Lasfar et le PS : les Frères musulmans ont infiltré tous les partis politiques français - Par Christine Tasin

Publié le 28 Novembre 2015

 

 

 

 
Les Frères musulmans ont infiltré tous les partis politiques français.
Chapitre 1, Amar Lasfar et le Parti socialiste
Article de fond de votre servante écrit pour le site fmmonitor
Ils sont diablement efficaces, les Frères musulmans, adaptant leur façon de faire à chaque pays, tirant parti des points forts comme des points faibles. On les a vus en Egypte, entre autres, croître sur le terreau de la pauvreté et du sentiment d’abandon.
En France, ils ont observé et compris l’importance du débat, de la dialectique, du lobbying, du clan idéologique et surtout politique.
C’est ainsi que, à Lille, dès le début des années 1980, Pierre Mauroy, et, après lui, Martine Aubry, du Parti Socialiste, ne juraient que par Amar Lasfar,  (président de l’UOIF depuis 2013, voir mon précédent article sur le sujet ,https://www.fmmonitor.fr/en-france-les-freres-musulmans-ont-pignon-sur-rue-grace-a-luoif-et-fils-de-france/).
On rappellera en passant que Pierre Mauroy a été le Premier ministre de Mitterrand et Martine Aubry la première secrétaire du Parti Socialiste, parti dont les députés ont osé s’abstenir lors du vote de la loi contre le port du voile intégral, symbole de l’oppression des femmes. Martine a dû recevoir un bon point de son imam préféré ! On rappellera en passant que Pierre Joxe, en 1990, ministre de l’Intérieur sous Mitterrand, a décidé d’élargir le Conseil de réflexion sur l’islam de France (CORIF), ancêtre du CFCM. Deux « nordistes » de l’UOIF y ont alors été cooptés : Abdallah Ben Mansour et Amar Lasfar.
Or, qui est Amar Lasfar, recteur de la mosquée de Lille ?
Il a un palmarès qui ferait peur à n’importe quel républicain, sauf à François Hollande et à Martine Aubry… Mais nous savons depuis longtemps qu’ils ne sont pas républicains.
Amar Lasfar a donné la main à quelques basses œuvres,  il s’est notamment opposé aux dernières volontés d’un apostat de l’islam avec la complicité de Martine Aubry. Lors des obsèques d’un Algérien athée, Amar Bergham, qui voulait se faire incinérer, Amar Lasfar a osé  écrire aux juges lillois que seuls des dignitaires musulmans pouvaient décider de la manière d’enterrer l’un des leurs !  Bref, il a émis une fatwa qui interdit à un né musulman d’apostasier et de renoncer aux pompes musulmanes. Ah ! Charia quand tu nous tiens…
Militant indéfectible du port du voile par les femmes, il a accueilli dans sa moquée les 17 jeunes filles exclues du lycée Faidherbe de Lille, en 1994. A partir de là, il a créé le lycée Averroès, lycée musulman (soit une école coranique) en 2003… Lycée sous contrat, dont les enseignants sont payés par l’Etat… Il se bat pour faire école et de très nombreuses écoles musulmanes fleurissent en France.
C’est le même Amar Lasfar qui, au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo le 7 janvier dernier, a menacé de saisir la justice si Charlie Hebdo représentait à nouveau Mahomet… Il avait pourtant défilé aux côtés de Hollande le 11 janvier. Mais la charia, c’est sacré. Pas de liberté d’expression pour les ennemis de la charia.
Pourtant, Amar Lasfar, malgré la takkya, malgré sa volonté d’apparaître rond et bonhomme, ne cache pas toujours son jeu. Il suffit de flâner sur Internet pour découvrir quelques jolies fleurs…
Ce triste et dangereux personnage a (a eu ? il semble qu’ils soient en froid depuis quelque temps) porte ouverte chez Martine Aubry qui lui  a organisé chaque année depuis 2007  la « Rencontre annuelle des musulmans du Nord » au Zénith-Grand Palais, palais des congrès de Lille, géré par une société d’économie mixte dont la ville détient 61%.
