Ali Oueiss : « Le patron de l’université islamique d’Al-Azhar poignarde l’Occident » - Par Malek Sibali

Publié le 2 Décembre 2015

Tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont des musulmans! C'est un fait incontournable et il y a des raisons à ces faits de terrorisme. A commencer par l'éducation, la haine de l'occident, la haine des chrétiens et des juifs qui est diffusée dans les Ecoles coraniques et les Universités. En France, nous propageons au nom du "vivre ensemble" ces écoles coraniques de la haine et nous nous étonnons par la suite que des monstres y naissent.

Voici un article lu Riposte-Laïque ou un musulman comme on aimerait qu'il y en ait des millions, un chercheur et écrivain Monsieur Ali Oueiss, décrit cette folie monstrueuse et accuse les responsables. Un grand moment et du courage que peu de Français ont à ce jour alors que lui, vivant en Egypte a. Bravo Monsieur.

 

Alazhar

 

Un grand malaise perturbe, depuis un certain temps, de nombreux intellectuels musulmans libéraux. Si les réseaux sociaux en faisaient jusqu’alors plus ou moins seuls l’écho, on remarque désormais que certains organes de la presse arabe écrite s’y mettent avec force.

Au début de cette année, le président égyptien El Sissi a prononcé un discours jugé historique à l’université islamique d’Al Azhar. Il a solennellement réclamé que cette institution doit procéder à l’innovation et à la réforme du discours religieux dans les mosquées et les manuels d’enseignement, de telle sorte que l’islam puisse s’intégrer dans la modernité et ne plus constituer une menace pour la paix. Voici son discours sur le lien suivant :

Cette institution, dont les oulémas sont considérés comme les gardiens du temple de l’islam, est restée cependant sourde à cet appel. Face à cette rigidité insouciante, mais irresponsable, de nombreux intellectuels musulmans manifestent leur colère contre l’impassibilité intrépide et scandaleuse de leur patron, le cheikh Ahmed Mohamed El-Tayeb.

Le dernier coup de colère contre ce dernier a été lancé le 20 novembre 2015 par le chercheur et l’écrivain égyptien Ali Oueiss dans « Opinions égyptiennes » (Ârâ’ misrîyya). En voici quelques extraits traduits de l’arabe :

« Monsieur le cheikh d’Al Azhar ! Vous pouvez vous inspirer largement des légendes, écrire aussi des tonnes de balivernes sur du papier blanc et les réciter devant les caméras ! Les gens qui vous écoutent ne vous croient plus et s’en moquent avec sarcasme de votre hallucination !

« C’est ce qui arrive chaque fois que vous diffusez un communiqué ou prononcez un discours n’ayant aucun lien avec la réalité !

« Vous avez récemment parlé, avec beaucoup de fierté et d’arrogance, de la science et des savants musulmans. Vous prétendez que ces derniers ont transmis le savoir et la science au monde, au moment où la ‘oumma’ musulmane s’appuyait encore sur le Coran et la sunna et s’en inspirait. Par contre, vous ajoutez que l’Occident n’a progressé qu’après avoir coupé ses liens définitivement avec la religion chrétienne.

« C’est une aberration impardonnable et mensongère que vous diffusez. C’est indigne d’un responsable, comme vous, de prononcer une telle hérésie.

« Vous savez bien que dans notre histoire arabo-musulmane, il n’y a jamais eu une renaissance scientifique diligentée ou soutenue par l’État. Nous avons uniquement connu des efforts individuels disparates et marginaux. Leur survie est due à des courants de pensée que l’islam officiel a toujours condamnés.

« Ibn Sina (Avicenne) était un membre du mouvement ismaélite et Ibn Hayyân un chiite imâmite. Tous les deux n’avaient rien à faire avec votre islam. De même, al-Farabi, al Khawarizmi, al-Kindi et tant d’autres appartenaient tous à des courants religieux qui demeurent jusqu’à nos jours dénigrés au sein même de votre ‘fameuse’ institution. Comment osez-vous aujourd’hui évoquer, au nom d’Al-Azhar, les efforts et les réalisations de ces individus que vous n’avez jamais appréciés, d’une part, et d’autre part, sublimé une science que vous n’avez jamais diffusée, mais que vous en avez, au demeurant, persécuté les auteurs ?

