L'excellent Aymeric Chauprade donne son opinion sur Riposte-Laïque.

Publié le 28 Juillet 2015

Grâce à une amie commune, Sylvia, Riposte Laïque a pu obtenir cette interview exclusive d’Aymeric Chauprade, député européen du Front national. Pour information, notre site a soutenu deux initiatives majeures de ce patriote qui a tout compris sur la réalité de l’islam.
D’abord ce remarquable article, intitulé « Face à la question islamique, les choix crédibles pour un avenir Français », publié en août 2014, où Aymeric explique clairement les enjeux de la guerre que mène l’islam sunnite à l’Occident.
Ensuite, cette inoubliable vidéo, au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, où le député européen explique, sans tourner autour du pot, que la France est en guerre avec des musulmans.
L’échange qu’il engage avec Michel Onfray, à travers une question de Pierre Cassen, est au cœur de débats que les vrais patriotes ne pourront contourner plus longtemps.
Nous invitons tous les lecteurs à lire attentivement cette interview d’un homme libre, qui, par la clarté de son discours, permet de prendre la vraie mesure des défis que la France devra surmonter pour survivre.
************************
 

 

 

 

 
Riposte Laïque : Le 16 janvier, au lendemain des assassinats de Charlie et de l’épicerie casher, vous avez publié une vidéo où vous expliquiez que la France était en guerre avec des musulmans. Comment expliquez-vous que l’énoncé d’une telle évidence ait pu susciter une levée de boucliers à votre encontre, et que vous soyez encore, dans certaines revues, accusé de pousser à la guerre civile ?
Aymeric Chauprade : L’évidence a rattrapé beaucoup de monde et c’est l’essentiel ! Car une seule chose importe, l’intérêt de la France, et non la paternité des idées ou les querelles sémantiques. Il est désormais admis largement que la France est en guerre contre des musulmans. Quant à l’accusation que je pousserais à la guerre civile, c’est ridicule ! Ceux qui me connaissent savent à quel point je suis un homme de paix (qui ne tend pas l’autre joue pour autant), profondément ouvert sur les autres cultures et les autres civilisations, un homme qui passe sa vie à sillonner le monde. Cela va être difficile de faire croire que je « vends » de la haine car tout dans ma vie personnelle démontre le contraire ! Mais c’est symptômatique de la médiocrité de notre époque, de son inculture, de ses simplifications grossières. La condamnation, à partir de la surface des choses, de leur apparence plutôt que de leur substance propre, le refus de suivre le cheminement de la pensée au profit de réflexes pavloviens réagissant à des « mots-clés » fournis par le « mainstream médiatique », telle est bien la caractéristique des totalitarismes. Tout cela n’est hélas possible que parce que l’ignorance prospère sur le déclin de notre Education nationale. Le résultat c’est que lorsque vous dénoncez un problème bien réel, vous devenez vous-même le problème !
Riposte Laïque : Le 11 janvier, des centaines de milliers de nos compatriotes, soutenus par le gouvernement, l’ensemble des médias sont venus soutenir « Je suis Charlie ». Comment avez-vous vécu l’éviction du FN, et surtout la formidable manipulation qui a consisté à ne pas évoquer la religion des assassins, à faire la promotion du multiculturalisme et à traquer une prétendue islamophobie, voire du racisme ?
Aymeric Chauprade : L’éviction du FN était prévisible puisque le pouvoir, qui était en train de couler dans les sondages, a organisé, dans l’émotion des attentats, une sordide opération de récupération politique, une de ces « grandes messes émotionnelles » dont il a coutume et qui consiste à manipuler l’indignation légitime du peuple français. Le but était de jeter les gens dans la rue, tout en mettant le Front national de côté, afin de bien montrer que le FN n’est pas le peuple. Il suffisait alors, ensuite, d’expliquer dans les médias que le FN était, en réalité, une partie du problème, qu’il creusait les fractures dans notre société, et qu’il convenait de le combattre au même titre que le terrorisme. Cette vaste escroquerie s’est effondrée rapidement et malgré les invocations magiques du gouvernement à «l’esprit du 11 janvier », la plupart des Français comprend bien que le mal qui nous frappe est le résultat de la nullité des gouvernements qui se sont succédé !
