L’instituteur pédophile avait été candidat socialiste aux municipales ! Silence radio...

Publié le 10 Avril 2015

Quand on sait le sort qui est réservé à un militant du Front National dés qu'il fait un rôt de travers, on s'étonne du silence médiatique concernant un candidat du Parti Socialiste. Hè Monsieur Guénolé, Monsieur Bourdin, pourquoi vous ne dites rien ? Idem aux Grandes Gueules, pas un mot de l'instit bobo ! Rien, nada que dalle, silence...
Source: 24 Actu

 

Au cœur du scandale sur le directeur d’école pédophile, qui a abusé de nombreux enfants alors qu’il avait été condamné en 2008 pour détention de films pédopornographiques, un nouvel élément dont aucun média n’ose parler vient apporter une lumière différente : ce prédateur était engagé à gauche, il avait même été candidat pour le Parti Socialiste aux élections municipales. Tout s’explique !

On ne reviendra pas sur les détails de l’affaire que tout le monde connait : profitant de la semaine du goût, un directeur d’école, instituteur dans une classe de CP, s’est fait faire des fellations par des enfants de 6 ans ; quand le scandale a explosé, on s’est rendu compte qu’il avait abusé de nombreux enfants dans différentes écoles depuis 2008, où il avait été condamné par la justice pour détention d’images pédopornographiques ; il avait alors expliqué aux gendarmes qu’il craignait de passer à l’acte ; la justice rouge française étant ce qu’elle est, il avait pu reprendre ses fonctions de professeur des écoles, sans que ni l’éducation nationale, ni la justice, ne trouvent quelque chose à redire à l’idée d’envoyer un tel loup dans une bergerie.

On apprend cette semaine que ce grand malade avait été candidat à deux reprises aux élections municipales : en 2008, sur la liste PS de la commune des Avenières ; en mars 2014, sur la liste de gauche de Saint-Georges d’Espéranche. Elle est pas belle la gôche morale ?!

Il serait sans doute abusé d’imaginer que les juges français, certes essentiellement proche du PS et de la gauche, comme l’a prouvé l’affaire du mur des cons, ont souhaité couvrir un camarade du parti et que c’est pour cause de solidarité socialiste qu’il a pu continuer à exercer auprès d’enfants malgré sa condamnation.

En revanche, on peut tout de même souligner le lien flagrant, qui n’a d’ailleurs pas toujours été dissimulé (dans les années 80, Le Monde, Libération et toutes les élites de gôche signaient des pétitions pour soutenir les pédophiles, sans parler des aveux de Daniel Cohn Bendit…), entre l’idéologie hédoniste de la gauche française, surtout depuis mai 68 et la pédophilie. Il est clair que tous ces malades jouisseurs progressistes sont coulés dans le même moule idéologique. Un moule qui justifie la pédophilie et les rapports sexuels avec mineurs « consentants » (SIC). « Interdit d’interdire », « Jouir sans entrave » : ces slogans soixante-huitards ont du résonner dans les oreilles de ce monstre quand il a commis ses crimes…

Enfin, à l’heure où les journalistes français s’amusent à fouiller dans les moindres Tweets publiés ces 5 dernières années par tous les candidats FN au départementales, il est amusant de constater qu’aucun d’eux ne prend la peine de spécifier que ce pédophile était candidat socialiste. Une blague raciste serait-elle plus grave à leurs yeux qu’un viol sur mineur ? Faut croire, vu les sentences délivrées par nos bons juges et vu la chape de plomb médiatique qu’on nous impose…

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article