Cazeneuve ose accuser Marine Le Pen de complicité avec les islamistes - Par Caroline Alamachère

Publié le 24 Juillet 2015

 
Lors de la séance à l’Assemblée Nationale, Gilbert Collard a interpelé Bernard Cazeneuve sur un accord au sein de l’UE concernant l’accueil par celle-ci de 60 000 migrants supplémentaires.
Tandis que le ministre de l’Intérieur, bouche bée et montrant des signes manifestes de difficultés respiratoires, Collard a rappelé que la France va « héberger dans un humanitarisme qui peut devenir homicide 9 127 migrants », évoquant une « guerre » avec la menace de l’Etat Islamique d’utiliser contre nos pays « l’arme des migrants ».
En effet, en février dernier, le ministre italien des Affaires Etrangères avait clairement opposé la communauté internationale aux « milices du Califat », désignant clairement l’ennemi, ainsi que le risque d’un « exode sans précédent ».
Gilbert Collard a évoqué la question posée par François d’Orsival « les flux de migrants peuvent-ils devenir des bombes humaines ? », à quoi le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait répondu « pas encore, mais si on ne prend pas des mesures urgentes, c’est possible demain ».
Prenant la parole pour s’expliquer sur les mesures qu’il comptait prendre, Cazeneuve a préféré user d’une pirouette en accusant le député d’opérer des «manipulations abjectes » coutumières, à l’en croire, au Front National. Acquiesçant sur l’accueil fait par l’UE de 60 000 demandeurs d’asile « persécutés par des groupes terroristes », il a juste omis de préciser nommément qui étaient leurs persécuteurs. Ce qui est réellement abject c’est de ne pas relever l’idéologie politico-religieuse commune entre les terroristes d’ici et les agresseurs de chrétiens là-bas. Car enfin, ce ne sont pas des bouddhistes qui persécutent et tuent les Yézidis, les Chrétiens d’Orient ; ce ne sont pas dans les écrits bouddhistes qu’il est ordonné de tuer les mécréants, les kouffars, les apostats ; ce ne sont pas les bouddhistes qui réclament vengeance depuis des siècles contre les Croisés venus en leur temps (déjà) défendre leurs lieux saints attaqués par les islamistes de l’époque, ces lointains aïeux de ceux qui perpétuent ces traditions ; ce ne sont pas des bouddhistes qui ont égorgé par vagues des tribus berbères pour les obliger à se convertir ; ce ne sont pas des bouddhistes qui, nés dans nos cités, sont formés à nous haïr, à nous mépriser, à bafouer nos lois au prétexte que les lois divines d’un dieu qui est « le plus grand » doivent être appliquées en priorité.
Ce qui est abject c’est qu’un ministre de l’Intérieur ose affirmer que « prôner le djihad n’est pas un délit » alors que c’est précisément ce djihad qui est à l’origine de la persécution des chrétiens, ceux-là même que le Coran désigne comme les cibles à convertir de force ou à égorger, ainsi que le faisaient il y a des siècles les tribus mahométanes aux ordres de leur prophète en personne.
Cazeneuve, persistant dans une mauvaise foi incroyable, ajoute « et je m’enorgueillis de voir la France, comme d’autres pays de l’UE, conformément au message des pères fondateurs… ». Or, puisque M. Cazeneuve estime judicieux de rappeler la mémoire de ces pères fondateurs, souvenons-nous que l’un d’eux, premier président de la Commission Européenne, Walter Hallstein, était un fonctionnaire ayant travaillé pour le parti nazi sous le Troisième Reich, que Robert Schuman se voyait qualifié de « produit de Vichy », et que les liens notoires de ce dernier, de même que ceux de Jean Monnet lui-même père fondateur, avec la CIA ne donnent pas vraiment matière à penser que l’Union Européenne a été bâtie sur des bases garantissant l’indépendance des pays membres. D’ailleurs à ce propos, en mai 2013 chez Taddéï, Marie-France Garaud n’avait-elle pas dit que c’est « la politique américaine qui conditionne la politique européenne », et qui avait ajouté que « Jean Monnet était un agent américain payé pour détruire les états européens » ?
Bernard Cazeneuve, vantant un accueil immodéré de tous les souffrants de la terre (quelques milliards d’humains quand même), a déclaré à Gilbert Collard que cette France n’était pas la sienne, autrement dit qu’il pouvait quitter son propre pays, la terre de ces ancêtres !