Tout le monde chez nous, au Front national, quels que soient sa sensibilité, ses tropismes politiques prioritaires, se bat d’abord pour la défense de la civilisation française, composante essentielle et fondatrice de la civilisation européenne. Or, cette civilisation européenne est menacée par l’expansion démographique, idéologique, militaire même, des musulmans djihadistes. Il n’y a que les imbéciles qui refusent d’admettre cette réalité. Je l’ai entendue de la bouche même de nos amis Egyptiens musulmans qui font la guerre à cette hydre, la Confrérie des musulmans, et dont la composante « française » n’est autre que l’UOIF (considérée comme une organisation terroriste par les Emirats arabes unis, alors même que notre gouvernement dialogue tranquillement avec elle).
Vous savez, la collaboration avec un ennemi, c’est comme pendant la Seconde Guerre mondiale, cela admet toujours deux composantes : la collaboration passive, lâche et/ou intéressée (comme ces maires français qui se prostituent au vote communautaire ou ces élus corrompus qui prennent leur enveloppe au Qatar) ; et la collaboration active (le collaborationnisme) laquelle sait pertinement ce qu’elle veut détruire, ce qu’elle hait viscéralement : le christianisme et le judaïsme (la haine du judaïsme étant maquillée habilement en anti-sionisme). Cela fait des siècles que, de façon récurrente et au moment où le totalitarisme menace, nous voyons resurgir ces deux faces, l’une misérable, l’autre monstrueuse, de la collaboration.
Riposte Laïque : 6 mois après les attentats de Paris, notre pays a connu sa première décapitation islamique, et, mis à part quelques centaines de Français à Paris, Montpellier et Quimper, la France n’a pas bougé. Comment expliquez-vous cela ?
Aymeric Chauprade : Le réveil des Français est lent mais il a le mérite d’exister. Les Français sont de plus en plus conscients que la France est en danger d’islam. J’en suis convaincu et d’ailleurs tous les sondages le montrent. Malheureusement, pendant la phase de réveil du patient, les médias injectent sans cesse de nouvelles doses d’anesthésiants et de culpabilisants ; résultat, le patient se rendort ou bien il se sent coupable de se révolter face à la réalité. L’Histoire nous montre qu’il n’y a toujours qu’une minorité capable de voir arriver la catastrophe. La masse se réveille quand l’orage a déjà éclaté et qu’il a produit ses effets.
Riposte Laïque : Le blogueur algérien Aldo Sterone estime que si rien n’est fait, il y aura forcément, dans notre pays, des dizaines d’autres décapitations, des attentats-suicides et autres actes barbares qui vont frapper des milliers de Français. Partagez-vous cette inquiétude, et comment éviter de tels risques ?
Aymeric Chauprade : Oui c’est là une pure question de statistique mathématique, même si l’Histoire, j’en conviens, ne cesse de surprendre, en Bien comme en Mal d’ailleurs. A partir du moment où le basculement dans le djihad concerne une proportion croissante de musulmans, dans le monde islamique comme en Europe, au Canada, en Australie, aux Etats-Unis, en Russie (Caucase), en Chine (Xinjiang), en Inde (80 millions de musulmans tout de même !), jusqu’en Amérique Latine, il faut logiquement s’attendre à une multiplication de passages à l’acte sur le territoire national. Il n’est pas difficile de prédire une explosion de passages à l’acte djihadiques en France. Nous sommes dans la première phase durant laquelle nos autorités, sur ordre du gouvernement, sont contraintes « d’habiller » le phénomène sous un vernis psycho-pathologique (on parle de fous, de cas « isolés ») le but étant, avant tout, de protéger la réputation de la religion musulmane. La priorité de notre gouvernement n’est malheureusement plus d’assurer l’avenir des Français, elle est d’assurer l’avenir de « l’islam de France ». C’est sans compter, cependant, sur le Front national qui lui, a le devoir impératif de ne jamais s’écarte de la priorité identitaire.
Riposte Laïque : Depuis 6 mois, que cela soit sur la question des clandestins appelés migrants, ou sur la laïcité, on a l’impression d’assister à une gigantesque soumission du gouvernement devant les nouveaux venus et la religion musulmane, bradant des pans entiers de notre Histoire. Partagez-vous cette vision, et quelles conséquences y voyez-vous pour l’avenir de la France ?
