La vraie histoire déjà vécue par les chrétiens sur "le sexe des anges"

Publié le 13 Janvier 2016

Nous vivons une époque curieuse ou des Curés ne seraient pas choqués d'appeler Dieu du nom de celui des musulmans Allah. Des prélats faire des courbettes aux Imams ! Des rencontres œcuméniques ou l'essentiel du discours est de faire de la place à l'Islam.
 
Cette hiérarchie religieuse qui n'a rien appris, rien compris de ce que cela signifie "faire de la place" à l'islam. Pourtant, ils pourraient se retourner et constater qu'à chaque fois que l'islam s'est fait une place dans le monde chrétien, ce n'était jamais une petite place, un partage, une tolérance réciproque. Partout où l'islam s'est installé, ce fut par la guerre, la ruse et l'éradication des religions précédentes. Que ce soit en Irak, en Syrie, en Libye, en Égypte, toutes ces terres autrefois chrétiennes. Puis Jérusalem qui provoqua la réaction tardive des Croisades qui ne furent jamais une occupation mais bien une tentative pour libérer des chrétiens et des lieux considéré comme saints par ceux-ci. Ce fut le tour de la Tunisie berbère qui défendit ses côtes pendant plus de cinquante ans contre l'envahisseur arabo-musulman, et de toute l'Afrique du Nord et de l'Espagne. La France subit aussi dans le Sud une occupation dévastatrice pendant 200ans. Les massifs des Maures ne portent pas ce nom pour rien. Des sudistes payèrent cette occupation par leurs esclavages.
Les religieux d'aujourd'hui n'ont aucun sens de l'histoire. Une minorité se bat encore comme l'Abbé Pagés, Benoît Casterman, etc. Ils se battent contre un clergé, un Pape qui confond sa papauté avec le nécessaire combat social. Il écrit sur la miséricorde et oublie de décrire la corde qui pend les homosexuels. Il nous parle de saint Pierre et oublie les pierres qui lapident les femmes, les mains et les pieds coupés. Ils appellent à l'accueil des migrants déserteurs, fait plaisir aux gauchistes et européiste et ne dit rien sur ces viols et autres crimes commis sur les femmes en Europe qui reste encore un peu, mais combien de temps, terre judéo-chrétienne. Quelle folie que ce monde ! Une folie égale au temps de ces religieux qui pendant l'assaut sur Constantinople, se perdait sur cette question gravissime: le sexe des anges. Ils furent tous massacrés quand les murs de Constantinople tombèrent. Depuis Constantinople s'appelle Istanbul. 
Gérard Brazon

 

Source: Hérodote
 
Le 29 mai 1453 figure traditionnellement parmi les dates clé de l'Histoire occidentale. Ce jour-là, Constantinople tombe aux mains du sultan ottoman Mehmet II.
La ville, vestige de l'empire romain, était l'ultime dépositaire de l'Antiquité classique. Elle faisait aussi office de rempart de la chrétienté face à la poussée de l'islam.
La chute finale
La chute de Constantinople devient inéluctable lorsque des envahisseurs venus d'Asie, les Turcs ottomans, traversent le détroit du Bosphore. Ils s'emparent de la plus grande partie de la péninsule des Balkans et installent leur capitale à Andrinople, à un jet de pierre au nord de Constantinople.
Au milieu du XVe siècle, réduite à environ 40.000 habitants et dépourvue d'arrière-pays, Constantinople n'est plus qu'un petit État en relation avec les marchés d'Extrême-Orient pour le plus grand bénéfice des marchands de Venise et de Gênes qui s'yapprovisionnent en soieries chinoises. Elle ne dispose pour sa défense que de 7.000 soldats grecs et d'un détachement d'environ 700 Génois.

 

 

 
Cette illustration tirée d'un manuscrit français de 1455 montre le siège de Constantinople avec, à gauche, la Corne d'Or, et au fond, de gauche à droite, le détroit du Bosphore et la mer de Marmara.
Le siège de Constantinople commence en avril 1453 avec 150.000 hommes.
Le basileus (empereur en grec) Constantin XI se fie aux puissantes fortifications héritées du passé pour résister aux Turcs en attendant d'hypothétiques secours. Devant ce triple cercle de murailles, le sultan Mehmet II fait appel à toutes les ressources de l'artillerie. Il dispose de pas moins de 25 à 50 grosses bombardes(canons primitifs) et de plusieurs centaines de plus petites qui vont projeter sans trêve des pierres et des boulets sur les murailles pendant plusieurs semaines d'affilée.
L'immense flotte du sultan complète le siège de la ville par le Bosphore et la mer de Marmara. Elle arrive à entrer aussi dans le chenal de la Corne d'Or.
Arrive l'aube fatale où des dizaines de milliers d'hommes ivres d'impatience entrent dans la ville. Dans la basilique Sainte-Sophie, l'empereur grec meurt, les armes à la main, au milieu de ses derniers soldats. Dès la mi-journée, le sultan peut faire son entrée dans la ville.
Les combats ont fait 4.000 morts. Selon la tradition del'époque, les vainqueurs s'offrent le droit de piller la ville, de violer et de tuer à qui mieux mieux pendant les trois jours qui suivent sa chute. Tous les habitants survivants (25.000) sont réduits en esclavage.
Le sultan Mehmet II, qui songe à faire de Constantinople sa propre capitale et veut lui conserver sa grandeur, veille à ce que les pillages ne s'éternisent pas. Il fait venir des immigrants de tout l'empire pour rendre à la cité sa splendeur antique. Il peut enfin déplacer sa capitale de la ville voisine d'Andrinople à Constantinople, bientôt rebaptisée Istamboul. Celle-ci atteindra son apogée sous le règne de Soliman II le Magnifique... Notons que jusqu'à la fin de l'empire ottoman, elle conservera une population majoritairement chrétienne.
Fin du Moyen Âge
Les historiens datent de cet événement la fin de la longue période historique appelée faute de mieux Moyen Âge. La Renaissance qui lui succède doit beaucoup aux savants et artistes byzantins qui, réfugiés en Italie, ont contribué à la redécouverte de la culture antique par les Occidentaux.
 
 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Epicure 13/01/2016 17:52

Tout le monde ignore (oublié supposerait qu'il le sache......bandes "d'ignares volontaires" ) que la Corse est ainsi bâtie telle qu'elle l'est depuis plus de Mille ans, qu'à cause des invasions razzia et prises d'otages sur ses côtes par les Sarrasins (arabo-berbères musulmans puis leurs Souteneurs Osmanlis quelques siècles plus tard...leur donnant une Surface Commerciale que seuls ils n'avaient su atteindre t surtout Maintenir.
Il fallait aux Corses une ténacité extraordinaire pour résister et se constituer une société puissante dans l'impuissance....Il ne faudrait pas s'étonner qu'elle rejette la veulerie hostile continentale française qui a suivi l'effondrement de Bonaparte.....La France a des Droits sur toutes las Annexions sans référendum qu'elle a imposée depuis au moins 5 siècles dont le dernier même sur les Dom Tom (où on serait bien embêté de trouver une majorité française si l'achat des voix cessait brutalement!!!!!!!!!!!....Mais pour les journalistes et intellectuels Républicains, La Judée n'est pas Juive.....L'Histoire (enseignée par des historiens précis (et non pas par des gens de la Propaganda Staffel des Goebbels-Taubira Mélenchon et consorts, devrait jouir d'un coefficient égal à celui des Mathématiques.....On peut toujours faire d'un con ignare, Matheux, un ingénieur passable....mais jamais un Citoyen...