L’inévitable guerre opposera les islamistes et les amoureux de la liberté - Par Sigismond Odon

Publié le 6 Janvier 2016

Assassinsmuzzbataclan

Je me souviens d’un temps où la Police de proximité arpentait sans relâche le goudron de nos banlieues bétonnées. Elle accomplissait sa mission. La banlieue est devenue un ghetto multiculturel, islamisé par sa grande communauté musulmane, beaucoup vivant dans la pauvreté, précarité.

C’est aussi un souk de tous les trafics,  notamment  la drogue, qui actuellement est de plus en plus aux bénéfices de réseaux salafistes, cette grosse ressource financière ne servant  pas à nous offrir des fleurs.

Le policer de terrain représentait l’Etat au cœur des cités. Il tissait des liens avec la population, par sa simple présence rassurante.

Il n’était pas rare que lors d’une audition, un vieil homme parlant un Français approximatif demandât qu’on l’aide à remplir des papiers personnels, car il ne comprenait pas ce qu’il lisait.

En accordant cette grâce, le fonctionnaire s’attirait la bienveillance du chibani, arrivé en France dans les années 70, et qui avait passé toute sa vie en tant qu’ouvrier du bâtiment : cet homme était aussi très respecté dans sa communauté. Quand vous le croisiez, il venait vous dire bonjour, et parfois il vous glissait quelques informations. Le lien était ténu mais réel, fondé sur un certain respect de part et d’autre.

Actuellement nous subissons une grave crise terroriste, qui a déjà causé plus de 155 morts au cours de la seule année 2015.

La police de proximité aurait peut être pu, tant par son rôle social que grâce à la remonté d’informations, éviter certaines de ces morts. Car elle se serait appuyée sur la petite proportion de musulmans laïcs qui ne veulent pas entendre parler d’islamisation, ceux qui justement ont fui le terrorisme chez eux en venant ici, dans l’espoir de donner un avenir meilleur à leurs enfants. Jean-Pierre CHEVENEMENT avait produit une très belle réalisation: la police de proximité.

Mais sous notre ancien président, la police de proximité à été dissoute pour réduire les effectifs, économies obligent. La DST et les RG furent dissous et rassemblés sous l’entité DCRI, puis DGSI. Ce mariage contre nature a amené la police du renseignement à devenir totalement inefficace dans les cités par manque d’effectifs et coordination ! L’Rtat par ces deux actions pernicieuses et irresponsable s’est mis un bandeau sur les yeux en ce qui concerne les populations étrangères.

Les cités, une fois débarrassées de leurs encombrants mais utiles fonctionnaires, ont été laissées à elles mêmes : les mécanismes modérateurs de l’Etat et de la laïcité ont été rompus. Quelques temps plus tard, devant l’augmentation de la délinquance, l’Etat fut obligé de créer des sortes des robocops pour intervenir artificiellement et ramasser de manière musclée tout ce qui traînait. Mais il ne s’agissait que de satisfaire l’outil statistique concernant la délinquance.

La population, j’entends ceux qui demeurent en dehors des circuits de la délinquance, a perçu cela comme un acte de violence, envers toute leur communauté. Cela se dégrada encore sur le fond de la crise économique dont ils sont les premières victimes.

Dans le même temps, les femmes se voilaient de plus en plus, les barbes prenaient de l’ampleur, les salles salafistes de prière (de type associatives) poussaient comme des boutons de rougeole sur le visage inattentif du territoire.

Pensez vous un seul instant que cette masse humaine islamique, portée et porteuse de son idéologie, allait baisser la tête face à l’Etat ? Non les attentats perpétrés par des musulmans français prouvent qu’ils sont entrés dans une phase de conquête guerrière, dont le terrorisme est l’aspect le plus visible et le plus sanglant, pour le moment. Ils se réjouissent de voir leur population augmenter de manière exponentielle, et se replier sur des valeurs islamiques toujours plus archaïques et incompatibles avec la modernité et la pratique démocratique.

D’une manière ou d’une autre, ils se préparent à prendre le pouvoir par les armes ou par les urnes, grâce aux ventres de leurs femmes. Nous pouvons que constater que les attentats sont les premiers actes d’affirmation politique de cette communauté. Pour couronner le tout ajoutez une misère sociale qui grandit ( à cause de cette démographie qui ne veut pas se freiner elle-même), et une population de migrants qui débarquent en nombre démesuré, depuis les zones de guerres islamiques du Proche Orient.

Il s’agit, pour une partie d’entre eux, de radicaux totalement imprégnés d’idéologie jihadiste, et donc le but avoué est d’instaurer la Charia partout, de gré ou de force. Les indices de ce combat sans merci sont partout : dans le fait qu’ils ont jeté des chrétiens par dessus bord en pleine mer, comme dans les viols dont sont victimes les femmes scandinaves…, tout en dit long sur leurs intentions pacifiques envers les autochtones européens.

Ils viennent pour nous soumettre, pour placer l’Europe entière sous le joug de la Charia.

Vous pouvez écouter Charles GAVE dans cette vidéo à partir de 59mn42 ; son analyse est sans appel. http://youtu.be/fzF7mPpsFQI 

Quand cette population décidera de revendiquer le pouvoir politique, par les urnes mais avec l’aide des armes, alors la guerre civile éclatera.

Cette guerre se déroulera entre les islamistes et ceux qui aiment la liberté, ceux qui portent les trois couleurs républicaines qui ornent l’histoire du progrès : bleu, blanc, rouge.

Le rouge représente le sang versé par ceux qui vénéraient cet idéal et voulaient que la liberté soit inscrite dans le marbre autant que dans les esprits.

Les sociétés régies par le dogme islamique, sont les ennemies de la liberté dont le concept est étranger à l’islam fondé sur la soumission.

L’islam c’est 1400 ans de conquêtes incessantes et d’anéantissement culturel des pays conquis. Ce qui se passe en Syrie, en Irak et ailleurs, nous le verrons aussi dans notre pays.

Les Frères Musulmans deviendront une sorte de médiateur obligé entre l’Etat et les insurgés islamiques.

Les Frères Musulmans tissent leur toile au cœur du monde occidental avec le soutien implicite des dirigeants européens.

Cette organisation est semblable à un décor de pièce de théâtre, avec au sommet de la pyramide, des intellectuels musulmans maniant la langue de bois avec art, pour faire croire qu’un l’islam de France est possible. Ils susurrent jusqu’à saturation qu’ils sont pacifiques et tolérants, mais dans les coulisses, des barbares armés sont prêts à mourir pour maintenir la terreur dans les banlieues et être l’outil combattant, le bras armé dénué de toute conscience et de toute pitié.

Pourquoi nous en sommes là ? L’Européen et tout particulièrement le Français ont abandonné toute idéologie spirituelle et morale, toute foi : l’individualisme a poussé ces pleutres hypocrites égoïstes à scier la branche sur laquelle ils étaient assis. L’état est devenu quasiment inexistant, en voie de désintégration à cause de la mondialisation folle.

Pouvons-nous changer cela ? Peu d’hommes dans ce pays combattront pour leur vie, pour leur idéal, pour leurs proches . Si rien n’est fait, rapidement, l’Europe sera enfouie au cimetière des livres d’histoire : « Il était une fois la conquête de l’occident chrétien, par les esclaves d’Allah ». La conquête puis la destruction. Car ceux qui détruisirent Bamyan et les trésors de Palmyre feront-ils grâce à la cathédrale de Chartres ? Mais l’ennemi, c’est bien le FN comme nous le rabâche notre classe politique homicide.

Sigismond Odon

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article