Pancarte d'un opportuniste et concert des pleureuses islamistes.

Publié le 31 Mars 2015

L’association musulmane « Jeunesse et citoyenneté » de Chelles (77) a bien obtenu en 2011 une promesse de vente de la part de Jean-Paul Planchou, l’ancien maire (PS), puis un permis deconstruire pour la mosquée, un an plus tard mais l’actuel maire UMP, Brice Rabaste, refuse le projet et tient à le faire savoir ostensiblement.
En pleine campagne électorale, Brice Rabaste  a planté une grande pancarte sur la route de Claye, à Chelles. Un grand panneau jaune siglé du logo de la commune, sur lequel est écrit en lettres noires « Projet refusé par la mairie ».
L’exploitation électorale est flagrante dans cette ville ou le Front National est arrivé en tête aux élections européennes avec près de 25 % des voix , en mai dernier d’après Le Parisien.
Ce projet, porté par l’association musulmane « Jeunesse et citoyenneté » et validé par la précédente municipalité, prévoit de bâtir six salles de classe et deux salles de prière sur un terrain de 1 000 m2. Sa capacité maximale est estimée à 500 personnes.
Le nouveau maire affirme que le terrain, propriété de la ville, est « historiquement réservé pour l’agrandissement du cimetière » selon Le Chellois. La promesse de vente ayant été signée par son prédécesseur, il estime que celle-ci est de toute façon « caduque » et qu’elle « sera annulée lors du prochain conseil municipal ».

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Pivoine 04/04/2015 18:19

C'est malgré tout une bonne décision. En espérant qu'on ne reviendra pas dessus !