Cumul des mandats : La maire de Calais Bouchart se fait embaucher au Sénat après avoir démissionné.

Publié le 4 Février 2016

Serait-il trop difficile de se séparer du Sénat? À en croire le nouvel emploi de Natacha Bouchart, la réponse est oui. La nouvelle vice-présidente (les Républicains) de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie avait décidé de démissionner du Sénat au lendemain des élections régionales de décembre. Pour se consacrer à sa nouvelle tâche et suivre l'exemple de son mentor, Xavier Bertrand, démissionnaire de l'Assemblée nationale.

On apprend ce mercredi qu'elle a été embauchée comme...assistante parlementaire au... Sénat. Et pas auprès de n'importe quel élu: Jean-François Rapin. Précisement l'homme qui l'a remplacée dans l'hémicycle du palais du Luxembourg.

Interrogé, celui-ci confirme notre information: «Oui, elle rejoint mes trois autres collaborateurs, à ma demande. J'ai besoin d'elle pour prendre connaissance des dossiers, notamment celui sur Calais (Natacha Bouchart est aussi maire de la ville, ndlr)».

Il indique que Natacha Bouchart est rémunérée mais refuse de révéler son salaire. Jean-François Rapin jure que cette embauche est provisoire mais, là aussi, sans préciser jusqu'à quand.

Bouchart assume

Contacté, l'entourage de Natacha Bouchart a, dans un premier temps, expliqué ne pas être au courant de ce nouvel emploi, préalablement confirmé au Scan par les services du Sénat. Puis, sur le plateau de Public Senat, l'élue a admis: «Oui. Ce n'est pas un secret. J'ai démissionné (du Sénat) le 11 janvier. Jean-François Rapin a échangé avec moi. Les situations ne sont pas simples et il cherchait quelqu'un pour transmettre les dossiers. Effectivement je suis son assistante depuis le 14 ou le 15 janvier dernier».

«Pas au courant», l'entourage de Xavier Bertrand, le président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie semblait tomber des nues mais ne souhaitait pas réagir.

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article