Le Pape: en finir avec les "droits de l'hommistes" qui détruisent les Nations.

Publié le 21 Février 2016

HollandePapeJe ne suis pas catholique, pas plus d’ailleurs que croyant en tout autre dieu, même si, souvent, on me traite de sioniste parce que je suis assez admiratif d’Israël. Nul n’est parfait !

Mais je ne décolère pas depuis les sorties du pape François. Tout le monde à gauche le trouve sympathique et, pour ma part, je m’en tapais le coquillard allègrement. Mais là, j’avoue qu’il me gave sérieusement et particulièrement depuis ses réflexions sur Donald Trump. Je ne suis pas le seul si j’en crois Robert Ménard qui partage en partie mon opinion.

Voilà un Pape de gauche, élevé sans doute au biberon de l’évangile de la libération revendicative qui s’est développée en Amérique latine. L’Argentine, ce n’est pas le monde, et les invasions mexicaines qui déferlent sur les États-Unis ne sont pas celles qui arrivent à Lampedusa. En clair, si j’avais à choisir culturellement, entre les Mexicains et les Africains du Nord et du Sahel, mon choix serait vite fait. Il se trouve que le pape François n’envisage pas de mettre à son compte financier les millions de déserteurs-migrants à Rome, et encore moins à les prendre au Vatican.

Que fait-il? Son boulot, nous disent certains, à savoir donner la bonne parole chrétienne, celle de la charité, de la main tendue, de la compassion tous azimuts, etc. C’est facile, c’est socialiste, ça coûte pas cher, mais ça emmerde les budgets sociaux de tous. Parce que pendant qu’il fait des leçons de morale chrétienne, il ne sort pas un sou de sa poche. Tandis qu’il fait ses reproches à ceux qui sont en charge des réalités sociales et financières, des invasions, des budgets et doivent rendre des comptes à leurs citoyens, lui,  il voyage… Belle planque, finalement.

J’avais, au tout début de son accession à la papauté, de la sympathie pour le bonhomme, mais là j’avoue que ce pape me casse les pieds.

Pourquoi ne s’attaque-t-il pas à l’islam ? Pourquoi ne fait-il aucune remarque à ces roitelets du désert qui dépensent des fortunes pour faire la fête en France. Pour se faire soigner dans les hôpitaux chics de la capitale, picolent de l’alcool dans des tasses à thé du Lido et autres, se pavanent et s’envoient en l’air avec leurs esclaves sexuelles dans leurs palais en bord de mer ou dans les palaces parisiens.

Pourquoi ne dit-il rien sur les dépenses indécentes du Qatar pour avoir une équipe de foot si peu française, pour construire chez lui des stades à la sueur des esclaves philippins, monter des pistes de ski en plein désert à deux doigts des « morts de faim » de Somalie, d’Éthiopie et du Soudan.

Pourquoi ce pape ne s’élève-t-il pas contre ces pétromonarchies qui financent des mosquées en France et partout en Europe?

Pourquoi ce pape a-t-il peur d’évangéliser les cités de nos banlieues, de donner la bonne parole dans les cages d’escaliers, de soutenir la misère en Europe, plutôt que de faire son cinéma aux Amériques.

Pourquoi ne pousse-t-il pas une beuglante envers les complicités des arabo-musulmans qui massacrent les chrétiens d’Orient ?

Pourquoi ne soutient-il pas les Russes et tous ceux qui luttent contre un Califat qui signifie la mort des Chrétiens?

Pourquoi ne proteste-t-il pas ouvertement contre la mise en esclavage des femmes, des enfants, des non-musulmans, et mis en vente comme du bétail ? Contre les dizaines d’exécutions sur les places publiques en présence d’enfants? (Même questions à nos associatifs qui ne disent mot également).

