L'identité de la France: extrait d'une réponse précise...

Publié le 9 Novembre 2015

Une défense pour la France: contre quelles menaces? La menace identitaire.
par Bernard WEIGEL
 
En 1942, en pleine situation mondiale dramatique d'une Patrie meurtrie, Paul Claudel faisait ainsi parler la France : "On n'a pas seulement livré mon corps, on a installé quelqu'un dans mon âme.....On s'est assis sur mon coeur et j'entends quelqu'un qui parle à ma place";
Mais, dans un cri d'espérance, en dépit de cette identité perdue, il disait encore : 
      
"Et moi, dans la profondeur de la nuit, je faisais un pacte avec mes racines ! 
      Mes racines qui ne sont pas.... dans la boue, dans le sang et dans la matière.
      Mais dans la volonté de Quelqu'un, épousé par ma volonté tout entière".

 Dans un premier temps, nous essaierons de décrire les valeurs qui ont été déterminantes pour l'identité de la France. Dans un deuxième temps, nous nous attacherons à cerner les forces qui s'y opposent. Et nous conclurons sur l'ouverture nécessaire de nos efforts à l'Europe et au monde. 

I - UNE ESQUISSE DE L'IDENTITE FRANCAISE
Ce n'est qu'au plus profond de l'humus nourrissant nos racines millénaires et la chair de notre Peuple que nous pourrons tenter une approche de son identité. 

a ) Histoire
      L'Histoire nous en fournit les repères. Notre âme commune en est le fruit, car, l'écrit Jean-Claude Barreau : " Les peuples ont besoin de mythes fondamentaux, du passé épique dont ils peuvent être fiers. Les mythes ne sont pas des mensonges, mais ce sont des exagérations lyriques".
      Notre Histoire inscrite commence avec les Celtes, prend forme cohérente sous l'égide de Rome et se poursuit avec la christianisation de l'Empire. Les tribus des invasions diverses, enrôlées par Rome, bénéficieront ainsi, à la fois de la pax romana et de l'épanouissement de la Chrétienté. Après l'Empire, se fonde la Royauté, dont les Maisons successives prendront le pouvoir, exercé par un Roi, père de ses sujets et gouvernant sous la garantie d'un sacre, jusqu'au XVIII° Siècle. La Révolution déniera la dimension spirituelle de ce pouvoir, en sacrant le Peuple, désormais souverain de son destin, mais n'empêchera pas le christianisme d'inspirer encore sa démocratie, jusqu'à la fin du XX°Siècle. 
      Toutefois, amorcée une première fois, en 1598 par l'Edit de Nantes, la laïcité du Royaume fut adoptée par toutes les Constitutions de la République, faisant de la religion une liberté, déjouant ainsi toute tentative de rassembler dans une même main le pouvoir politique et l'autorité religieuse, en opposition à certains intégrismes modernes. 
      Mais, nés dans une lente et sanglante gestation, dont les fondements sont pourtant également chrétiens, les mots de la devise de notre Pays, Liberté, Egalité, Fraternité, en succédant à la gesta Dei per Francos, prennent alors, sous leur forme laïque, une valeur de rayonnement universel. 
       Notre Histoire est aussi celle du monde.

b ) Géographie
       Merveilleusement serti sur la Terre, à l'abri de ses mers et de ses montagnes, notre Pays est bien délimité par ce que l'on a appelé, au XIX° siècle, des frontières naturelles. La France a été protégée par elles et s'est aussi battue pour les faire respecter, au prix du sang de ses enfants, ensevelis dans sa terre et auxquels nous devons la vie et la liberté. 
       Mais, il ne faudrait pas non plus oublier, dans un trop grand radicalisme territorial, que ces frontières, bien avant les affrontements du XIX° et XX° Siècles, étaient enjambées par des cultures et des langues partagées ( Savoie, Catalogne, Pays basque, Flandres, Bretagne, Lorraine Thioise, Alsace), comme si l'obstacle géographique séparateur, n'avait pas été en lui-même, un incitateur permanent à la rencontre des hommes des deux versants et des autres rives.
       Situées aux Marches de notre Territoire, ces Provinces frontières, enrichirent notre Peuple, d'ouverture et de particularisme. 
       Notre identité s'est aussi nourrie de sa diversité. 
              "Je vous salue ma France où les vents se calmèrent
              Ma France de toujours où la géographie
              Ouvre comme une paume aux souffles de la mer
              Pour que l'oiseau du large y vienne et se confie". 


c) Langue française
       Qui donc mieux qu'un poète, Aragon cette fois, aurait pu nous amener à parler de notre langue. 
       
"L'Histoire de France commence avec la langue française" écrit Michelet, suivi un siècle et demi plus tard, par André Malraux : "Ma patrie, c'est la langue française".
 
On notera au passage que la langue française est maltraitée en France. Des animateurs, des présentateurs, qui utilisent des anglicismes, trouvent intelligent de se moquer de notre langue, des émissions au nom en anglais comme The Voice, des télévisions comme MYTF1, des publicités en langue anglaise comme Nexpresso, etc. Tout est fait pour que la langue française malgré la loi Toubon soit "effacé" progressivement. Quand ce n'est pas de l'anglicisme, c'est du verlan façon beur des cités ! Ndlr Gérard Brazon 
 
       La Patrie est le Pays du Père, la langue maternelle, celle de nos premiers balbutiements et du premier amour que notre coeur a ressenti. La France est ma Patrie, le français est ma Matrie. 
       Notre langue française, gréco-latine, a une clarté, une précision, une logique, une beauté, un sens de la mesure et de la nuance, qui constituent la structure même de notre identité et nous permettent de la transmettre par l'expression de notre pensée et de notre voix. Langue diplomatique par excellence, elle est parlée dans le monde entier.
Ainsi que le chante le Poète canadien Claude Beausoleil
             " J'écris que ma langue est d'Europe et d'Amérique... 
             ... la langue est un pays aux frontières fictives. 
             J'habite une langue aux accents universels." 
(...)
 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoires des peuples

Commenter cet article

Resistance 09/11/2015 23:24

VIVE LA FRANCE!!!