Le tweeteur cinglé - Par yannick Chauvin

Publié le 20 Novembre 2015

 

Cela canarde encore en plein Saint-Denis. Nos p’tits gars du GIGN, du RAID, de la gendarmerie, de la police, de l’armée, le doigt sur la détente, tentent de progresser en évitant les méchants pruneaux des djihadistes. Odeur de mort. Scène de la guerre ordinaire.

Par Boulevard Voltaire

Pendant ce temps, un olibrius, bien au chaud, bien planqué, pianote sur son téléphone portable. Il est 9 h 00. Son souci du moment : faire savoir au monde entier que la cote du Président grimpe en flèche. Il n’en peut plus, c’est trop, il ne peut pas se retenir. Et alors, il lâche son information jouissive :« Attentats : 73 % des Français estiment que Hollande est à la hauteur. » Wouahou ! Ça fait du bien !

Je suis sûr que ce type, à ce moment précis, se vote des félicitations. Il se voit même récompensé par son patron. Une médaille ? Pourquoi pas. En tout cas, un grand bond dans l’estime présidentielle…

Cet individu a pour nom Gaspar Gantzer. Il a 36 ans, né de parents bourgeois, a vécu Paris XVe, puis Sciences Po. Puis, bien sûr, l’ENA. Il est, aujourd’hui, le communicant en chef de Hollande. Il a pris la relève d’un autre cador, Aquilino Morelle, le type qui se faisait cirer ses chaussures à l’Élysée.

Gégé, c’est le gars qui a inventé le Lucettegate – vous savez, cette visite entièrement bidonnée du Président à une sans-dents, le mois dernier ? Pathétique tentative pour revaloriser l’estime que le bon peuple de France porte à François Hollande, et qui s’est méchamment terminée en eau de boudin. Après ce fiasco, pas la plus petite réprimande au génial cafouilleur. Ce qui lui a permis de recommencer hier. Car il fourmille de bonnes idées, ce garçon, et son tweet du 18 novembre au matin est l’une des plus fumeuses, des plus pétaradantes.

Mais qu’est-ce qu’on leur apprend, à l’ENA, à tous ces gosses ? Faut croire qu’on leur injecte la connerie en intraveineuse ! Il n’a pas compris qu’on ne mélange pas les genres : d’abord éliminer les djihadistes puis, après – seulement après -, faire le débriefing. Alors, et seulement à ce moment-là, il pourra la ramener avec son petit sondage, sa brosse à reluire et sa panoplie de larbin. C’est une question de morale élémentaire, niveau certif’.

Pardonnez-moi de m’emporter, mais je n’ai aucune estime – et c’est peu de le dire – pour des gens que je paye avec mes impôts, qui occupent des postes, et dont l’intelligence – c’est-à-dire la faculté de simplement comprendre une situation – est défaillante à ce point. On atteint, là, le degré zéro de l’humanisme élémentaire, celui qui vous commande de regarder autour de vous, de juger si ce que vous voulez entreprendre est bon, ou opportun, de vérifier que vous ne blessez pas votre voisin par une action déplacée. Môssieur Gantzer, avec ses gros diplômes, ses grosses fonctions, sa grosse bagnole, tourne le dos à cette valeur morale de base.

Il a de nouveau sali l’image présidentielle, qui n’en a vraiment pas besoin. Pour un tel méfait, il devrait être viré sur le champ, direction Pôle emploi. François Hollande, qui requinque cahin-caha son image sur les tombes des victimes, aura-t-il le courage de renvoyer Gégé ?

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

michadri 20/11/2015 19:00

Avec le gogol d'hollandouille aux commandes on ne doit rien attendre de mieux de la part d'un de ses larbins.

Aaron 20/11/2015 15:39

Gaspar Gangster . C'est plus convenable....et quand même minable .