Rassemblement du Siel : Mélanie Dittmer brûle le drapeau de l’Union Européenne - Par Christine Tasin

Publié le 25 Septembre 2015

 

En présence de Karim Ouchikh, Pierre Cassen et Renaud Camus

Nul doute que tous ceux qui étaient là hier soir connaissaient par coeur les arguments, les exemples, les responsables… de la situation que l’on nous fait subir. Mais Dieu que cela fait du bien de l’entendre exprimé avec force, avec des images, avec des parallèles, avec des mots et des métaphores qui touchent, qui font vibrer, qui donnent envie d’applaudir, de crier… L’esprit français soufflait devant l’ambassade allemande hier soir.

Et on a crié  » on est chez nous« , » islam dehors « … On a chanté, aussi, la Marseillaise.

Les discours ? Je ne vous les résumerai pas, ce serait vous priver d’un grand bonheur. Deux amis étaient là qui ont tout filmé,  ils nous enverront très vite les enregistrements, que nous relaierons, vous pourrez, ô vous qui travailliez, qui étiez souffrants loin de Paris profiter de la verve des différents intervenants, représentant plusieurs courants politiques ou associatifs, différents, opposés sur certains points,  mais réunis pour un même but :   lutter pour que la France demeure la France.

Le drapeau de l'occupation bruxelloise est brûlé sur la place publique. Un vrai bonheur.

Mais, en avant-première, je tiens à vous faire partager le clou du spectacle, un moment d’euphorie, celui où Mélanie Dittmer, de Pegida Düsseldorf et Cologne brûla sur la tribune le drapeau européen. 
Elle prit les organisateurs au dépourvu, n’ayant prévenu personne, mais la foule applaudit et rit. Petite revanche, innocente, sur tout ce que Bruxelles et ses trois âmes damnées Merkel, Juncker et Hollande nous font subir depuis des mois. (...)

 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Marie-Claire Muller 28/09/2015 21:17

Deux islamo-terroristes présumés arrêtés à la frontière hongroise
Partager sur Facebook Tweeter

27/09/2015 – EUROPE (NOVOpress avec le Kiosque Courtois)

Après l’arrestation voici une semaine, à la frontière bulgaro/Macédonienne de 5 hommes qui tentaient de la traverser avec des vidéos de décapitation et de propagande pour l’État islamique sur leur smartphone, deux meneurs des affrontements ayant eu lieu à la frontière serbo hongroise ont été identifiés par la police comme des terroristes s’apprêtant à frapper sur notre sol. L’un d’entre eux, proche du groupe Al Nosra, aurait sévi en Syrie où il aurait participé au meurtre de plus de 50 personnes. Au moment de son arrestation, il était en possession de 7 passeports syriens, tous munis de visas Schengen. Ce qui confirme les propos des responsables de Frontex sur les faux passeports syriens.

Quelque 30% des personnes se disant de nationalité syrienne lors de leur enregistrement en vue de l’obtention du statut de réfugié en Allemagne ne le sont pas. C’est ce qu’a indiqué vendredi le ministère de l’Intérieur, en se basant sur ce que constatent les autorités sur place, en particulier la police et Frontex, l’agence chargée de la surveillance des frontières de l’Union européenne.
Posséder cette nationalité présente, en effet, des avantages : Berlin a décidé de ne plus renvoyer les Syriens vers le pays dans lequel ils sont entrés dans l’Union européenne, comme le prévoit la législation européenne. Les réfugiés bénéficient en outre d’un examen accéléré de leur dossier.