Aymeric Chauprade : Le gouvernement répète, sans cesse, que la question n’est pas de savoir s’il y aura d’autres actes terroristes mais quand ceux-ci se produiront. Mais sa priorité n’est pas de régler le problème terroriste ; elle est de protéger la réputation des musulmans qui vivent en France, d’où le prêt-à-penser du « padamalgam » massivement diffusé par la classe politique et les médias. Cela revient à dire qu’une partie conséquente de nos élites a choisi la soumission. L’Histoire n’est jamais mieux expliquée que par la littérature. Je vous renvoie donc au récent roman de Michel Houellebecq, « Soumission », dans lequel les Français finissent par élire, en 2022, un candidat issu d’un parti politique musulman.
Riposte Laïque : Sur un plateau de télévision, le philosophe Michel Onfray estimait que notre civilisation était finissante, et que, dans cinquante ans, la France et l’Europe seraient sous domination musulmane. Partagez-vous cette inquiétude ? Que faudrait-il faire, précisément, pour éviter qu’une telle catastrophe, qui paraît de plus en plus inéluctable à de nombreux Français, ne se déroule ?
Aymeric Chauprade : La perspective d’une France sous domination musulmane n’est plus à écarter mais je ne suis pas aussi pessimiste que Michel Onfray. Une réaction reste possible et mon engagement politique repose d’abord sur ma ferme volonté de réagir face à l’islamisation de la France. Et je pose la question à Michel Onfray : on ne peut pas, d’un côté, faire un constat aussi pessimiste et, de l’autre, continuer à attaquer le Front national. Je respecte le fait que Michel Onfray puisse trouver le FN critiquable à bien des égards, ou qu’il ne s’y retrouve pas, parce que ce n’est ni sa tradition politique ni sa tradition philosophique, mais si vraiment la priorité de Michel Onfray est de préserver l’essentiel, à savoir l’identité européenne de la France, condition de la pérennité de notre démocratie ; si vraiment sa priorité est d’échapper à cette implacable perspective d’islamisation tragique autant pour les chrétiens et les juifs que pour les adeptes de Voltaire ou Diderot, alors quelle autre solution politique nous propose-t-il ? Parce que l’enjeu c’est bien, quand même, que nos différentes traditions philosophiques, lesquelles fondent notre identité française, puissent continuer leurs joutes intellectuelles librement ! Je suis catholique mais cela ne m’empêche pas de nourrir une grande admiration pour le franc-maçon déiste Newton ne serait-ce que parce qu’il est un physicien génial et que j’ai une passion forte pour les sciences exactes ! Il devrait y avoir une coalition de toutes les intelligences, quelques soient les traditions philosophiques, contre ces gens qui ont les livres, la littérature et la science, comme ennemis, qui empêchent les filles d’aller à l’école, qui sont capables de transformer une écolière de 7 ans en kamikaze (Nigeria, Irak..). Boko Haram cela veut dire «Book » et « péché », en clair « à part le Coran tous les livres sont à éliminer ».
Donc je dis à Michel Onfray, dont j’admire l’intelligence, que la pureté philosophique et le pessimisme c’est bien, mais à un moment donné, il y a des choix à faire, et il faut alors suivre une règle simple : quelle est la seule force politique qui pose la question essentielle de l’avenir de notre civilisation ?
Vous me demandez que faire ? Je vous réponds, premièrement faire des choix, même imparfaits, même si certains aspects de ces choix peuvent révulser (populisme, détestation du projet européen…).
Deuxièmement, il faut se concentrer sur la priorité : la civilisation avant l’économie, ce qui ne veut pas dire que le redressement économique de la France n’est pas impératif. Mais une économie se répare bien plus facilement et rapidement qu’une civilisation.