Il vient à Lampedusa et accuse, derechef, les pays européens de ne pas accueillir à bras ouverts des millions de bouches affamées, et autres demandeurs d’allocations diverses et variées. Sans compter les résultats comme la violence, les sexes en érection, les femmes violées, les agressions, etc. Combien a mis le Vatican dans le panier de la générosité ?

Ce pape me fait penser à ces bobos de France, ces artistes du showbiz, ces acteurs, ces chanteurs pétés de thunes, vivant à Los Angeles, aux Caraïbes, sur des îles paradisiaques, chantant une fois par an chez les enfoirés, et comme des enfoirés nous font la morale au passage, entre deux avions en première classe. À vomir.

Ce matin, j’ai écouté Mourad Boudjellal qui, tranquillement, a affirmé à un auditeur estomaqué qu’un chômeur français était un nanti à côté d’un migrant Syrien. Plus loin dans la culpabilisation des Français, je n’avais pas entendu. Donc, nos chômeurs sont des chanceux. Ils ne s’en étaient pas aperçus. Désormais, ils sont priés de partager leur pain, mais surtout de fermer leur gueule. Qu’en dit le pape? J’en suis à me demander s’il ne pense pas comme Mourad, finalement.

Ce pape se fiche de l’islam parce qu’il ne se sent pas concerné en tant qu’Argentin. L’islam c’est quoi ? Une religion avec laquelle on devrait pouvoir trouver un accord, n’est-ce pas ! Il suffit de voir les prises de territoires autrefois chrétiens pour s’en convaincre !  Et pourquoi pas partager le Vatican, n’est-ce pas ? Un coup, les cloches, et puis le muezzin.

Je sais qu’en disant cela, des chrétiens vont me sauter à la gorge! Mais, de grâce, avant de me jeter la première pierre, demandez-vous si dans toute l’histoire de l’Église, vous avez vu un pape embrasser le Coran, comme l’a fait Jean Paul II. Avez-vous vu un pape renoncer à sa mission première, l’évangélisation et la diffusion du message christique.

Aimez-vous les uns les autres ne veut pas dire, donnez la main et laissez-vous manger le bras !  Tendre l’autre joue ne signifie pas se mettre à genoux ! Partager ne veut pas dire tout abandonner ! La compassion ne veut pas dire abandonner sa culture pour adopter celle de l’occupant.

Posez-vous la question sur le message qui consiste à rendre à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui lui appartient, car en terre d’Islam, tout appartient à Allah le goinfre, et principalement les libertés individuelles, le spirituel et le temporel ainsi que le libre arbitre. L’islam ne comprend aucune de ces valeurs portées par la culture judéo-chrétienne.

Le pape ferait bien de comprendre qu’il se trompe d’adversaire. Ce n’est pas un candidat américain, qu’il soit républicain ou démocrate, ce ne sont pas les dirigeants de tous les partis de France et d’Europe, ce n’est pas les souverainistes qui sont les ennemis de l’humanité ! C’est l’islam et son système totalitaire qui ne trouvera d’adversaire à sa hauteur, à sa mesure qu’à travers une religion puissante et forte. La religion chrétienne. Nous avons besoin d’un pape chevalier et seigneur et non d’un vulgaire droit-de-l’hommiste supplémentaire.

Gérard Brazon (Le Blog)

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

segond 22/02/2016 03:24

si le pape , veut recevoir les migrants , le vatican est assez grand pour qu'il les recoivent chez lui ,ensuite , il pourra se permettre de défendre des gens pareils , mais pour l'instant , qu'il se taise , il ne vois donc pas le comportement de ces gens là ? il faut être aveugle , pour ne rien voir , je suis dégouté de voir des dirigeants de toutes sortes dse méles de tout et n'importe quoi

bataille de Tourtour 21/02/2016 23:21

Jésus nous a dit d'aimer notre prochain.Nous a-t-il enjoint d'aimer notre "lointain" et de nous sacrifier pour lui ? Non point.
Et notre "prochain", n'est-ce pas surtout celui qui nous est proche, ou qui ,un jour ou l'autre, s'est rendu proche ?
Quel but poursuit ce jésuite ricaneur ?
Je précise que je suis catholique et que j'ai la plus grande admiration pour Jésus,"cet homme incomparable".