Monsieur Cazeneuve aime la France de l’accueil de tous les peuples de la terre qui en font la demande, quand le peuple français aime la France où il peut vivre sans avoir peur de se faire poignarder, égorger, ou même simplement se faire traiter de « sale céfran ». Le peuple français aime la France où les mots s’écrivent et se disent en français et seulement en français, la France où un Français chrétien n’a pas l’obligation par commandement divin de se convertir s’il veut épouser une musulmane, la France où Aurélie Châtelain, Thierry Simon, Antoine, Hervé Cornara, Cabu, Kilian, et les multitudes d’autres victimes seraient toujours en vie, la France où un signalement policier avec une fiche « S » ne resterait pas classée sans suite, où une peine de prison serait effectuée à la hauteur de la gravité de l’acte commis.
Seulement voilà, M. Cazeneuve n’a que faire de la sécurité du peuple français, M. Cazeneuve veut plus de migrants, plus de clandestins, plus de réfugiés, plus d’ouverture de frontières, plus de contournement de la loi de 1905, allant jusqu’à promettre de publier un guide permettant aux musulmans de la bafouer, guide imprimé – affront suprême – avec les deniers du peuple insulté. A ce stade nous ne sommes même plus dans l’incompétence caractérisée mais dans la mise en œuvre préméditée d’une machine de guerre contre les Français. La Constitution, le devoir de protection du peuple, tout cela est anéanti dans la bassesse, les intérêts personnels, la traîtrise et l’infamie d’un gouvernement qui n’essaie même plus de masquer ses méthodes totalitaires.
Décidément plus enclin à garantir la sécurité des immigrés que celle du peuple, Cazeneuve a sous-entendu que Marine Le Pen refusait l’interdiction des sites soupçonnés de terrorisme, alors que celle-ci n’a fait que protester contre les risques de dérives d’une censure internet s’élargissant gravement aux sites de réinformation, sans lesquels il serait impossible de connaître des infos hors du circuit balisé et validé par le pouvoir en place, dont la propagande du 20h est le plus criant exemple.
Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le ministre de l’Intérieur préfère s’en prendre à un site comme Riposte Laïque qui ne menace en rien la sécurité intérieure du pays plutôt que de donner des consignes aux policiers d’appliquer la loi sur le terrain, où qu’ils se trouvent.
Pense-t-il sans doute rassurer les foules quant à la mise en place de contrôles aux frontières avec le code frontières Schengen comportant les renseignements sur les terroristes, ainsi que le PNR (Passenger Name Record, fichier de renseignement créé lors de la réservation d’un vol) qui n’empêche en rien des mineurs de quitter aisément notre territoire et d’en revenir non moins aisément. On comprend donc bien dès lors que la finalité de ces mesures n’est en aucun cas la protection de la population française mais qu’elle en réalité une atteinte contre elle, en observant ses mouvements, ce qu’elle fait, quand, où… Et cela commence par la persécution des patriotes mettant en péril le mondialisme et son corollaire : la grande finance.
On sera contents d’apprendre que le code frontières Schengen déclare que « toute personne, quelle que soit sa nationalité, peut franchir les frontières intérieures en tout point sans que des vérifications soient effectuées ». De même, quand on voit l’inutilité de la fameuse fiche « S » avec des terroristes déjà largement connus et répertoriés comme dangereux, on est en droit de douter de l’efficacité des contrôles, avec la conséquence immédiate la mise en danger de la vie de la population.
« C’est vous qui par votre irresponsabilité exposez la France ! », éructait Cazeneuve à l’encontre de Collard et du FN, lequel n’a pourtant jamais occupé le moindre poste gouvernemental…
Mais en conclusion, à l’heure où certains considèrent le Maghreb comme une prolongation naturelle de l’UE dans lesquels nous serions bien avisés de nous rendre, pourquoi dans ce cas ne pas proposer à ces pays d’accueillir les réfugiés persécutés par les extrémistes, afin de montrer que dans leur grande modération ils se désolidarisent de ces derniers ?
Caroline Alamachère- Pour Riposte-Laïque

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Aaron 06/09/2015 01:14

Et aujourd'hui ce ne sont plus 60 000 mais près d'un million en Europe!!
Compliments à Me Collard qui a vu juste.
Le bas du front ci-dessus et ses complices sont les fossoyeurs de la France.

Romanin 25/07/2015 11:39

Excellent article de Caroline, qui résume la démagogie du sieur cazeuvide nanard. J'ai suivi l'intervention de Maître Collard, du grand Art et d'une justesse pleine de rigueur. Un grand Merci à tous les députés Front National avec un bon point à Marion Maréchal-Le Pen

LA GAULOISE 25/07/2015 08:46

On sait tous que la nullite de nos dirigeants ( helas ! ) n a d egale que leurs tonnes de mensonges et de mauvaise foi . C e n est pas Marine LE PEN qui vend notre pays aux pays d ou viennent les terroristes....