Gonflés, quand même, les intermiteux du spectacle anti-FN… Par Thierry Michaud-Nérard

Publié le 4 Décembre 2015

 

 

 

 

 

 
On savait la gauche et les tenants de la culture française très portés sur la cul-ture. Le pipi-caca, le sexe et les fessiers sur tous les plateaux de télé. Le rire gras d'artistes et d'animateurs radio-télés. La richesse culturelle axée sur la longueur d'un sexe, les poils pubiens, la bonne blague bien cochonne, provocatrice, etc. Là, on se retrouve avec les débiles habituels qui font de la provoque anti-FN en se mettant à poil. La politique au ras du cul diffusée par des trous du culs.
On dit des hommes qu'ils ont une bite à la place du cerveau, là c'est de la fiente ! Affligeant.
Les prétentions politiques et le droit à la « médiocrité pour tous« , des clowns assistés de la république socialiste, face à la présidente du Front national, sont la triste illustration de ce culte absurde de l’éphémère et de la paresse intellectuelle des clowns de la république, qui sont les profiteurs de la gabegie socialiste.
 

La république socialiste des « intermiteux » sans emplois et des clowns assistés leur donne la parole : « Tout est incompatible entre nous et seuls les intrigants, les traîtres et les crédules pourront croire un instant que la liberté de création a un sens pour (le FN). Nous travaillons et créons en France… La liberté de création c’est d’abord l’ouverture à l’autre… quelles que soient sa couleur de peau, sa nationalité ou sa religion
 
