Riposte-Laïque de nouveau persécutée par la justice socialiste. Par Cyrano

Publié le 23 Septembre 2015

Madame Taubira que l'on entend plus depuis quelques temps, sait agir contre les sites de réinformation de la Résistance. La preuve ! Cette demande d'information judiciaire faite à Riposte-Laïque comme si ce site devait focaliser par sa nocivité extrême et dangereuse pour l'ordre public tous les instants de l'appareil judiciaire alors même qu'il n'a pas, dit-on, le temps d'empêcher la sortie de prisons de personne jugées pour crimes. Mais où est donc Madame Taubira ? 

Gérard Brazon

DecapitationisereDécidément, si Riposte Laïque n’existait pas, on a l’impression que certains magistrats et autres policiers s’ennuieraient. Après les plaintes d’Anne Hidalgo pour un dessin la montrant en position de lèche-babouches, de Pierre Bergé pour un texte jugé offensant à Sa Majesté, et de Bernard Cazeneuve pour un texte et un dessin jugés injurieux envers un membre du gouvernement, voilà la police qui envoie encore des questions étonnantes à notre directrice de publication, Madame Khadija Ait M’Barek, suite à une procédure entamée par les services de Taubira, à savoir la section AC4 du Parquet du Tribunal de Grande Instance de Paris.

Madame,

Je me permets de vous adresser une nouvelle demande dans le cadre d’une procédure suivie par mon groupe, dans le cadre d’une enquête préliminaire diligentée par la section AC4 du Parquet du TGI de PARIS du chef d’atteinte à l’intégrité du cadavre.
Cette procédure fait suite à la mise en ligne, le 29/06/2015 d’un article intitulé « Les Français vont-ils se laisser décapiter par la faute de Hollande-Valls-Cazeneuve « , sur le site internet ripostelaique.com .

A cet effet, pouvez-vous m’indiquer l’identité complète ainsi que les coordonnées du directeur de publication du site internet ripostelaique.com .

L’article mentionné ci-dessus était accompagné de la photographie de feu Hervé CORNARA.
– Pourquoi avez-vous diffusé cette photographie ?
– Quel but poursuiviez-vous ?
– L’information communiquée nécessitait-elle la présence de la photographie en question ?

Merci de bien vouloir répondre à ces questions.

Dans l’attente d’une réponse de votre part.

Bien cordialement.

O. R.

La demande est ahurissante. Notre crime supposé ? Avoir publié, le 29 juin, en exclusivité, la photo d’Hervé Cornara, décapité, accrochée à la grille de l’usine de l’Isère, à côté de banderoles de l’Etat islamique.

http://ripostelaique.com/les-francais-vont-ils-se-laisser-decapiter-a-cause-de-hollande-valls-cazeneuve.html

Apparemment, cette publication nous vaut donc un interrogatoire nous demandant de justifier notre décision. Depuis quand doit-on répondre de ses choix rédactionnels auprès de représentants de l’Etat ? Sommes-nous donc officiellement devenu un pays totalitaire, où le régime peut poursuivre, voire censurer comme bon lui semble toute information contraire à ses intérêts ? Quinze jours après l’énorme manipulation médiatique autour de la mort d’un enfant syrien sur les côtes turques, l’ensemble des médias qui ont diffusé cette photo (c’est-à-dire tous), vont-ils subir à leur tour les mêmes procédures inquisitrices ?

– Pourquoi avez-vous diffusé cette photographie ?
– Quel but poursuiviez-vous ?
– L’information communiquée nécessitait-elle la présence de la photographie en question ?

av BHL PHOTO AYLANSi tel n’était pas le cas, nous serions obligés d’en conclure que l’Etat français veut interdire de montrer la réalité de la barbarie islamique, mais est complice de l’instrumentalisation honteuse de la mort de l’enfant Aylan pour imposer aux peuples européens une immigration massive.

Nous avions par ailleurs informé nos lecteurs que, suite à la demande de l’avocat de la famille Cornara, Maître Julien Chauviré, le 17 juillet, nous avions immédiatement modifié notre photographie, et mis un grand carré blanc à la place de la tête du malheureux chef d’entreprise.

http://ripostelaique.com/retrait-de-photo-reponse-a-lavocat-de-famille-dherve-cornara.html

Voilà, d’autre part, les réponses que Khadija Ait M’Barek, notre directrice de publication, après contact avec notre avocat, fera à la police, qui transmettra au Parquet. On ne peut que s’interroger, dans une période où l’Etat islamique a déclaré la guerre à notre pays. Les agents de l’Etat, magistrats ou policiers, ne devraient-ils pas être affectés à des missions plus utiles à la collectivité que celles auxquelles Taubira et Cazeneuve les confinent ?

