Région Bretagne. Le Drian, Lebranchu, des conseillers régionaux coûteux qui brillent par leur absentéisme.

Publié le 4 Décembre 2015

03/12/2015 – 07H00 Rennes (Breizh-info.com) – Jean-Yves Le Drian avait été élu président de la région Bretagne en 2010, avant de laisser Pierrick Massiot assurer l’intérim le temps que l’édile socialiste remplisse sa mission de ministre. Les conséquences sont immédiates : 58% de taux de présence à la région pour le ministre de la Défense, qui par ailleurs brigue un nouveau mandat de président de région dans quelques jours. Même constat pour Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation : 38% de taux de présence, ce qui en fait le bonnet d’âne du conseil régional comme le rapport une étude France TV.
Thierry Meuriot (PS, 44%), Sophie Lemoine (FDG, 58%), Gaëlle Nicolas (LR, 62%) ou encore Isabelle Thomas (PS, 62%) sont largement absents eux aussi, et ne remplissent donc pas les fonctions pour lesquels ils ont été élus, et pour lesquels ils sont rémunérés 2660 euros brut mensuels (3725 euros pour un vice-président, 5512 pour un président). Cela sans compter les nombreux remboursements de frais, et indemnités en tout genre dont bénéficient les conseillers régionaux, et, de façon majorée, les vice-présidents et le président de la région Bretagne.
Sur les 83 conseillers régionaux, seuls 26 ont assisté, en cinq ans,  à toutes les séances parlementaires et ils sont seulement 56 à avoir un taux de présence supérieur à 90%. Les plus assidus à la région sont les conseillers régionaux d’EELV (95%), alors que le groupe LR-UDI affiche un taux de présence moyen de 85%. « Dans n’importe quelle entreprise, de telles absences répétées entraineraient des sanctions pouvant aller jusqu’au licenciement » nous confie un observateur.
Il y a quelques jours, suite aux attentats de Paris, Jean-Yves Le Drian a annoncé qu’il resterait ministre de la Défense – cumulant ainsi les mandats contrairement aux promesses de François Hollande – s’il était élu à la tête de la région Bretagne. Un cumul qui devrait devenir réalité, la règle du scrutin régional permettant sans doute au PS de remporter l’élection, alors même que droite et Front national cumulés pourraient représenter plus de 60% des votants.
Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

JPS 04/12/2015 17:55

Pour réagir à l'article : c'est vrai qu'on est vache avec ces politiciens (de merde !) si on les payaient dix fois plus et qu'ls pouvaient détourner encore beaucoup plus de notre pognon peut-être qu'ils seraient plus assidus !!!

JPS 04/12/2015 17:51

Essayer éventuellement avec ce lien :

http://www.gerard-brazon.com/2015/12/region-bretagne-le-drian-lebranchu-des-conseillers-regionaux-couteux-qui-brillent-par-leur-absenteisme-2.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

JPS 04/12/2015 17:50

L'ayant retrouvé dans mes archives, le voici :
03/12/2015 – 07H00 Rennes (Breizh-info.com) – Jean-Yves Le Drian avait été élu président de la région Bretagne en 2010, avant de laisser Pierrick Massiot assurer l’intérim le temps que l’édile socialiste remplisse sa mission de ministre. Les conséquences sont immédiates : 58% de taux de présence à la région pour le ministre de la Défense, qui par ailleurs brigue un nouveau mandat de président de région dans quelques jours. Même constat pour Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation : 38% de taux de présence, ce qui en fait le bonnet d’âne du conseil régional comme le rapport une étude France TV.
Thierry Meuriot (PS, 44%), Sophie Lemoine (FDG, 58%), Gaëlle Nicolas (LR, 62%) ou encore Isabelle Thomas (PS, 62%) sont largement absents eux aussi, et ne remplissent donc pas les fonctions pour lesquels ils ont été élus, et pour lesquels ils sont rémunérés 2660 euros brut mensuels (3725 euros pour un vice-président, 5512 pour un président). Cela sans compter les nombreux remboursements de frais, et indemnités en tout genre dont bénéficient les conseillers régionaux, et, de façon majorée, les vice-présidents et le président de la région Bretagne.
Sur les 83 conseillers régionaux, seuls 26 ont assisté, en cinq ans, à toutes les séances parlementaires et ils sont seulement 56 à avoir un taux de présence supérieur à 90%. Les plus assidus à la région sont les conseillers régionaux d’EELV (95%), alors que le groupe LR-UDI affiche un taux de présence moyen de 85%. « Dans n’importe quelle entreprise, de telles absences répétées entraineraient des sanctions pouvant aller jusqu’au licenciement » nous confie un observateur.
Il y a quelques jours, suite aux attentats de Paris, Jean-Yves Le Drian a annoncé qu’il resterait ministre de la Défense – cumulant ainsi les mandats contrairement aux promesses de François Hollande – s’il était élu à la tête de la région Bretagne. Un cumul qui devrait devenir réalité, la règle du scrutin régional permettant sans doute au PS de remporter l’élection, alors même que droite et Front national cumulés pourraient représenter plus de 60% des votants.
Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.


Rédigé par Gérard Brazon

JPS 04/12/2015 17:48

J'avais posé la même question afin de savoir ou était l'article. Puis tout d'un coup je les lu puis ensuite comme par enchantement, il a disparu...
Que se passe t'il .

segond 04/12/2015 14:43

l'article a était supprimer ?

JPS 04/12/2015 12:38

Ou est l'article ???