OXi(Non en grec) Un bras d'honneur aux dirigeants européens. Par Gérard Brazon

Publié le 7 Juillet 2015

La Grèce fait un formidable bras d'honneur au reste de l'Europe. Non pas des peuples d'Europe mais de ces dirigeants.

 Oxi (Non en grec) se transforme en "occis" pour les espoirs de la finance, des banques et des dirigeants européens. Oxi se transforme en "exit" des chantages sur les peuples qui n'ont jamais décidé de cette Europe de la finance et des intérêts. Ce référendum est levé comme un drapeau de la révolte ! Il est le signe majeur que les peuples veulent rester maîtres de leur destin. Que les traités ne sont pas supérieurs à la démocratie comme le dit le Jean-Claude Juncker le big boss de la commission européenne élu par les représentants de la droite et de la gauche libéral au parlement européen.

Argent 2La démocratie fait peur à ces dirigeants qui du haut de leur prétendue supériorité prétendent, quand la réponse ne leur convient pas, qu'elle est le signe d'une immaturité au mieux.  Une démocratie apprivoisée de fait puisque tous les acteurs actuels au pouvoir, de droite comme de gauche, sont des européistes. Les autres étant considérés comme des poujadistes, des extrémistes de droite comme de gauche et donc, de parfaits imbéciles où de dangereux terroristes de fait.

Seul le référendum a gardé sa force démocratique. À tel point qu'en 2005, ce sont les Français et les Hollandais qui ont dit Non ! La gauche est la droite française détestent les référendums qu'ils voient comme autant de plébiscites. Ils se méfient du peuple. Chacun a pu voir que ce non du peuple en 2005 a été bafoué par Nicolas Sarkozy au nom des intérêts "superieurs" de  l'Europe. On peut dire que le péché originel de Sarkozy est ce déni de démocratie, son allégeance aux pouvoirs financiers sous domination américaine et autres pays du Golfe. C'est la première fois qu'un peuple a pu voir un Président de la République le trahir. Tous ceux qui se pâment devant cet homme ayant trahi  le référendum, doivent savoir que jamais les Français ne pourront oublier cette trahison.

L'Europe de Bruxelles, qui lèche les babouches de l'Arabie Saoudite, et qui se refinance au Qatar, (deux pays qui haïssent la démocratie) vient de s'apercevoir que les peuples d'Europe bougent encore. Même si ces dirigeants se tournent toujours vers la Mecque pour leurs petites ablutions boursières et leurs prières financières, les peuples bougent encore, ils ne sont pas encore tout à fait saignés.

euro20Les peuples ne veulent pas mourir! Ils ne veulent pas succomber à la doxa européiste. Ils refusent de sacrifier leurs nations, leurs histoires, leurs passés riches en événements, en formation, en personnages historiques. Songeons un instant que l'Europe n'a jamais pu admettre les spécificités de chacun et que cela se prouve sur les billets en Euro: les ponts sont volontairement imaginaires, partent de nulle part pour arriver nulle part, le vide, à rien ! Pour autant, les ponts célèbres, ayant une histoire ne manquent pas en Europe. En fait, l'Europe c'est faire table rase du passé, c'est vouloir construire un consommateur de peu de foi, de peu de voix et de peu de réflexion, coupé de ses racines. En clair, un citoyen qui se concentre sur l'émotionnel, son petit nombril, son caddie, son dernier téléphone, sa dernière voiture ! Il suffit de voir les téléréalités pour le comprendre en constatant le niveau intellectuel moyen des sujets choisis, plus près de l'adolescent que du citoyen engagé et réfléchi. Du pain et des jeux !

euro7Oxi était la seule réponse ! Non à l'Europe fédérale est la seule réponse que nous devons apportée. Oui à l'Europe des Nations. Car nos dirigeants nous prennent pour des idiots lorsqu'ils nous disent que l'Europe est une chance, que c'est l'Europe de la paix. Demain, c'est une Europe dominée par la finance, par les États Unis et par l'islam qui sera notre réalité. Lorsque cette Europe sera dominée, il sera bien trop tard pour imaginer le retour des Nations.

Aujourd'hui, les nations sont vues par les européistes comme des responsables de guerre. Mais elles sont surtout le cadre humain si ce n'est humaniste des peuples. Le multiculturalisme est le monstre, un poison virulent et destructeur des Nations et des peuples. C'est bien pourquoi ces dirigeants européens et leurs complices au pouvoir en France et ailleurs, accélèrent le grand remplacement.

Il faut savoir dire Oxi, savoir dire Non, dire stop. Les Grecs viennent de bousculer les jeux. Ils viennent de reprendre la main. Désormais, il faudrait qu'à minima, les opposants à cette Europe totalitaire s'entendent pour demander et obtenir un référendum sur notre appartenance à cette Europe fédérale qui s'annonce. Et dire NON. Le feront-ils ? J'en doute hélas.

En attendant, si vous avez quelques euros sur vos comptes bancaires, vous feriez bien de les retirer au cas où. En effet, n'oubliez pas que nos dirigeants de droite comme de gauche ont voté la possibilité de ponctionner 10% de vos avoirs bancaires au cas où votre banque se mettrait à faire le plongeon et boire la tasse.  Ce n'est plus aux états de sauver une banque privé, mais aux clients de cette banque. Elle est pas belle cette Europe ?

Gérard Brazon 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article