« Les acteurs de la culture pas dupes des critères (du bon sens national) pour évaluer leurs créations :
« Stigmatisation de l’étranger, censure pour atteinte aux bonnes mœurs, enfermement national, baisses de dotation, rejet de l’art contemporain, des avant-gardes accusés d’élitisme (traduction : l’élitisme, c’est la « médiocrité pour tous » et l’escroquerie intellectuelle des clowns et des « intermiteux » sans emplois).
Incapables d’agir face aux événements politiques et sociaux auxquels ils sont confrontés, les clowns « intermiteux » du spectacle, les spécialistes de la « décrépitude intellectuelle » et de la « décadence morale » sont des assistés. Ces sans emplois réguliers vivent grassement sur le dos des contribuables, aux dépens des familles et des gens qui travaillent. On a lu ça : « Madame, vous prenez la plume pour vous adresser aux artistes après les actes terroristes qui ont frappé nos valeurs et nos modes de vie… » Oui, les chaînes de la bêtise des clowns de la république existent bien, et elles franchissent les frontières de l’entendement.
« Le vagin de la reine » d’Anish Kappor, à Versailles, est un affront politique. La fausse Culture Officielle socialiste, c’est la Culture officielle du déshonneur et le système officiel de « l’impudeur pour tous« . C’est la Culture officielle vulgaire, le culte des manipulations politiques grossières et de l’indécence ordinaire. C’est ce qui résume la vilenie de la Royale vaginite des « pertes blanches » nauséabondes, toute honte bue, des bobos socialo-vulgaires à Versailles. C’est la Culture officielle du style petit-bourgeois du « parvenu de l’Élysée« .
Il y a beaucoup de continuité entre la propagande socialo-populiste de la médiocratie et la caste anti-élitiste ou « élito-clastique« . C’est le dogme bobo-élitiste de la démence des « fausses créations iniques de la république socialiste« . C’est la « nuisance socialiste » pour tous. Qui pourrait croire qu’il s’agirait d’autre chose qu’un artifice misérable dans « l’art de la fumisterie » ? La Culture socialiste a finalement avorté, par la grâce de considérations politiques inopportunes. La Culture socialiste est misérable et ce symbole invite à l’offensive déterminée de la « résistance » qui a su dégonfler l’outrance socialo-fumiste du plug-anal « porno-gay« .
Louable hégémonie de la tyrannie idéologique « vagino-centrique » de l’État-PS. Mais personne n’est dupe de l’usurpation idéologique faussement esthétique du lobby GOF-LGBT porno-gay infiltré de l’État-PS. Comme quoi, la liberté d’expression des pseudo-artistes, et escrocs en tous genre, est loin d’être en péril.
Pendant que la censure politique plane sur la France en décomposition, l’actualité pseudo-artistique décadente est mise en scène dans les médias inféodés et subventionnés par l’État-PS.
Le scandale porno-gay du « sextoy« , érigé Place Vendôme à Paris, a suscité la polémique, comme l’exposition « Zizi sexuel » pour les enfants des écoles à la Villette. On a voulu faire croire que cette exposition « instructive » militait pour le plus grand bien des enfants des écoles et des familles ! Le « dégonflage spontané » de la médiocre mystification de Paul McCarthy a été mis sur le compte des « mêmes forces obscurantistes qui s’en prennent aux ABCD de l’égalité« , dénoncées par les soixante-huitards gauchisants, attardés et repus, les adeptes séniles de la « libre pensée« , pour la promotion d’une liberté de penser à sens unique.
Ils étaient habitués à régner en despotes absolus sur l’expression idéologique et soi-disant artistique.
C’est pourquoi les leçons de morale des soixante-huitards gauchisants, attardés et repus, contre les soi-disant nouveaux censeurs, les suppôts de la réaction, ne gagneront pas. Seule la liberté d’expression des gens normaux peut vaincre, dans cette lutte contre « l’art officiel » de la fausse Culture socialiste décadente.
Pour paraphraser ce commentaire célèbre porté sur la presse, « si l’art libre peut être beau ou laid, l’art officiel socialo-contemporain est toujours laid« , même sur la Place Vendôme. Si les bobos parlent aux bobos, on peut espérer qu’il y aura toujours plus d’avantages dans le déclin de la fausse culture socialiste. C’est la nécessaire prise de conscience politique, par la population qui travaille et les familles, de la misère morale et de l’inhumanité de leur existence, face aux clowns grassement subventionnés de la république socialiste.
Devant les chiffres calamiteux du chômage, la vérité de la fausse Culture socialiste est que tous ces moyens financiers sont gaspillés et consacrés à la médiocrité ambiante : « encore des millions jetés par les fenêtres socialistes« . C’est la gloire de la fausse Culture officielle socialiste, et du régime socialiste « en tous genres« , au profit des enflures idéologiques de la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT et de la mise en scène faussement culturelle des gay-pride. Comment peut-on respecter la fausse Culture officielle, qui salit tous les jours la fonction pédagogique et esthétique soi-disant trop « élitiste« , ou même morale, de la Culture vraie ? La presse a dénoncé « l’oligarchie des ectoplasmes et des crétins, et la fin de la culture« .
