L'humanité et le discours sur la bête fauve. Par Gérard Brazon

Publié le 26 Août 2015

L'humanité est cet ensemble qui ne souffre d'aucune comparaison. Vous ne trouverez pas un membre sauf masochiste ou lucide de cette humanité qui ne se considère pas comme étant fier d'en faire partie.
 
L'humanité est cette communauté qui, nous dit-on dans les milieux branchés, la seule communauté qui compte, celle qui surplombe l'ensemble. Cette entité qui serait, aux yeux des croyants, la création d'un dieu à son image et à qui tout serait pardonné, voire pour certains à qui l'on donnerait le paradis avec des vierges, du lait et du miel.
L'humanité est composée de 7 milliards d'humains tous persuadés qu'ils sont uniques pour différentes raisons, et tous certains qu'ils sont au centre de tout. Une idée bien ancrée et qui n'a pas pris une ride depuis des milliers d'années et malgré les milliers de guerres et autres tueries. L'homme "enfants des dieux", remplacés par endroit par "fils de dieu". Il serait pour l'immense majorité, insultant de penser qu'il n'est au fond qu'un cancer ravageur.
Il se trouve que l'humanité se pense unique malgré sa diversité. De cette diversité si puissante justifiant la mort, la haine de l'autre et les excuses qui vont avec, puisqu'il n'est pas question pour ces diversités patentes, d'admettre que l'humanité ne fait jamais rien dans la douceur et justifie toujours et en permanence les douleurs qu'elle s'afflige.
"Plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien" disait Madame Anne-Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein. Une femme qui n'a pas connu les deux dernières guerres mondiales ni les saloperies des élites humaines d'aujourd'hui pour justifier les massacres des cent dernières années.
Humain est ce qualificatif qui justifie que l'homme serait doué d'une sensibilité, d'une supériorité naturelle, d'une intelligence qui l'autorise à détruire son environnement proche comme celui qui se trouve à des milliers de kilomètres.
L'humain c'est celui que Claude Nougaro, humaniste de cette  gauche bobo décrivait dans une émission de radio: entre le génie de l'homme et sa monstruosité,  je titube !
Humain c'est cette condition qui justifie que nous sommes à part dans l'échelle des vivants. Bien au-dessus de la condition animale par nature. On oublie que c'est l'humain qui a décidé qu'il était au-dessus comme un Lion qui décide qu'il est au-dessus du buffle qu'il égorge.
Humain est celui qui considère qu'en dessous de lui, il y a des "bêtes fauves" ou non ! Des animaux sans âmes bien sûr, d'une sauvagerie épouvantable parfois, effrayante alors même que lui, ne serait qu'un innocent, une faible victime devant la bête !
Humain est cette condition sacralisée par lui-même, pour lui-même, en niant comme je le crois, qu'il n'est que le résultat d'un hasard, une suite de circonstances qui a fait qu'il se trouve en haut de l'échelle des prédateurs. Cela n'en fait pas un saint, encore moins un Dieu.
L'humain est cet être capable non seulement de tuer tout ce qu'il considère comme inférieur à sa condition et sous tous les prétextes, mais celui capable de faire souffrir son adversaire en y prenant du plaisir. Mais ce n'est pas "une bête fauve" ! Une bête fauve se défend et tue pour manger. L'humain a dépassé ce stade binaire. Ce qui lui permet de se dire "civilisé" sans même avoir demandé l'avis de qui que ce soit, et certainement pas de la bête.
En ces temps de paix, sous la chaleur d'un été de 2015, je me sens d'une humeur philosophique morbide lorsque je songe à cet humain, issu d'une communauté humaine dont je fais partie.
Sous le soleil de l'été, je pense à toutes ces raisons qui devraient faire que l'humanité soit heureuse alors même qu'elle s'autodétruit. Humain, humanité, humanisme et tout ce qui en découle comme hypocrisie, sont parfois comme un cauchemar permanent !
Alors oui, et heureusement, il y a souvent des éclairs, des moments qui valent le coup d'être vécu malgré l'étalage de cette violence humaine de par les siècles. Des moments de fraternité, des bouts de sagesse, des moments d'amour et d'amitié. C'est aussi cela l'humanité; des petites îles de beauté bien trop rares, dans un sombre et vaste océan de violence humaine.
Maréchal anglais Kitchener. Inventeur des premiers camps de concentration pour les boers en Afrique du Sud
Maréchal anglais Kitchener. Inventeur des premiers camps de concentration pour les boers en Afrique du Sud
Est-il humain le Maréchal et britannique Kitchener qui inventa les premiers camps d'internements en Afrique du Sud contre les boers?
Le sont-ils ces communistes qui ont perfectionné l'horreur. Ces nazis qui l'ont industrialisé pour l'exploitation des corps, ceux des internés, eux-mêmes humains et qu'il considérait comme inférieur par définition. Les bêtes sauvages ne font pas de telles choses !
L'humain, c'est aussi, comme nous le rappelle les dernières commémorations, ce Président d'une grande nation américaine qui décide de fabriquer des bombes et trouvent d'autres humains pour la lancer sur des centaines de milliers de civils innocents sur Hiroshima et Nagasaki. C'est l'horreur de Dresde et des milliers de bombes incendiaires faisant 500 000 victimes civiles. Il fallait terroriser l'ennemi, lui rendre le terrorisme fait à Londres sur d'autres civils.
L'humain aujourd'hui c'est cet islamiste qui décapite un autre humain possédant la science de l'histoire des hommes et de leurs travers comme à Palmyre. C'est celui qui veut remonter un train et mitrailler tous ce qu'il trouve. C'est aussi ceux qui ont empêché ce massacre programmé que d'aucuns considèrent comme étant  discutable et pourquoi pas involontaire… Humain encore et toujours.
L'humain se trouvant des complices pour asservir le plus grand nombre, au nom d'un dieu ou celui d'intérêts financiers voire par sadisme et plaisirs. Les uns se servant des autres, et vice et versa.
L'été s'achève et mes pensées s'éloignent à la vitesse de ses lourds nuages sombres annonciateurs d'orages terrifiants. Elles se noient dans un futur océan de larmes et de sang produit par toutes ces bonnes justifications futures, toutes moralisantes, religieuses et toutes ces raisons "justes", tous ces beaux discours qui présentent l'homme, vous, toi, moi comme étant la justification de tout. Folies monstrueuses que jamais une bête fauve n'aura !
La mort se marre ! Elle rigole et se lèche d'avance les babines car elle sait que devant nous, s'ouvre un temps ou de nouveaux fleuves de sang s'écouleront sur les rives de nos pires cauchemars. Parce que l'humain ne peut pas, se sait pas faire autrement.
Il dit plus jamais ça à intervalle régulier, et se lance de nouveau dans la barbarie en toute innocence. "Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre" disait Winston Churchill. François Hollande et Najat Vallaud-Belkacem feraient bien de méditer cette phrase, eux qui détruisent notre Histoire de France.
L'humain s'est fait une spécialité de l'oubli ! Particulièrement à gauche avec son faisons table rase du passé !
Gérard Brazon (Le blog)
 
