Terrorisme: Ne laissons plus les politiques qui nous dirigent nous mentir. Par Nobeline

Publié le 23 Mars 2015

Par Nobeline

De terrorisme… et de menteurs- De l’Algérie…   et de la France

Depuis les assassinats chez Charlie hebdo, en plein cœur de Paris, l’équipe socialiste au pouvoir et le reste de la classe politique de toutes les couleurs - sauf bleu marine - se battent pour être horrifiés à qui mieux-mieux par les actes odieux, lâches et on en passe.

Ça a commencé par la marche tragi-comique du président français faisant appel, le 11 janvier à l’internationale offuscation de pays dits « amis », atterrés par ces attentats.

Comme si, eux aussi, pour la première fois, vivaient pareille situation. Même, les commanditaires de ces « terrorismes » y allaient de leur larme à l’œil et, s’ils n’étaient pas présents, envoyaient leur plus sincères condoléances à la France.

Si l’heure n’était pas si grave, nous pourrions rire de leurs mensonges.

 

Sauf que…

Aujourd’hui, le mot terrorisme n’a plus sa place dans le vocabulaire employé par ces chefs ou ex-chefs d’État et, encore bien moins, dans celui de nos gouvernants actuels français.

Cette guerre, d’abord larvée et, aujourd’hui, ouvertement déclarée par l’islam, ne date pas des dernières pluies. Elle est menée par les ennemis de l’Occident en général et de la France, en premier lieu. Puisque c’est France qui nous intéresse et les mensonges éhontés des UMPS et consorts.

En France, donc, nous avons affaire à des ennemis et non plus à des terroristes. A l’instar de la Syrie, l’Irak ou la Lybie, ces gens-là, qu’ils s’appellent  l’IE ou le Djihad ou El Qaïda,  nous livrent une guerre sans merci. Encore faut-il que la classe politique, dite républicaine, ose le dire.

A la veille d’un scrutin où les socialistes et les autres s’en prennent frénétiquement au Front National qui ne cesse de nous mettre en garde contre le danger islamique,  ils veulent nous faire croire qu’une loi donnant plus de pouvoir aux services secrets - avec l’accord préalable de Sarkozy, interrogé par un media TV- mettra la France hors de danger des ennemis musulmans antifrançais.

Nous comprenons que, selon eux, les services secrets français n’auraient pas, correctement, accompli leur travail.

Il n’y a pas plus grand mensonge. Plus grand enfumage. Plus grande escroquerie.

Ce sont les chefs d’état qui se sont succédé depuis De Gaulle et, pour la période qui nous intéresse, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, aujourd’hui, qui décidaient et décident, encore, de l’action à mener. Avec un peu plus d’hypocrisie de la part de Mitterrand qui « ne voulait pas savoir » pour n’être pas impliqué – surtout après le scandale du Raimbow Warrior mais qui était, toujours, parfaitement informé des actions de ces services.

 

Pourquoi les mensonges de ces présidents sur les prétendus « actes de terrorisme » nous intéressent-ils, aujourd’hui ? Nous y venons.

Souvenez-vous des années 80/90. La France connaissait ses tous premiers attentats islamiques sur son sol.

 

En 1982, ils étaient attribués à un certain Abou Nidal qui avait assassiné, rue des Rosiers, les clients Juifs d’un restaurant parisien.

Cet Abou Nidal, n’était autre qu’un dissident de l’OLP de Yasser Arafat, chef historique du Fatah révolutionnaire. Mais… un Arafat qui avançait, main dans la main, avec la France et ses services secrets. Et la France se disait l’amie d’Israël !

En lieu et place d’éliminer cet assassin, par tous les moyens,  la France a préféré faire un « deal » avec lui : « Tu ne touches plus à la France et on arrête la traque contre toi ». Et oui. La France se couchait déjà.

C’est ce qui s’est passé. Abou Nidal n’a plus commis d’attentats en France. Ce sont, bien entendu, les services secrets français qui ont été chargés des tractations avec le « terroriste » par l’intermédiaire de l’autre « terroriste », Arafat.

Oui, en France « on » a des préférences en matière de terroristes. Vous l’allez voir. À cette époque, elle est loin d’en avoir fini avec ses ennemis musulmans en général et les algériens en particulier.

