L'Arabie Saoudite soupçonne Hussein Obama d'informer l'Iran Par Daniel Greenfield

Publié le 29 Mars 2015

Thérèse Zrihen-Dvir

Richard Engel de l’NBC reportait le vendredi dernier que les fonctionnaires américains étaient stupéfaits pour n’avoir pas reçu de préavis avant le lancement des attaques contre les rebelles Houthis par les saoudiens. Selon Engel, les chefs militaires auraient pu découvrir en temps réel les évolutions sur la frontière du Yémen.
Engel déclarait que les fonctionnaires tout autant que les membres du Congrès étaient convaincus qu’ils n’avaient pas reçu d’alerte parce que les nations arabes ne font plus confiance à l’Administration d’Obama après ses liens d’amitié avec l’Iran.
« Les saoudiens et d’autres pays n’ont simplement plus confiance aux USA, ne croient plus en son administration et pensent que cette dernière œuvre afin de consolider des liens d’amitié avec l’Iran dans le but d’atteindre un deal en Suisse. Ils n’éprouvent franchement pas qu’un échange de renseignements secrets puisse être garanti. Et je pense que cette situation est en effet troublante pour la politique étrangère des USA », déclarait Engel.
« Troublant n’est qu’un euphémisme. L’Arabie Saoudite possédait un parcours intérieur à Washington D.C. pendant qu’Israël préparait des opérations surprises sans informer les USA, dont l’attaque du programme nucléaire de Saddam et celui d’Assad, tout récemment. Maintenant c’est au tour des saoudiens de considérer les USA comme un bras de l’intelligence iranienne, et ils ne sont pas les seuls.
L’étrange situation dans laquelle nous nous trouvons avec les pays musulmans dont les mains sont loin d’être propres, est qu’ils nous soupçonnent à juste titre d’être liés à des groupes jihadis comme la Confrérie Musulmane et l’Iran.
Cette situation peut être attribuée de la façon la plus simple à Obama…     

Rédigé par Gérard Brazon

Repost 0
Commenter cet article