« Vous avez oublié que la civilisation est le fruit de la créativité d’un homme et non pas de l’action d’une épée. Il est inadmissible et délirant de considérer l’expansion militaire des arabo-musulmans comme une civilisation, puisqu’elle n’a jamais favorisé le progrès, ni créé des valeurs, ni développé des libertés, ni organisé les affaires de l’État, ni stimulé ou encouragé les initiatives individuelles ou collectives. Avons-nous créé une telle ambiance fructueuse ou prometteuse à côté des marchés d’esclaves que nous avons établis et développés dans toutes les contrées conquises par l’islam, pour la traite des êtres humains tombés en captivité entre les mains des musulmans?

« Monsieur le grand cheikh d’Al-Azhar ! Un peu de pudeur ! La vérité que vous qualifiez d’authentique n’est qu’un très gros mensonge. Vous l’avez enjolivée par un halo de légendes. Si la civilisation était le reflet de l’expansion militaire, Genghis Khan aurait dû être l’initiateur d’une très grande civilisation, et les Seljoukides ottomans seraient les précurseurs de la première civilisation du monde.

« La civilisation est, certes, un état de présence humaine dans toutes ses dimensions, mais aussi une présence de l’homme au sein de son humanité avec une conscience utile de son parcours et de ses réalisations positives. Cette vision est totalement absente et étrangère dans l’histoire d’une nation, comme la nôtre, qui a dépecé vivant le fameux auteur des fables, Ibn al-Muqaffa’, tiré la langue d’Ibn al-Sakit de son arrière, égorgé Al-Jaad ben Dirham au seuil de son minbar, brûlé vif al-Hallâj et dont les cendres ont été dispersées sur un minaret à Bagdad, etc.[i]Comment ces crimes et ces criminels peuvent-ils constituer ou créer une civilisation, alors qu’ils persécutaient tout esprit créateur ?

« Quant à Averroès, vous l’avez condamné à cause de son ouverture d’esprit, exilé comme hérétique et brûlé ses livres. Votre université ne se focalise qu’autour du Coran et de la sunna, prétendant que c’est la seule stratégie valable pour pouvoir exceller parmi les plus célèbres universités du monde.

« L’université islamique d’Al-Azhar est aujourd’hui entre vos mains. Vous disposez d’un budget de plusieurs millions de dollars pour la gérer, développer et moderniser. Qu’est-ce qui vous empêche d’œuvrer à ce qu’elle soit au moins parmi les 500 premières universités du monde ?

« Vous vivez dans un autre milieu, hors du temps. Vous vous engouffrez dans la même vision paradoxale et désastreuse que Daesh. Vous prétendez que l’Occident n’a progressé qu’après avoir abandonné le Christianisme, comme si la religion engendre le sous-développement et l’ignorance, contrairement à ce que vous voyez dans la lecture de votre histoire que la cause de la régression des arabo-musulmans réside dans leur éloignement de la religion.

« Il est indigne et honteux de votre part d’accuser ainsi le Christianisme dont les adeptes ne se sont révoltés au Moyen Âge que contre l’autorité et les abus d’une partie du clergé ayant agi contrairement aux enseignements de l’Evangile et du serment du Christ sur la montagne…

« Depuis que le clergé en Occident s’est consacré à prêcher uniquement la parole de l’Evangile au sein de l’Eglise, les pays occidentaux se sont édifiés sur des bases chrétiennes. Ils respectent la différence, croient à la diversité, protègent les libertés. Vous n’entendez personne en Occident appeler, au nom de sa croyance, à détruire une nation ou un peuple. Mais nos imams et nos prédicateurs que vous avez formés à l’université d’Al-Azhar, le rabâchent sans cesse, à l’instar de vos disciples les caïds de Daesh.