Monsieur l’officier de police judiciaire,

Vous nous demandez pourquoi nous avons cru utile de montrer la tête décapitée d’Herve Cornara.

C est en fait assez simple. Nous n’avons pas voulu que sa mort et le crime qui a été commis restent inutiles. Que sa mort ne serve à rien d’autre qu’à instaurer la terreur des fous d’Allah. Car ne vous en déplaise, cette mort ne sert que leur propagande et leur idéologie barbare.

Nous avons voulu que nos concitoyens puissent voir de leurs yeux le résultat de la barbarie islamiste.

Votre demande ne cesse de nous surprendre. En effet, lorsque les chambres à gaz et les camps de concentration et leurs charniers ont été découverts, il semblait indispensable de montrer au monde l’ignominie pratiquée par les nazis.

Pensez-vous que les survivants de la barbarie nazie auraient dû porter plainte pour atteinte à la dignité de leurs morts ?

Pour nous, la barbarie islamiste relève de la même nature que la barbarie nazie. Les événements dans le monde arabe et en Europe nous le prouvent tous les jours.

Par ailleurs, nous ne pensons pas qu’il faille d’abord cinq ans de guerre pour que nos concitoyens soient en mesure de voir les résultats du fléau islamiste, comme ils ont pu voir grâce à des images tournées sur place les résultats de la barbarie nazie.

Doit-on penser que l’on porte atteinte à l’honneur des victimes d’un charnier nazi ou autre lorsque l’on montre ce qui leur est arrivé ? Des musées entiers leurs sont consacrés comme il y aura probablement un jour un musée des crimes de l’islam.

De même, doit-on penser que toute la presse française a porté atteinte à l’honneur du petit Aylan dont les photos ont fait le tour du monde ?

Si le ministère public estime qu’il existe deux types de victimes et deux types de cadavres, ceux que l’on peut montrer, ceux sur lesquels on peut « investir », et ceux qu’il faut cacher, il nous serait utile de connaître la source légale ou morale de départage.

La qualité des victimes dépend-elle de la qualité de leur assassin ? Les victimes de l’islam ne sont-elles pas dignes d’être connues, vues et plaintes par les autres hommes ?

Si tel est le cas, nous voulons savoir de quelle loi ou décret cela résulte.

En montrant la photo de la tête décapitée d’Hervé Cornara, c’est bien entendu également à la compassion de chacun pour les souffrances qu’il a endurées que nous avons fait appel.

Ne le méritait-il pas ? Devait-il rester un anonyme, ou devait-on lui rendre en réalité sa dignité en montrant les restes de sa tête ?

C’est en mettant un visage sur les victimes des crimes qu’on les sort de l’anonymat où tout le monde veut les plonger.

Ce qui nous semble insultant et attentatoire à son honneur, c’est de vouloir le cacher.

Ce n’est pas Riposté laïque qui a décapité Hervé Cornara.

Par contre c’est Riposte Laïque seule qui a eu le courage de montrer et de faire comprendre, autrement qu’avec des mots creux, les souffrances qu’il a pu endurer.

C est parce que Hervé Cornara était un Homme qu’il méritait que sa souffrance soit vue et reconnue.

Hervé Cornara était notre frère citoyen français. La fraternité ne fait-elle pas partie de la devise de la France ?

Pour les islamistes au contraire, il n’était qu’un chien, un infidèle qui méritait de mourir.

Dès lors, vouloir cacher ses souffrances, c’est vouloir cacher et occulter les crimes de la barbarie islamiste. A qui cela profite-t-il ?

Nous n’avions pas à le traiter comme un anonyme.

Bien entendu, dès que sa famille nous a demandé de retirer cette photo, nous nous  y sommes pliés sans aucune hésitation.

Nous restons à votre disposition et vous prions de croire, monsieur l’officier de police judiciaire, en l’expression de nos sentiments respectueux.

Cyrano

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Repost 0
Commenter cet article