Plainte en Suisse contre une prière musulmane discriminante et incitant à la haine.

Publié le 12 Avril 2015

Dans une lettre au procureur général genevois, Alain-Jean-Mairet incrimine la prière que doivent réciter dix-sept fois par jour les musulmans. Leurs organisations sont dans le viseur.
 
Monsieur le procureur général
 
Par la présente, je souhaite dénoncer des incitations à la discrimination et à la haine contre des groupes de gens en raison de leur appartenance religieuse.
 
Les faits :
 
Dix-sept fois par jour au moins, les musulmans pratiquants, en récitant la partie obligatoire de leur prière, se rappellent que les juifs méritent la colère de Dieu et que les chrétiens sont égarés.
 
Il s’agit du 7e verset de la première sourate du Coran, dont la récitation doit intervenir à chaque génuflexion, soit au total 17 fois lors des cinq prières quotidiennes.
 
Vous trouverez ci-joint un livret (La Fatiha et la culture de la haine, Sami Aldeeb), que je vous prie de considérer comme faisant partie intégrante de la présente dénonciation, réunissant 87 exégèses du verset en question (arabe et français, avec indication des sources) et dont il ressort clairement que c’est là le sens consensuel de cette prière, depuis plus de mille ans. Tous les imams, pour le moins, doivent savoir cela, ces exégèses font partie de leur formation.
 
Je souhaite donc dénoncer les responsables des organisations musulmanes et des mosquées, dont je dresse la liste ci-après, qui contribuent, par leurs activités et leur communication, à répandre cette pratique illicite et dommageable à la bonne entente dans notre pays.
Je précise ici, à toutes fins utiles, que je ne condamne pas la présence de ce verset dans le Coran:
il s’agit simplement à mes yeux d’un vieux livre et qui ne fait guère ici que traduire des croyances qui n’ont plus ou ne devraient plus avoir cours.
Je ne m’attaque pas non plus à la croyance selon laquelle les juifs seraient la proie de la colère divine et les chrétiens des égarés – chacune et chacun doit être libre de ses opinions, même les plus contestables, à mon avis. Je dénonce ici une action, celle qui consiste à répéter ou encourager à répéter, quotidiennement, des affirmations qui, par leur teneur et leur sens consensuel, confirmé par le contenu du Coran et des récits univoques attribués à Mahomet, incitent les musulmans pratiquants à discriminer et haïr des gens sans raison valable, en fonction de leur simple appartenance à une religion.
Lire l'ensemble de l'article sur Riposte-Laïque

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article