UMP - PS - Modem: un relativisme de plus de François Bayrou

Publié le 19 Mars 2015

 
Quel parfait dhimmi ce politicien aux convictions élastiques et relativistes,(un coup à droite, un coup à gauche) à géométrie variable. Il l'a met où la laïcité? Dans son froc comme aurait dit Léo Ferré. Il est amusant que l'UMP joue les enfants de coeur alors même que pendant 5 ans Sarkozy était aux commandes. Qu'il a été Ministre de l'interieur sous Chirac. Postures et impostures. 
 
La décision du maire UMP de Chalon-sur-Saône (Saöne-et-Loire) de ne plus proposer de menu de substitution dans les cantines fait, trois jours plus tard, toujours débat. Lundi, au nom du «principe de laïcité», la mairie de Chalon a annoncé supprimer, à compter de la rentrée de septembre prochain, le menu alternatif proposé dans les cantines les jours où du porc était au menu. «Il est indispensable de revenir à une pratique exigeante du vivre-ensemble», affirmait le maire Gilles Platret dans un communiqué. La ville avait mis en place ce système il y a 31 ans, pour permettre aux enfants juifs- dont la religion proscrit également de manger du lapin- comme musulmans de déjeuner à la cantine. 

Sa décision a été soutenue par une partie de l'UMP, 
dont son président Nicolas Sarkozy, mais critiquée par la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem (PS) et par le président du groupe UMP à l'Assemblée Christian Jacob. A Provins (Seine-et-Marne), la ville dont il est maire, «quand on sert du porc, il y a également du blanc de poulet, et c'est une décision municipale qui a toujours été prise par notre municipalité et que je ne remettrai pas en question», a-t-il insisté mercredi soir.

Bayrou : «Je ne mets pas la laïcité dans l'assiette des enfants»

Ce jeudi matin, le débat se poursuit dans les matinales, comme une conséquence des réflexions sur le communautarisme, 
après l'attentat sanglant qui a fait dix-neuf morts à Tunis. « A titre personnel j'y suis favorable », affirme ainsi le député des Français de l'étranger Alain Marsaud (UMP) sur RFI « Nous sommes à la recherche d'une laïcité contraignante puisque la laïcité non contraignante ne marche pas. Ça passe par la cantine, les piscines, les cours de sport... Il faut avoir du courage là aussi », estime l'ancien juge anti-terroriste.

François Bayrou est résolument contre l'idée. « Je suis maire, donc en charge de ces sujets. Est-ce que vous croyez qu'il est bienvenu, à nouveau, faire flamber ce type d'affrontement, sur les cantines ou les tenues vestimentaires à l'université ? Ce n'est pas responsable. Il y a mille moyens pour qu'on vive ensemble entre Français qui ont des religions différentes», défend le président du Modem 
sur RMC et Bfm TV. «Je ne mets pas la laïcité dans l'assiette des enfants. Défendre cette laïcité, ce serait obliger les catholiques à manger de la viande le vendredi. La laïcité, ce n'est pas se disputer perpétuellement sur les religions ou les origines. C'est permettre de vivre ensemble. Faire en sorte que les jeunes juifs, les jeunes musulmans, les jeunes qui ont d'autres préférences alimentaires, soient assis sur les mêmes bancs, qu'ils se connaissent un peu mieux après l'école », affirme le maire de Pau, qui travaille actuellement à la mise en place d'un menu végétarien alternatif pour correspondre à toutes les préférences, interdits ou allergies alimentaires. 

«En désaccord total» avec le menu unique, Henri Guaino (UMP), député des Yvelines, met en garde 
sur France Inter : «C’est un sujet qu’on ferait mieux d’aborder après les échéances électorales et pas la veille. Je le dis à lui (Ndlr : Nicolas Sarkozy) mais à tous les autres», alerte l'ancienne plume du président, chargé aujourd'hui, au sein de son parti, de mener une réflexion sur l'Islam et la France. «Tout le monde a sa part de responsabilité, les journalistes, les politiques, les Français aussi. On vit dans un climat d’hystérie terrifiant, tout le monde a le devoir d’apaiser et de faire très attention aux emballements électoralistes».

 
Bien entendu, la socia-lie y va de couplet raciste qui luipermet de mettre dans la même poubelle tout ce qui ne lui convient pas y compris tous les souchiens priés de se conformer à sa doxa
« Il faut appeler un chat un chat, et un raciste un raciste », s'emporte une porte-parole du Parti socialiste dans une communiqué. Juliette Méadel voit dans cette décision « une minable manœuvre politicienne», rappelle que « depuis plus de trente ans, (…) vingt fois par an, deux plats étaient proposés lorsqu’il y avait du porc. La grande affaire ! Cette décision municipale vise à stigmatiser les enfants concernés, éventuellement à les exclure de la cantine, au détriment de la sérénité de l’école, au détriment du travail de leur mère, au détriment de l’intégration des enfants », reproche-t-elle.

Même le frontiste Gilbert Collard a trouvé l'idée dérisoire face aux problèmes de «communautarisme». «On arrête de parler de porc à la cantine... Merde, c'est fini tout ça, on arrête de jouer ! On cesse de faire de l'angélisme», tance 
sur iTélé le député mariniste, partisan d'une réponse radicale pour restaurer la laïcité et lutter contre le terrorisme, qui passent quasi exclusivement par «le contrôle des frontières».

 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Louvois 21/03/2015 07:08

Je n'oublie pas que cette gourde a appelé à voter Hollande !!!

Pivoine 19/03/2015 18:38

Même si ce maire a pris une bonne décision, il semblerait que les élections approchant, sa décision soit plutôt électoraliste... C'est fou le nombre d'élus UMP qui vont dans le sens du vent au fur et à mesure que le FN est de + en + populaire.