Cette campagne d’affichage politique de la Royale vaginite, et des « pertes blanches » nauséabondes de la fausse Culture officielle socialiste, est un sacrilège de plus à mettre au compte de la déconstruction. Le but de la Royale vaginite est de recréer un véritable système de « destruction de notre société« . C’est un projet anti-sociétal et fondamentalement corrompu, monté de toutes pièces, que Marine doit combattre résolument.
Dans la course à la médiocrité des créations, en forme de nullité, le rite magique de l’assistance de l’État-Providence, par la gabegie des subventions, est un rite où les clowns et les grands prêtres de l’État-PS sont les médiateurs-bienfaiteurs, entre les « intermiteux » sans emplois, toujours bénéficiaires et assistés, et les divinités socialistes de la dette, de la subvention et de la gabegie. Le rituel de la subvention et de la gabegie exprime toute la puissance idéologique en faveur des privilèges des clowns de la république socialiste. C’est un rituel d’extorsion, qui ordonne à la population qui travaille et aux classes moyennes, qui sont anéanties par l’incompétence et l’amateurisme de Hollande, l’audacieux, de se sacrifier pour venir en aide aux « intermiteux » sans emploi, par la solidarité, afin de conserver les privilèges des clowns de la république socialiste.
L’écrasante majorité des classes moyennes, qui créent des richesses, renoncent à entretenir l’oisiveté et la médiocrité des escrocs profiteurs de la pseudo-culture socialiste, les bobos-intermiteux du spectacle, les spécialistes du « sous-développement culturel et moral » généralisé dans le pays. Les travailleurs sont tombés dans la misère obligatoire de la géhenne (le taudis en hébreu), par suite d’avoir cru dans les valeurs du travail et de la famille. Les privilèges des clowns de la république ont montré les conséquences de la croyance selon laquelle le salut appartient à ceux qui ne font rien et qui « ne travaillent pas« , surtout ceux qui sont les « assistés de la médiocrité« , et qui sont souvent impliqués dans les mensonges de la propagande socialo-populiste.
Le rite de l’État-Providence est conçu sur le modèle de « l’organisation politique instituée de la gabegie et de la subvention » « pour tous« . Le mythe de l’État-Providence se propose de célébrer le « paradis terrestre des clowns de la république socialiste » et tous les privilèges de la médiocrité sans fin. C’est le mythe de l’État-Providence qui entretient la « pseudo-culture socialiste de l’assistance » aliénante. Les idéologues ont entretenu à grands frais le mythe de l’État-Providence et ils promettent des récompenses sans limites pour ceux qui se soumettront à la « domination de la fausse culture dérisoire » au profit des indignés et « des oisifs » des loisirs.
Le rite de l’État-Providence a encouragé « l’oisiveté des profiteurs » et des « intermiteux » sans emplois réguliers, pour la seule « satisfaction des privilèges » de la médiocrité des clowns de la république.
La république socialiste, en voie de disparition, offre la « vision du monde fin-de-siècle« , connue sous le nom de « décrépitude intellectuelle » et de « décadence morale« . Marine doit dénoncer la république socialiste des « intermiteux » sans emploi, qui illustre ce culte de l’éphémère aux dépens des gens qui travaillent.
Lu dans la presse : « Catherine Deneuve s’est empoignée d’une actualité qui lui tient à cœur. L’actrice est montée au créneau concernant la situation des migrants. Elle est attristée par un gouvernement voulant empêcher les migrants d’affluer…C’est incroyable de se conduire comme ça. C’est l’Europe, a-t-elle déclaré, en dénonçant un égoïsme très grand au sujet de la gestion de l’afflux de migrants en Europe… »
Extrait d’interview de Catherine Deneuve : « Je rêve d’être une vedette et une actrice. C’est pour cela que je me suis emballée pour « La Vie de château« , j’avais une étiquette de jeune première romantique…
« Je vis dans un décor art déco. J’y attache une certaine importance malgré moi. J’estime que les choses ne devraient pas exercer trop d’influence sur vous. Elles vous apportent un certain bien-être, mais elles peuvent aussi vous entraîner dans une forme d’esclavage ! »
Lu dans la presse : « Le château de Catherine Deneuve comme si vous y étiez. La comédienne se sépare de sa propriété de Guainville, en Eure-et-Loir. Le château de Primard est mis en vente à 3,9 millions d’euros. » Pourquoi pas y loger des migrants pour soulager l’afflux de migrants en Europe ?
Jack Lang, un autre grand spécialiste de la gabegie, qui vit à grands frais sur le compte de l’Institut du Monde arabe, a déclaré : « Ignobles« , les propos qui auraient été tenus par Marion. Et le HuffPost de titrer : « Crétinisme, ignorance crasse de l’histoire du pays et fanatisme« . Ben voyons !
Thierry Michaud-Nérard
 
 
 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Claude Germain V 04/12/2015 16:08

IL EST ABSOLUMENT CERTAIN QUE TROP DE CULS CELA SENT LA M....DE , surtout de ces bobos là.