Qui est ce Kalergi et que faire? Par Anne Lauwaert 

Publié le 11 Septembre 2015

 
  Par Anne Lauwaert 
 
Un premier pas: il faut une secousse sensationnelle : un député français en France ou un député européen à Bruxelles monte à la tribune et déclare en grande pompe.
 
"Mes chers collègues monsieur Juncker ( en 2014) tout comme madame Merkel (en 2010) et monsieur van Rompuy ( en 2012) sont des lauréats du prestigieux Prix Kalergi. Mais qui est ce Kalergi ?... "
 
L’expliquer et ensuite dire tout simplement ce qui a été écrit en long et en large sur les sites de Riposte Laïque, Boulevard  Voltaire, Les Observateurs,  Internet et Wikipédia, etc. Si on ne le laisse pas parler à la tribune, alors qu’il organise une conférence de presse.
 
Mieux encore, si de nombreuses personnalités le font. Mieux encore si cela se fait dans toutes les assemblées nationales de tous les pays.
 
Il faut un séisme dans la presse qui ébranle toute l’Europe et que tout d’un coup tout le monde soit choqué. Même si la majorité n’en croira pas ses oreilles, dès que le doute sera instillé dans les consciences, il commencera à fermenter car le doute est au cerveau ce que le ver est à la pomme.
 
Un deuxième pas : maintenant que les chercheurs-de-vie-meilleure arrivent à la portée des citoyens, organiser des groupes  (ne pas y aller seul) pour aller leur expliquer qu’ils ont été manipulés dans le but du génocide européen  mais que le travail qu’ils viennent chercher n’existe pas. Qu’ils sont arrivés dans des pays qui sont au bord de la faillite, dont les jeunes partent pour chercher du travail ailleurs et qu’ils ne feront qu’accélérer cette faillite.
 
Un troisième pas : faire comprendre à ces allochtones que la guerre qu’ils ont fui, ils vont la retrouver chez nous, que l’agenda n’est pas de  nous détruire pour les faire régner mais de détruire tout le monde de la même façon. Allochtones et autochtones, nous sommes tous dans le même bateau et ça ils savent ce que ça veut dire.
 
Un dénominateur commun: Dans toute l’Europe nous admirons les nationalistes comme Gandhi (“Même si vous êtes une minorité composée d’un seul individu, la vérité est la vérité”)  ou Nelson Mandela (“Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse”)  qui ont vaincu les tyrannies en utilisant  la non-violence mais aussi la désobéissance civile. Et bien, mettons en pratique les techniques que ces héros de la liberté ont utilisées pour se débarrasser de nous… et que nous admirons tant.
 
Ressourçons-nous en regardant les films qui célèbrent les freedom fighters comme “Le cris de la liberté” ou “Gandhi”  de Richard Attenborough. Ils ont réussi à vaincre l’Empire et nous n’en serions pas capables ?
Relisons les écrits du Grand Timonier (Le soldat doit être dans le peuple comme le poisson dans la mer.) de Sun Tzu (“Celui qui n’a pas d’objectifs, ne risque pas de les atteindre” ) ou Machiavelli (“Pour conquérir envoyez des colonisateurs, c’est plus simple et coûte moins cher que des armées”) et en lisant, ne fut-ce que les citations sur Internet,  disons-nous que les “coolies” et les “nègres”… ce ne sont pas de vagues concepts exotiques, non, non, c’est nous!
 
Anne Lauwaert
A la lecture, si vous ne trouvez pas de liens avec notre situation, avec ce que nous vivons en ce moment, alors il faudra regarder Cendrillon.
 
