Pour Orban, l'islam fixe des règles "d'un autre monde"

Publié le 16 Octobre 2015

Le dirigeant populiste hongrois Viktor Orban, tenant d'une ligne dure dans le dossier des migrants, estime que l'islam "n'appartient spirituellement pas à l'Europe" et établit des règles "d'un autre monde", dans une interview à paraître samedi dans l'hebdomadaire allemand Focus.
 
 
"L'islam n'a jamais appartenu à l'Europe, il s'y est invité", déclare M. Orban, justifiant son opposition à l'accueil par l'UE de centaines de milliers de demandeurs d'asile venus pour la plupart de pays musulmans par son souci de "défendre" les "valeurs culturelles" européennes.
Le Premier ministre hongrois a concédé que les travailleurs turcs venus fournir des bras à l'économie allemande dans les années 1960-1970, bien que majoritairement de religion musulmane, "appartenaient à l'histoire de l'Allemagne et donc de l'Europe".
"Mais spirituellement, l'islam n'appartient pas à l'Europe. C'est un corpus de règles d'un autre monde", a affirmé M. Orban, se plaignant de n'avoir "pas le droit d'émettre un doute", face aux Allemands ou aux Français, sur la possibilité d'une société multiculturelle. "Nous, en Hongrie, décidons nous-mêmes si nous en voulons ou pas. Nous n'en voulons pas", ajoute-t-il.
Le chef du gouvernement hongrois, qui a toujours assimilé les migrants arrivant par milliers chaque jour en Europe à de simples "réfugiés économiques", juge que "tout le monde n'a pas droit à une vie en Allemagne ou en Hongrie. Seulement ceux qui ont travaillé pour ça".
Dans une interview début octobre à la radio hongroise Kossuth, il assurait que les migrants étaient à au moins 80% "des jeunes hommes, un groupe qui ressemble plus à une armée qu'à des réfugiés." Ces chiffres sont contredits par les statistiques du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés et par l'Unicef, selon lesquelles un tiers des réfugiés sont des femmes et des enfants. Monsieur Victor Orban, dont le pays a vu transiter près de 300.000 migrants depuis le début de l'année, a plaidé fin septembre à l'ONU pour un système de "quotas mondiaux" destiné à "répartir le fardeau" migratoire.
 
 
Venez nombreux le 7 novembre pour soutenir Victor Orban qui est le seul a protester contre l'invasion migratoire. Des déserteurs plutôt que des réfugiés au regard des femmes Kurdes, Yazidies, Chrétiennes qui se battent et meurent aussi pour défendre leurs pays.
Gérard Brazon

 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Ronaldegaule 19/10/2015 18:02

Partout où l'islam s'installe, la chienlit apparait ! Les "terroristes" du pouvoir sont les premiers responsables en imposant au peuple ce qu'il ne veut pas, mais le peuple à sa propre responsabilité
en maintenant au pouvoir des idéologues lâches et incompétents!
Viktor Orban défend avec conviction et courage, l'avenir de son pays, bravo à lui !!!!

Claude Germain V 17/10/2015 18:54

Et ce jour là vous trouverez devant les entrées de rues qui arrivent vers l' Ambassade les cohortes de violents du pouvoir cazeneuvien les centurions nazillons aux ordres , matraques a la main prêt a taper sur leurs employeurs .....C'est pour cela que quand je les vois manifester , ces messieurs n'ont qu 'a aimer les citoyens francais plus que les PV , autrement qu ' "ILS" se démerdent seuls ou alors qu'ils foutent la révolution dans le pays avec les gendarmes et les militaires .......Nous on va suivre .....

Aaron 16/10/2015 13:36

Non, aucun quota.Ces indésirables n'ont rien à faire en Europe.

Frahenjac 16/10/2015 23:40

Je partage !