Si Robert Ménard n’existait pas, les patriotes devraient l’inventer - Par Caroline Artus

Publié le 28 Novembre 2015

robert ménard

Pour Riposte-Laïque

S’il n’existait pas, il faudrait l’inventer. C’est Robert Ménard, qui vient de lancer un pavé dans la mosquée. Sous forme de Charte, le maire de Béziers soumet aux cultes musulmans de sa ville six thèmes visant à « clarifier les activités des mosquées » dont « l’approbation sans réserve sera de nature à rassurer des habitants de la ville ».

Mais là où les esprits sensés accorderont à semblable initiative toute la légitimité qui se doit –  après six attentats commis au nom d’Allah – ,  là où leur apparaîtra parfaitement fondée la volonté d’un maire de savoir de quoi il retourne dans les mosquées de sa ville – attendu qu’une centaine en France sont jugées radicalisées -, ici et là,  cette charte bitteroise est pourtant décriée. Qu’attend pourtant Robert Ménard des représentants de la communauté musulmane de Béziers ? Qu’ils s’engagent à signer sur l’honneur un certain nombre de statuts et de critères les obligeant à se désolidariser sans aucune ambiguïté de la vision radicale que les islamistes portent sur l’islam. Autrement dit, il les met au pied du mur en prouvant noir sur blanc le bien fondé du sempiternel  « pas d’amalgame ». Eh bien, stupéfaction, telle décision n’a pas l’heur de plaire aux ardents défenseurs dudit pas d’amalgame !

C’est Le Point, qui parle d’abord de charte « draconienne » puis d’une « charte de la honte ». C’est le site saphirsnews qui  l’estime « déconnectée de la réalité » puisque à Béziers, aucune mosquée n’est connue pour propager un discours de haine, ni ne fait d’appel public à la prière ». Et de parler "d'une outrance de Robert Ménard" quand il s’agit pour lui d’appliquer le nécessaire principe de précaution.

Si à Béziers, il faut l’espérer, les responsables musulmans signeront la Charte les yeux fermés, pour d’autres villes, dont les maires pourraient emboîter le pas à Robert Ménard, rien n’est gagné.

En effet, d’après le sociologue Samir Amghar, tout est question du type de radicalisation. Il y a la « religieuse »,  dont les valeurs vont l’emporter sur toutes autres valeurs de la société, et « la politico-religieuse qui justifie les attentats à partir d’un argumentaire religieux ». Ainsi, imposer la nourriture halal dans les établissements publics ou arborer le niqab dans la rue, un type de radicalisation qui ne porte pas à conséquence ? Mais d’expliquer « que ceux qui pratiquent un islam très orthodoxe ont également un regard très critique sur le passage à la violence », en citant l’imam de Brest condamnant les attentats, tout en inculquant dans ses prêches la haine de la musique aux enfants… Citons, aussi, un imam de Montpellier tout juste assigné à résidence, qui, ce 23 novembre, prêchait qu’ « un musulman est un géant endormi, et s’il se réveille, malheur à celui qui se trouve à côté, parce qu’il restaurera la gloire de  l’humanité « . Mohammed Khabatti, un homme charmant, demandait aussi « à Allah de soutenir partout ses moudjahidines »…

Et ce n’est pas non plus Tareq Oubrou (grand copain d'Ali-Jupétin ndlr Gérard Brazon) qui nous rassurera, selon lequel « des propos jugés radicaux ne sont pas forcément illégaux »… la preuve par l’imam de Brest ou par Bernard Cazeneuve en personne pour qui « prôner le djihad n’est pas un délit ». Bref, sur la ligne de la radicalisation « il est difficile de savoir où placer le curseur », conclut Samir Amghar. Alors, on imagine d’ores et déjà, à Béziers, les prises de tête si chacun veut mettre son curseur là où il l’estime, en accord avec sa vision personnelle de l’islam…

En tout cas, il y a une ville où, si son maire proposait cette Charte à signer aux représentants musulmans de la Grande mosquée, d’emblée, ils ne la signeraient pas, c’est Strasbourg. Parce que recevoir le ministre saoudien des Affaires islamiques, Saleh bin Abdul-AzizAl ash-Sheikh qui enjoignait, en 2013, devant une délégation du Koweit dans son pays, à « détruire toutes les églises de la région », ne semble pas, a priori, très en phase avec la Charte présentée par Robert Ménard…

Les musulmans « exaspérés » par le maire de Béziers ? Eh bien, nous, ce qui nous exaspère, ce sont des imams qui rechigneraient à signer une Charte censée nous rassurer. Et, pour couronner le tout, ce qui nous préoccupe beaucoup, c’est  le gouvernement qui ne trouve rien à redire à la venue d’un Grand mufti dont le ministère appelle à l’extermination des juifs, au meurtre des apostats et à la promotion du djihad.

Robert Ménard n’est pas un  naïf, il teste. Il a raison. Il est de nouveau pointé du doigt par la clique bien pensante. Jusqu’à ce que, comme pour l’armement de la police municipale, le gouvernement essaie à l’échelle nationale ce que lui  met en place à l’échelle locale.

Bravo, Monsieur Ménard !

Caroline Artus

http://fr.novopress.info/195509/robert-menard-propose-charte-bonne-conduite-aux-imams-biterrois/

http://www.metronews.fr/info/attentats-de-paris-mosquees-perquisitionnees-en-france-comment-la-radicalisation-est-reperee/moku!hjJWF7sIgACYY/

http://www.saphirnews.com/Menard-veut-imposer-une-charte-aux-mosquees-de-Beziers_a21645.html

http://www.lepoint.fr/politique/beziers-la-charte-draconienne-que-menard-veut-imposer-aux-mosquees-26-11-2015-1985026_20.php

http://pointdebasculecanada.ca/le-site-du-ministere-des-affaires-islamiques-saoudien-publie-des-appels-a-lextermination-des-juifs-au-jihad-et-a-lexecution-des-apostats/

http://www.valeursactuelles.com/societe/a-beziers-robert-menard-presente-une-charte-des-mosquees-57530

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

HAXAIRE 28/11/2015 21:19

Bravo Mr Ménard, Vite une pétition nationale pour mettre vos propositions en application.
En attendant un référendum.... peut-être en 2017.