Alors que l’Algérie est en plein chaos, le FLN ayant annulé les élections donnant gagnant le FIS (Front Islamique du Salut), apparait un GIA (Groupe Islamique Armé) sur la scène « terroriste » ! Ce GIA dirigé, entre autre, par Djamel Zitouni, de triste mémoire pour les Français, qui n’oublient pas, eux, les attentats dont ils ont été victimes, en France.

Le GIA déclare la guerre à la France qu’il accuse de soutenir le régime algérien.

Tout commence, le 24 décembre, par le détournement de l’Airbus d’Air France à Alger et de l’issue que l’on connait sur l’aéroport de Marseille au cours duquel le GIGN tue quatre « terroristes » du GIA.  Lors de ce détournement, déjà, les services secrets français, s’aperçoivent que le gouvernement algérien ment à nos officiels et en informent Chirac. Si le gouvernement algérien ment, c’est qu’il veut protéger « ses » terroristes. Et, donc, les Français en déduisent que le GIA, le FLN (l’Etat algérien) et le DRS (Services secrets algériens) ne sont qu’une même et unique organisation. Le GIA c’est le gouvernement algérien. Mais ils n’en ont pas la preuve formelle.

Deux jours plus tard, le 28 décembre, en riposte à l’action du GIGN à Marseille, ce même GIA assassine, à Tizi-Ouzou, quatre prêtres dont trois sont français.

Mais le GIA déplace son terrain d’action en France et la valse des attentats qu’il commet ne va plus s’arrêter entre juillet et octobre 1995 dont le plus meurtrier reste celui du RER Saint Michel.

En mars 1996, le GIA frappe à nouveau la France, à Tibihirine, en assassinant les moines trappistes dont on ne retrouvera que les têtes.

Nos services secrets et nos diplomates sont interdits  d’enquête en Algérie. Ils sont priés de rester hors du territoire et n’ont que très peu d’information de la part des algériens, tant du DRS que des dirigeants. Pire, ils sont conduits vers une fausse piste.

Cette affaire algérienne vient confirmer les doutes de nos services secrets (2).

Ils acquièrent, alors, la certitude que le GIA est protégé par les algériens. Mais Chirac ne veut pas affronter Zeroual et risquer de nuire aux « relations » franco-algériennes.

 

Ce n’est plus un secret pour personne et surtout pas pour nos chefs d’État. L’Algérie est impliquée dans les attentats qui sont imputés à un GIA que le DRS et l’Etat ont eux-mêmes dirigé en sous-main.

D’anciens agents du DRS algérien viendront, d’ailleurs, en témoigner dans un reportage diffusé en 2002, sur la chaine Canal+ (1).

Quel que soit le résultat des urnes en ce dimanche 22 mars 2015, vous aurez élu des menteurs. Qu’ils soient de droite ou de gauche. Qu’ils se disent plus-républicains-que-le-Front national. Ils nous mentent.

Il faudra bien, un jour, qu’ils expliquent aux Français moyens que nous sommes, pourquoi nos dirigeants passés et présents témoignent tant d’amour à l’Algérie de Bouteflika et sa noria FLN, depuis 53 ans et couvrent, sans vergogne, leurs attentats.

Ils devront nous dire pour quelles raisons, sachant que cet état antifrançais a fomenté les pires assassinats post-Algérie Française sur notre sol, ils continuent à favoriser l’immigration algérienne jusqu’à en héberger plus de huit millions (8.000.000) à ce jour.

Et, surtout, qu’ils arrêtent de seriner, qu’ils mettent tout en œuvre pour faire  la guerre aux terroristes, ces ennemis de la France, quand ils continuent de traiter avec les mêmes dirigeants algériens qui ont tué en France en leur offrant toujours plus de visas.

La gauche et la droite françaises (dites républicaines !) de toutes les couleurs de l’arc en ciel, sauf bleu marine, nous prennent pour des veaux. Ils nous mentent. Et ils ont le toupet de demander qu’on vote pour eux !

Voir le documentaire de Canal +  Les tueurs de la République de Vincent Nouzille – Fayard - 2015

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

segond 24/03/2015 13:33

Avec les français il faut s'attendre a tout se sont des moutons de Panurge , ils ne sont pas capables de pensés par eux-même il faut leur souffler les réponses, et en plus ils savent très bien que le gouvernement ( PS ou UMP ) va encore entuber tout le monde , j'ai honte des français , ils tournent la veste sans arrêt