Cette rencontre est organisée par la Ligue islamique du Nord que dirige Lasfar. LaLigue islamique du nord est une filiale locale de l’UOIF, qui est elle-même la filiale  française de l’organisation internationale islamiste, chariatique et jihadiste desFrères musulmans. Ni la Ligue islamique du nord, ni l’UOIF n’ont renié officiellement le « credo » des Frères musulmans : « Allah est notre objectif. Le prophète Mahomet est notre chef. Le Coran est notre loi. Le djihad est notre voie. Mourir dans les voies d’Allah est notre plus grand espoir ». Amar Lasfar essaie régulièrement de nier tout lien entre l’UOIF et les Frères musulmans, mais les témoignages de personnes ayant quitté le mouvement le démentent clairement, comme celui de Farid Abdelkrim, ancien responsable des Jeunes Musulmans de France (JMF), la branche jeunesse de l’UOIF.
C’est qu’il s’en passe de belles dans ces Rencontres annuelles des musulmans du nord…
En 2008, tous les candidats aux élections municipales ont même participé à ce grand raout pour répondre aux questions d’une assemblée religieuse ! En France, dans la France qui a voté la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. Merci Martine Aubry, merci Amar Lasfar, merci tous les candidats qui ont participé à cette mascarade, à cette trahison. 2300 musulmans qui cuisinent des hommes politiques laïques… et attendent d’eux des réponses conformes à la charia pour voter pour eux…
Amar Lasfar, en bon Frère musulman, a bien compris. Il a tout compris de la France et de la meilleure façon de faire avancer l’islam : en agitant la carte électorale… On sait bien pourquoi Martine Aubry se désespère tant que le droit de vote des étrangers n’ait pas été voté…
Et elle est prête à tout, on se souvient du scandale des piscines réservées aux femmes, à Lille. Amar Lasfar demande, dans l’espace public, des horaires de piscine réservés aux femmes musulmanes ? Accordé, avec en plus les fenêtres dissimulées, des fois qu’un passant mécréant puisse deviner la forme d’une silhouette pieuse.
Et quand Lasfar invite des islamistes patentés, comme tous les ans, à sa rencontre annuelle des musulmans du Nord, Martine aubry ne dit mot, quand elle ne va pas les saluer… Tantôt, comme en 2010, on a les deux frères Tariq et son frère Hani Ramadan, celui qui défend le principe de la lapidation pour adultère au nom de la charia.  Tantôt on a Hassan Iquioussen, prêcheur habituel de l’UOIF, anti-sémite et révisionniste patenté qui vit en France depuis 2004. On se demande pourquoi il n’a pas été expulsé dans son pays ni même inquiété par la justice malgré ses propos haineux envers les juifs tenus en 2003 dans une conférence publique enregistrée et diffusée sous forme de cassette audio sous le titre La Palestine, histoire d’une injustice. En janvier 2004, L’Humanité a révélé la teneur des propos tenus lors de cette conférence. Hassan Iquioussen y qualifiait les juifs d’« avares et usuriers » et d’être « le top de la trahison et de la félonie ». Il attribuait le schisme qui a divisé l’islam « à un juif yéménite converti pour détruire l’islam de l’intérieur » et présentait Mustafa Kemal Atatürk comme « un converti hypocritement à l’islam » pour la même raison. Tantôt on a Ikrima Sabri, grand mufti de Jérusalem, qui, en 2006, lors d’une interview dans « Die Welt »,   a  dit : « C’est la spécialité des Juifs de tromper le monde ». Il encourage par ailleurs les attentats-suicides…
Lasfar touche à tout… à tout ce qui touche de près les Frères musulmans. A une époque, il a été le « grand argentier » d’un réseau bien peu « humanitaire » du moins selon nos critères – occidentaux – pour définir une ONG, le Secours Islamique et s’est mis en quatre pour le CBSP (Comité de Bienfaisance et de Secours à la Palestine) façade du Hamas palestinien derrière laquelle se dissimule la Confrérie des Frères Musulmans.