 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Chantal 27/08/2015 07:56

Très bon article Mr Brazon et j'approuve à 100%. J'ai toujours pensé que l'ëtre humain était bien l'animal le plus cruel (et souvent par plaisir) de notre Planète.

Romanin 26/08/2015 11:19

Magnifique exposé sur le monde humain et animalier, jolie prose sur notre condition humaine. Mais moi aussi je rejoins Mme Necker et Nougaro en ce qui concerne l' humain et son génie qui me fait tituber(pourtant je ne suis ni bobo, ni de gauche, j'apprécie juste le chanteur qu'il était!).
Et puis pour un Kitchener, un Hitler, combien de de génies qui soignent et sauvent des vies, combien de chercheurs qui trouvent, des milliers, voir des millions et comme le dit le proverbe: Qui sauve une vie, sauve l'humanité.
Et non ce n'est pas l'humain qui c'est fait spécialiste de l'oubli, c'est cette "gauche" de la pensée unique qui veut nous imposer, cette soi-disant "élite" qui explique doctement comment il faut penser et être et cela s'appelle du totalitarisme.
Faisant l'apologie du bien, philosophant sur le beau, la créativité et reléguant à sa juste valeur les Adolf et autres illuminés passé et avenir au royaume du néant, c'est ça avancer vers un futur meilleur!

Dot 26/08/2015 10:25

On dit que l'homme est un loup pour l'homme mais on n'a pas trouvé de représentant dans le monde animal pour désigner celui qui torture et prend du plaisir à lui faire mal, alors on dit qu'il est un monstre ou un psychopathe. Connaissez-vous des animaux psychopathes ?
L'étincelle divine, il faut la chercher loin et profond, un peu comme déambuler dans des grottes avec une allumette, on a plus de chances de se cogner contre le roc ou de glisser par terre que de la trouver dans le genre humain.
Quand je regarde des docus animaliers et vois l'amour maternel des animaux pour leurs petits et que je le compare avec ceux des mères humaines qui s'empressent de faire garder leur enfant par d'autres et de le caser quelque part, le constat est vite fait !