« Nous réclamons de vous et de tous les responsables religieux en islam, de renoncer à ce discours de haine et de discorde. Concentrez-vous sur la bonne orientation morale et spirituelle de vos ouailles, si vous voulez que la nation arabo-msulmane puisse se délivrer de sa décadence suicidaire.

 « J’ai été profondément touché de voir le Pape du Vatican laver les pieds de douze personnes pauvres et malades, dont un musulman libyen âgé de 75 ans…

« Voilà comment on favorise le progrès, la solidarité et le respect entre les humains, et non pas par l’épée de Mahomet ni par celui des Frères Musulmans ni par les ceintures explosives de Daesh et consorts que les adeptes de votre Allah akbar ont récemment déclenché dans la capitale française et tué plus de 130 victimes innocentes et handicapé des centaines de personnes à vie…

« Dire que le progrès en Occident est hostile à la religion, c’est faux et stupide de votre part. De nombreux précurseurs de la renaissance étaient des religieux, des philosophes et des théologiens. L’Europe est forte par ses valeurs et son héritage chrétien. Elle n’a jamais exporté un terroriste pour aller se faire exploser dans un poulailler.

« Avez-vous remarqué comment le Christianisme est capable d’oublier la haine, de pardonner et de répandre la paix ?

« Rappelez-vous le Pape Jean-Paul II qui est allé voir en prison le criminel musulman turc qui a tenté de l’assassiner. Il lui a pardonné au nom de la charité et de sa foi chrétienne.

« Rappelez-vous aussi cette mère américaine qui est allée voir en prison l’assassin de son fils, un certain Allison, et lui dire : « Je te pardonne, je suis chrétienne. Je prie pour toi afin que tu découvres l’amour de Dieu, notre père à nous tous… »

« Voici le Christianisme incarné dans la conscience et la conduite des croyants. Il favorise la charité, le pardon, la tolérance et la solidarité. Il contribue également à promouvoir le progrès en Occident.

« Par contre, que fait l’institution d’Al-Azhar dont vous avez la charge ? Pourquoi échoue-t-elle d’atteindre un niveau digne d’une religion qui devrait prêcher ‘la miséricorde pour les humains’ ?

« Sachez que le véritable diagnostic est le point de départ de toute réforme… C’est indigne de votre part de diffamer l’histoire d’un groupe ou d’une communauté respectueuse avec des palabres calomnieuses, et de nous attribuer en même temps une histoire prétendue glorieuse, mais qui n’a jamais existé…

 « L’Europe, que vous dédaignez, demeure très grande et bien protégée par ses valeurs chrétiennes. En vertu de ces valeurs, elle vous a offert l’opportunité de suivre vos études sur son territoire, de puiser le savoir dans une université française, de vous nourrir de ses biens et de vous soigner. Pour la remercier, vous l’avez, dès votre retour en Égypte, poignardée dans le dos, dans le cœur et dans l’esprit… Quelle honte ! »

Voilà, chers lecteurs et lectrices,  le « bon exemple » que le cheikh d’Al-Azhar donne à tous les musulmans du monde à travers ses discours pleins de haine, d’ingratitude et de rancœur. Si ce type, parvenu à assumer la plus haute responsabilité dans l’hiérarchie de l’islam sunnite, poignarde dans le dos l’Occident, en l’occurrence la France qui l’a accueilli durant plusieurs années, il ne faut plus s’étonner des actes abjects et des crimes barbares perpétrés régulièrement par ses coreligionnaires vivant en permanence parmi nous. Nombreux sont ceux parmi eux qui mordent tous les jours les seins qui les nourrissent !

Malek Sibali

[i] Pour plus de détails sur les aberrations criminelles des arabo-musulmans, l’écrivain irakien, Abboud Al Shalgy, a publié en arabe entre 1990 et 2002 une « Encyclopédie de la torture en islam », en sept volumes. Ce bilan quasi exhaustif englobe la période allant de l’an 632 à 2001. Elle est disponible sur Internet. Les arabo-musulmans sceptiques et les islamo-collabos peuvent facilement la consulter.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article