Le Secours islamique, qui avait été créé en Angleterre par Hani Al Banna, fils du fondateur des Frères Musulmans est considéré par les autorités américaines, mais aussi par la DST française, comme une courroie de transmission du terrorisme international… Le Secours Islamique est étroitement contrôlé par les Frères Musulmans, dont on retrouve des membres dans les statuts déposés à la préfecture de Seine-Saint-Denis. D’ailleurs, le Secours Islamique, dont un ancien ministre de l’Intérieur, Jean-Louis Debré lui-même, dit (in « En mon for intérieur », Jean-Claude Lattès, 1997) qu’il « se livre à des collectes de fonds en France au profit d’une filiale de l’IIRO. Cette ONG Saoudienne aurait financé ce qu’on appelle le Bureau des Services, installé à Peshawar au Pakistan et destiné à soutenir le GIA ».
Le Point, en 1993, disait du Secours Islamique qu’il était une « agence de voyage pour barbus de tous poils ». Amar Lasfar, trésorier en son temps de cette filiale de l’IIRO, prétend qu’il serait « agent de voyage » et qu’il organiserait des pèlerinages… France soir, le 28 mars 1995 se demande même s’il n’aurait pas signé des chèques pour permettre à de jeunes jihadistes « français » d’aller faire du jogging au Pakistan ou en Afghanistan. Amar Lasfar a attaqué le journaliste de France soir… et a perdu son procès. Ce journaliste, Andrew Wareingdécédé en 2005, a mené plusieurs enquêtes sur les milieux islamistes de France, en particulier sur Amar Lasfar qui lui a intenté plusieurs procès pour « diffamation », et les a tous perdus, malgré la défense d’Amar Lasfar par Maître Jean-Louis Brochen, avocat des mouvements islamistes du Nord et compagnon de Martine Aubry, maire de Lille.
Bref, Amar Lasfar évolue en eau trouble. Ce n’est peut-être pas sa faute si des membres des GIA (cellule de Lille), Ali Ben Fattoum et Mohamed Drici, deux membres de la cellule lilloise des GIA, ont avoué s’être connus à la Mosquée de Lille-Sud, celle-là même dont Amar Lasfar est le recteur. Ils y ont également rencontré les terroristes Abdallah Nasr et Aït Touchent, qui ont fréquenté plusieurs mosquées du Nord… toutes affiliées à l’UOIF ! La mosquée était également fréquentée par Christophe Cazé et Lionel Dumont, deux convertis, et Rachid Souimdi, tous trois membres du gang islamo-mafieux de Roubaix démantelé en 1996.
Quant au CBSP, le Comité de Bienfaisance et de Secours à la Palestine, il a occupé, à Lille, les anciens locaux de l’agence de voyage d’Amar Lasfar… et sur les documents distribués au public, l’adresse « où envoyer des dons » était celle de la mosquée du recteur… Le CBSP est lié étroitement avec… les Frères musulmans, au point que les Etats-Unis ont gelé ses comptes en 2003 à cause de ses relations avec la représentation en Palestine des dits Frères…
Bref, Amar Lasfar est partout, et il est parvenu à imbriquer étroitement politique et islam, au point d’être invité à marcher aux côtés de Hollande le 11 janvier, après les attentats de Charlie Hebdo. Il était rayonnant dans le prêche qu’il a fait à la mosquée, ensuite : « des musulmans ont pu crier en plein Paris je suis musulman et fier de l’être au vu et au su du monde entier ».
Le responsable français de l’UOIF, lié aux Frères musulmans, qui cautionnent et encouragent le terrorisme, marche soi-disant pour la liberté d’expression aux côtés du président de la République… C’est la preuve que la charia est en marche en France. Et c’est une tragédie.
Christine Tasin
 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Frahenjac 29/11/2015 22:49

Très bon article !