L’Europe et l'emmigration Par TÉRÈSE ZRIHEN-DVIR

Publié le 22 Avril 2015

marais de karaba_drainage 1925

Des travaux d’ampleur similaire avait conduit à l’extension des cultures autour de Petah Tiqva (פֶּתַח תִּקְוָה) – photo 1906 -. Petah Tiqva (la Porte de l’Espérance d’Osée 2-17) est le premier village agricole moderne, fondé en 1878, et qui plus est, par des Sionistes religieux venant de Jerusalem, une fondation venant duyichouv même.

Source

Il est impossible à toute personne normalement constituée de rester indifférente face aux dangers et aux pertes de vies auxquels se confrontent ces émigrants qui s’aventurent sur des embarcations rafistolées afin d’atteindre un havre sécuritaire en Europe.

La vue de cette masse hétéroclite de personnes entassée sur une barque qui nul doute ne tiendra jamais une traversée en mer, est déchirante, intolérable et inhumaine. Et pourtant, ils continuent d’affluer en grand nombre, toujours en crescendo.

Mais l’Europe pourra-t-elle sans flancher accueillir ces masses ininterrompues qui échouent sur ses rives ?

Il est plus qu’évident qu’un défi pareil met en danger l’existence même de cette Europe compatissante…

Pourraient-ils au prix de la vie de leurs citoyens se laisser envahir, pour être plus tard complètement avalés par ces hordes candides ou malintentionnées ?

Il existe une loi que nul d’entre nous ne peut ignorer ni contourner sans mettre sa vie même en danger et c’est celle de la loi du « plus fort ». Une baleine ne survivra pas en mer si elle ne réussit pas à se nourrir de menu fretin. Un lion aussi succombera s’il cesse de tuer ses faibles victimes afin de survivre. Les règles du monde sont ainsi constituées, et il y aura toujours, peu importe le régime politique adopté, cette marge qui définit le fort du faible. C’est injuste, c’est insupportable, c’est repoussant… Vous pouvez qualifier cela comme il vous conviendrait le mieux, mais c’est la vérité toute crue telle qu’elle s’impose à nous tous.

Afin de survivre, nous sommes souvent contraints d’appliquer cette loi qui est même celle de la nature. L’herbe de notre jardin sera envahie de plantes sauvages si nous ne les attaquons pas, si nous ne les détruisons pas. L’être humain ne pourra jamais essayer d’adopter ces lois de survie à moins d’en être contraint… Ou qu’il ne soit un monstre.

Alors où est la solution… Parce qu’il faut en trouver une… Elle existe. À tout malaise son remède. La solution la plus appropriée n’est certes pas la fuite, l’abandon de ces terres incultes et dangereuses. La solution se trouve en nous même et en notre volonté de vouloir la confronter au lieu de lui tourner le dos.

Il faut que ces peuples menacés de mort, de faim et d’insécurité, apprennent à lutter et à défier les défiants. Il faut que ces peuples demeurent sur leurs terres et luttent pour les conserver, les fleurir, et en jouir. Il faut qu’ils apprennent que la fuite n’est pas la solution comme le fait Israël depuis qu’il a été ressuscité.

Israël n’a pas fuit toutes les armées arabes qui voulaient jeter les juifs à la mer. Les israéliens ont obstinément assaini les terres incultes et marécageuses qu’ils ont héritées pour en faire des vergers verdoyants. Ils n’ont pas hésité à s’attaquer au sable du désert au Néguev afin d’en faire un paradis et cela sous le feu continuel de leurs ennemis. Les israéliens n’ont jamais fui devant leurs ennemis et ils les ont combattus, payant pour cette liberté et cette terre à laquelle ils appartiennent le prix exorbitant du sang pur de ses enfants.

ISRAËL est la preuve même de la survie. 

C’est ce que devraient faire ces migrants. Ils ont un pays, une nation, un refuge… Il faut qu’ils apprennent à les protéger, à combattre pour les mériter et à travailler la terre afin d’en tirer leur pain quotidien.

On n’a rien sans rien. Et l’Europe ferait mieux d’éconduire ces migrants en leur offrant aide et guidance pour mieux se confronter à la survie.

 

               petah tiqva_ drainage des maraicages 1906

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Gerard Brazon 26/04/2015 09:57

Je partages. C'est le debut de notre extermination culturelle. A quand la première réserve de blancs de souche?

Parvati 25/04/2015 17:33

Hier soir sur Paris Première, Eric Zemmour disait que ce que subissaient les Européens avec ces hordes de migrants était comparable au sort des Amérindiens...