Troisièmement, il faut avoir une volonté politique sans faille et un grand sens du Bien commun. Rejeter les logiques communautaristes et clientélistes qui commandent le souci électif aujourd’hui. Faire des sacrifices économiques s’il le faut. Ce n’est pas parce que le Golfe arabe peut inonder la France d’investissements, qu’il faut accepter ce partenariat économique. Il nous rapporte à court-terme, mais il nous détruit à long-terme. Cet argent n’est pas neutre. Il exige des contreparties culturelles dangereuses pour l’avenir du pays. Travaillons avec ceux qui ne menacent pas de nous détruire dans ce que nous sommes, avec les Russes, les Asiatiques, les Latino-Américains, avec Israël. Il y a 200 pays dans le monde, les opportunités ne manquent pas. Mais notre caste politique ne veut pas se remettre en question parce qu’en réalité elle est largement achetée. La question de la corruption de notre élite politique n’est pas suffisamment posée en France.
Riposte Laïque : Comment expliquez-vous, alors que la majorité des Français partage votre analyse sur l’islam et l’immigration, que dans les faits, une majorité d’entre eux continue de voter pour des partis comme l’UMP ou le PS, et pas encore pour le FN ?
Aymeric Chauprade : Les Français sont soumis à une culpabilisation impressionnante quand ils essaient de penser le réel, et de réagir. Je l’ai dit, on leur administre de puissantes doses d’anesthésiants et de culpabilisants depuis des décennies. Comment leur en vouloir ? J’aime trop les Français pour leur en vouloir, mais je leur demande de se réveiller et d’arrêter de tergiverser. Il n’existe, par définition, aucune offre politique idéale (sauf pour les adolescents romantiques), et il y aura toujours des choses critiquables au Front national ; mais ce parti contient, au cœur de son programme, une pépite essentielle : la défense de notre civilisation.
Riposte Laïque : Que répondez-vous à ceux qui affirment que si Marine Le Pen est élue, celle-ci devra faire face à un double phénomène, celui de la grève de 1995 de la fonction publique et des émeutes de 2005, et que cette victoire déclenchera une guerre civile ?
Aymeric Chauprade : Je réponds que redresser la France sera douloureux, qu’il y aura des temps difficiles, des désillusions, mais que notre programme n’est pas de nous arrêter au bord de la route et d’attendre la mort. Je refuse la fatalité du choix entre l’inaction et la guerre civile. Un autre chemin est possible. Le redressement. Il passe par une révolution des esprits, une réforme économique et sociale profonde, une réaction vitale face à ce qui nous agresse pour ce que nous sommes.
Riposte laïque : Que vous inspire le fait, en pleine menace d’attentats islamistes, que le ministre de l’Intérieur de la France, Bernard Cazeneuve, et le chef des policiers parisiens, Jacques Meric, déposent plainte en même temps contre un site comme Riposte Laïque ?
Aymeric Chauprade : Je vous disais tout à l’heure que la préoccupation de ce gouvernement n’est plus l’avenir des Français mais l’avenir de la réputation de « l’islam de France ». Nous y sommes ! Votre site, votre mouvement, représente une aile philosophiquement importante du vaste mouvement de réveil identitaire en France. Il est insupportable de constater que des Français puissent être baillonnés, chez eux, alors même qu’ils avertissent leurs compatriotes des dangers que l’islamisation fait peser sur la France. M. Cazeneuve et ses amis se disent « Charlie », ce qui signifie normalement qu’ils soutiennent une liberté d’expression totale et qu’ils refusent de céder à la pression islamique ; dans le même temps, ils vous attaquent parce que vous critiquez le contenu d’une religion, ce qui est, en droit parfaitement légal en droit français. Ces gens sont en réalité des charlatans. Ils se moquent des Français. Et se moquer de ceux que l’on gouverne à un moment où le pays affronte un danger mortel, c’est pire qu’une faute, c’est un crime.
C’est donc en tant que patriote et défenseur de nos libertés que je vous apporte tout mon soutien face à cette attaque de M. Cazeneuve. Quant aux autres, qui obéissent le doigt sur le pantalon, je leur dis une chose. Relisez Antigone (celui d’Anouilh). C’est l’un de nos plus grands livres. Car depuis l’Antiquité, la question des limites de l’obéissance à la loi est au cœur de la tragédie de l’Histoire. Jusqu’où peut-on, et doit-on aller dans l’obéissance à la loi ? Hitler a été élu démocratiquement ; les fonctionnaires qui lui ont obéi ne se sont manifestement posés aucune limite.
Propos recueillis par Pierre Cassen
 
 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article