Le CRAN : Cran : débarrassons-nous au plus vite de ces Guignols - Par Jean Roucas

Publié le 7 Mars 2015

 
 
 

Y'a pas bon Taubira 3

A Nice, le CRAN vient d’interpeller un pâtissier parce que la forme et la couleur de ses gâteaux évoquaient une forme pernicieuse de racisme colonial.
La polémique ressurgit, il y a quelques années, on avait supprimé du langage pâtissier les expressions « tête de nègre » et « nègre en chemise ».
Il faut pousser la répression plus en avant et interdire les religieuses et les pets de nonne qui sont une atteinte évidente au principe de laïcité.
Heureusement, le pâtissier niçois refuse de prêter le flanc à des accusations aussi tartes.
Ceci nous prouve cependant qu’avec l’interdiction de la fessée, le gouvernement a de hautes préoccupations, et, pour garder un langage pâtissier, je dirais qu’il y a  des tartes et des coups de pied aux miches qui se perdent.
Mais vautrons-nous avec humour dans le délire antiraciste des penseurs bobos, et interdisons à tour de bras au nom de la morale nouvelle, commençons par les bistrots. Plus question de commander un petit noir ou un petit blanc, de dire un jaune quand on commande un  pastis, et surtout pas une mauresque si on y rajoute de l’orgeat.
Supprimons aussi l’appellation barbe à papa qui pourrait choquer tous les enfants dont le père est djihadiste, donc barbu.
Et surtout, virons le plus rapidement possible tous ces guignols de la pensée unique, qui voient le racisme partout sauf là ou il se trouve.
Virons les en un éclair avant de nous retrouver chocolat.
Jean Roucas

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article