Jeune musulman, dois-tu te laver après avoir été sodomisé par un singe ? - Par Bernard Dick

Publié le 11 Août 2015

 
 
La "faculté" (ndlr GB) Al-’Azhar a une vocation à enseigner. Or, dans un livre mis entre les mains de jeunes élèves de 1ère année du cycle secondaire (les 12-14 ans), il est question d’avis juridiques sur différents sujets de la vie courante. Étonnamment, on y trouve cette suite de questions juridiques posées aux jeunes collégiens :
« Quand un singe (ou un autre animal) te sodomise, es-tu obligé de te laver alors que la verge du singe n’a pas de prépuce Quelle profondeur de pénétration est considérée par la charia comme un acte complet ? Et que faire si le singe n’introduit qu’un « un petit bout », l’équivalent d’une longueur moyenne de prépuce humain ? »
 
Sur cette dernière question litigieuse, l’imam, chargé d’orienter les réponses, esquive et renvoie la balle en disant : « C’est selon les savants ».
Il faut donc que le musulman se lave si le singe enfonce tout son organe.
Par contre, si le singe n’introduit que le bout de son organe viril, alors, le jeune homme doit interroger son imam pour savoir s’il est contraint de se laver ou non.
Conclusion : le problème n’est pas de se faire sodomiser par un animal, le problème, c’est de se laver ou non ! Remercions le grand imam d’al-‘Azhar pour sa promiscuité avec les singes et pour son œuvre grandiose de rapprochement entre les espèces…
 
 Bien sûr, les bloggeurs, ayant saisi la balle au bond, se sont lancés dans le sillage d’Al-’Azhar et ont posé d’autres questions juridiques de leur cru :
Quel est le châtiment du singe qui pénètre un humain ?
Quel est le châtiment du singe s’il fornique avec une femme musulmane ?
Quel est l’avis juridique selon que la femme est vierge ou femme ?
Quel est le châtiment imposé par la charia au singe qui déflore une vierge ?
Que doit faire la pauvre musulmane si elle n’est plus vierge ? La lapidation est-elle appliquée au singe ? …
 
Mais arrêtons ici le défoulement compréhensif des bloggeurs et fixons-nous sur la signification des questions et réponses enseignées en pays d’islam : ce n’est pas la morale qui compte mais le rite.
 
Tant que l’islam restera dans ce type de pensée archaïque qui est source de violence, d’extrémisme, de perception à la fois de sa supériorité et de son infériorité qu’il traduit par un désir de suprématie, d’indifférence à un monde qui a évolué et qui continue d’évoluer, il ne faut pas s’étonner qu’il choque. Comme peuvent être choquants le terrorisme, les égorgements, les destructions propagées dans tous les pays arabo-musulmans et en Europe où est brandi le drapeau noir de l’État Islamique.
On comprend d’ailleurs mieux pourquoi Ahmad al-Tayyeb a refusé jusqu’à ce jour de jeter l’anathème sur l’État Islamique. Son zèle le rend otage de sa fonction et il protège son cou.
 
En tout cas, c’est ce style de livres rétrogrades qui est véhiculé en Arabie-Saoudite et distribué dans les mosquées. Ils sont censés « éduquer » aussi les petits musulmans en Europe.
 
Bernard DICK
Médecin gynécologue-accoucheur (Faculté de Lyon, ancien Résident des Hôpitaux de Baltimore, USA) – Titulaire d’une maîtrise de langue et de civilisation arabes -Ancien expert près la Cour d’Appel de Reims – Militant laïque issu d’une famille chrétienne arabe du Proche-Orient.
 
Les dessins de Bergolix-wordpress.com
 
Au 09/08/2015, nombre d’attaques terroristes islamiques mortelles :

 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article