encore des dérapages de la part de journalistes qui jouent les supplétifs de la socia-lie.

Publié le 11 Mars 2015

 
Après les listes de candidats qui selon eux auraient commis des dérapages, ces supplétifs s'en prennent aux physiques des candidats.
Il y a deux semaines j'ai eu à subir les approximations, les mensonges, de journalistes qui m'attribuaient des articles qui n'étaient pas de moi dans la volonté de me taxer d'antisémite.
 
C'est la chasse aux frontistes de la part des journalistes de cette gauche ignoble qui se complaît à parler de liberté alors qu'elle étouffe la démocratie, se targue d'humanisme alors même qu'elle ne fait que du socialisme, c’est-à-dire, la main mise sur le peuple.
Gérard Brazon

 

Le dérapage anti-FN d’un journaliste de France Télévision doit être fermement condamné

par Karim Ouchikh,
Président du SIEL,
Administrateur national du Rassemblement Bleu Marine,
Conseiller municipal de Gonesse.
Candidat aux élections départementales de mars 2015 (Val d'Oise)

 

À l'approche des élections départementales des 22 et 29 mars, tous les moyens sont bons pour barrer la route aux forces du Rassemblement Bleu Marine. N'ayant plus guère de "dérapage frontiste" à se mettre sous la dent, refusant tout débat de fond sur nos propositions programmatiques, certains journalistes en sont réduits à se répandre en attaques indignes contre la personne même de nos candidats. 

C'est le cas de Michel Mompontet, journaliste de France Télévision, qui s'en prend dans un tweet odieux (depuis effacé) au physique de Rémy Besançon (SIEL) et Pierrette Gracieux (FN), candidats dans le canton de Deuil-la-Barre (Val d’Oise). Ce journaliste s’est permis de diffuser dans ce tweet fielleux l’affiche électorale de nos deux candidats avec ce commentaire déplacé : « Les visages de l’espérance selon le FN ». 

Ces basses attaques s’apparentent à une forme larvée de discrimination politique : elles n'ont certainement pas leur place dans le débat démocratique. Avec le RBM et Marine Le Pen, le SIEL demande solennellement à la direction de France Télévision de condamner explicitement les propos inacceptables de Michel Mompontet qui violent manifestement les principes déontologiques élémentaires de la profession de journaliste. De façon générale, les forces marinistes invitent tous les journalistes, - surtout ceux qui dépendent d’une chaîne de service public payée par tous les Français -, à se comporter dignement dans l’exercice de leur profession et à cesser de jouer le rôle de supplétif d'un pouvoir socialiste aujourd’hui à bout de souffle.

 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article