*********

Voici en suivant deux versions du personnage Kalergi.

https://penserrendlibre.wordpress.com/2013/10/18/le-plan-kalergi-genocide-des-peuples-europeens/

En 1922, il fonda à Vienne le mouvement« Paneuropéen », qui visait l’instauration d’un Nouvel Ordre Mondial basé sur une Fédération de Nations dirigée par les Etats-Unis. (…)  Dans son livre « Praktischer Idealismus », Kalergi déclare que les habitants des futurs “Etats Unis d’Europe » ne seront plus les peuples originaires du Vieux Continent, mais plutôt une sorte de sous-humanité bestiale issue de mélanges raciaux.
Il affirmait, sans demi-mesure, qu’il était nécessaire de« croiser » les peuples européens avec les Asiatiques et les Noirs, pour créer un troupeau multiethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer pour les élites au pouvoir.
Le prix européen Coudenhove-Kalergi a été institué en son honneur. Tous les deux ans, il récompense les européistes qui se sont particulièrement distingués dans la poursuite de son Plan criminel. Parmi eux, nous trouvons des personnes du calibre d’Angela Merkel ou d’Herman van
Rompuy.

L'autre version: pour d'autres, il est l'initiateur d'une europe confédérale: Voici les idées contenues dans une conférence tenue en 1939 :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Nikolaus_de_Coudenhove-Kalergi

  • Préserver la paix, éviter la guerre4
  • Face à la guerre en cours, reconstruire, après la guerre, une Europe unie, une Europe égale où les peuples et les races seraient égales et non humiliées comme dans le Traité de Versailles4.
  • Pour atteindre cette unité : Mettre fin à la souveraineté illimitée des États (éviter cette anarchie européenne à 30 États). Se calquer sur le modèle des États-Unis d'Amérique, de l'URSS. Dans d'autres textes, il parle de livrer concurrence aux empires panbritanique, panaméricain, panrusse et panmongol4.
  • Une Europe qui ne soit pas uniquement basée sur une coopération économique et une unité monétaire4.
  • Une Europe possédant une force armée commune dont le socle premier serait l'aviation4.
  • Une fédération européenne qui remplacerait la Société des Nations4.
  • Une Europe qui serait à la tête de l'humanité4.
  • Dans une Europe ou la science et les techniques réduisent les instances entre les peuples et les hommes, avancer vers une union pan-européenne avec une base d'égalité nationale, de respect de la liberté humaine. Rejet des modèles de domination du matérialisme du XIXe siècle (capitalisme à outrance), de la domination allemande (raciste et totalitaire) ou bolchevique (communiste et dictatorial)4.
  • Modèle par excellence, la Suisse qui respecte : a) les droits de l'homme, b) les libertés individuelles, c) l'égalité entre les grands et les petits États et l'intégrité des minorités ethniques et religieuses. Un État qui est axé sur la solidarité en politique étrangère, militaire, monétaire et économique. Le tout en garantissant l'indépendance et l'intégrité de tous les États fédérés. Cette idée de modèle suisse se retrouve dans d'autres écrits de Richard Nicklaus de Coudenhove-Kalergi. Pour Richard Nicklaus de Coudenhove-Kalergi, la Suisse propose un modèle partant d'un subsidiarité qui part du bas et va vers le haut. Les Suisses peuvent aussi élire et voter (comme les initiatives). Le modèles de la double majorité dans les votations suisses4.
  • Développement d'une mystique européenne : « De même que dans tous être vivant le corps est façonné par l'âme, de même le corps de l'Europe ne naîtra que sous l'impulsion d'un esprit européen » (p. 19). Ces racines mystiques sont à chercher dans : a) la culture classique européenne, b) la foi chrétienne, c) la conception de l'honneur des chevaliers médiévaux4.
  • L’Europe est une Europe chrétienne : tendance sociale et humanitaire chrétienne. Foi chrétienne4.
  • C'est une Europe portée par un esprit héroïque et chevaleresque4.
  • Assurer la paix, mais aussi la renaissance de l'Europe afin qu'elle reprenne son rôle à la tête de la planète4.
  • Il termine sa conférence par une exhortation à la jeunesse4.

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Romanin 11/09/2015 17:52

Aux chiottes Kalergi, Juncker et Merkel et l'autre tafiole de Von Ruimp!