Philippe de Villiers- Le moment est venu...

Publié le 22 Décembre 2015

Je lis en ce moment ce livre extraordinaire de Philippe de Villiers que j'encourage à lire en urgence. 
Certes, vous pouvez l'acheter, vous le faire prêter, attendre qu'il paraisse en édition de poche, mais de grâce, lisez-le. Tous les "socialauds-républicians", ceux que j'appelle la socia-lie, la honte de la France sont bien présents. Non seulement ils vivent encore, mais ils se pavanent et osent donner des leçons de maintien. Plus que jamais je regrette le manque de culture politique des électeurs, leur profonde méconnaissance, leur courte vue de ce monde qui se moquent d'eux et des français en général. Plus que jamais je regrette cette occasion manquée lors des dernières élections régionales et la stupidité des électeurs de gauche qui ont voté contre leurs propres convictions surtout contre la démocratie.
Gérard Brazon
Extrait "Le moment est venu de dire ce que j'ai vu"
 
Philippe de Villiers- Le moment est venu...
Philippe de Villiers- Le moment est venu...

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Pivoine 23/12/2015 17:43

Cela fait quelque temps que, sur ce site, je souligne la probité, et les qualités politiques de Philippe de Villiers. Malheureusement, les Français, dans leur stupidité, n'ont pas vu que c'était l'homme qu'il fallait à la France pour redresser la situation, à tous les niveaux.
Beaucoup le comparaient à Jean-Marie le Pen (considéré comme un fasciste) parce qu'il n'hésitait pas à se prononcer contre l'immigration, et réclamer une plus grande fermeté (dans de nombreux domaines).
Lui aurait empêché les délocalisations, car très tôt, il s'était opposé à la mondialisation, contrairement à ce guignol de Montebourg. Les ouvriers n'ont pas entendu, ou compris, son message (lors des présidentielles de 1995 et 2002), et ont continué à voter majoritairement pour la gauche, avec les résultats que l'on sait, puisque peu après, ils pointaient à l'ANPE.
De +, il ne se gêne pas pour dire que l'islam représente un danger pour notre pays.
Lorsque les Français seront au fond du trou, attaqués de tous côtés, et que les politiciens responsables de la situation déserteront la place, il sera plébiscité par la population, qui l'avait boudé 20 ans + tôt.