Claude Germain V 21/02/2016 12:56

Bonjour ; en ce qui concerne ce Pape Mondialiste , complétement ambigu , indéfinissable paraissant quelquefois humain quelquefois satanique , on peut se poser la question concernant son comportement , si cet homme n'est pas sous influence ....... a titre d'exemple nous avons affaire a une des plus grande crapule et corrompu DIA-BO-LI-QUE mi européen ,mi adepte de satan et de Belzébuth ayant en tête qu'un seul leitmotiv : destruction de l’Europe identitaire puisque ce rat n'est en réalité d'aucun pays appartement uniquement qu'a Baal le maudit , adepte du veau d'or :

Peter Sutherland, conseiller spécial des migrations de l’ONU (ex-Goldman Sachs, Bilderberg) : “L’Allemagne doit recevoir 1 million de migrants par an pendant 30 ans”
Comme nous le rapportions dans un article récent (lire ici), l’ONU – qui encadre actuellement les camps du Liban et de Jordanie où vivent près de 3 millions de personnes déplacées – a cessé de fournir les aides financières directes aux populations. Délivrant jusqu’à présent 150 dollars par mois et par personne, l’ONU a réduit son aide à 13 dollars. Cette décision surprenante, en pleine crise migratoire, semble loin d’être fortuite.
Peter Sutherland : Goldman Sachs, Bilderberg, Trilatérale, etc.
Cet arrêt brutal a déclenché le départ des habitants des camps de réfugiés pour rejoindre l’Europe. Mais nul n’explique pourquoi l’ONU, largement pourvue en fonds, a ainsi cessé d’aider ces camps en pleine crise migratoire.
Pour comprendre à ce qui se passe, il faut s’intéresser aux architectes qui, dans l’ombre des couloirs de l’ONU, travaillent à un vaste plan de repeuplement de l’Europe.
Le plus éminent d’entre eux est l’irlandais Peter Sutherland. Cet homme n’est pas n’importe qui. Il a été directeur-général de l’Organisation Mondiale du Commerce, Commissaire Européen à la Concurrence, directeur de Goldman Sachs international [la grande banque juive new-yorkaise dont est également issu Mario Draghi, le directeur de la Banque Centrale Européenne, ndlr].
Il est également conseiller financier du Vatican, ce qui explique sa proximité avec le Pape actuel sur la question de l’immigration (lire ici).
Plus encore, il est membre de la direction du Groupe Bilderberg et directeur de la Commission Trilatérale. Deux groupes globalistes qui déterminent la politique secrète de l’oligarchie atlantique.
Conseiller spécial de l’ONU pour l’immigration
Mais, si nous mentionnons son nom aujourd’hui, c’est en sa qualité de Conseiller Spécial auprès du Secrétaire-Général de l’ONU pour les Migrations Internationales.
C’est précisément à ce poste qu’il articule les intérêts de la finance internationale – et donc des fonds de retraites allemands qui sont intégrés dans le système bancaire européen – et son agenda migratoire global qu’il engage l’ONU à promouvoir.
Dans une interview récente disponible sur le site de l’ONU, Peter Sutherland donne les raisons de sa politique d’ouverture maximale des frontières (lire ici). Derrière un jargon humanitaire prudent, le financier explique :
“Si vous prenez l’Allemagne comme exemple, l’Allemagne a le plus faible taux de naissance du monde. Ce plus faible taux de naissance nécessite d’accueillir plus d’un million de migrants par an sur les 30 prochaines années pour maintenir une situation où le nombre de retraités est équivalent à celui des actifs de 30 ans”.
Et d’ajouter :
“Mais je pense qu’il y a là un motif économique qui est tout aussi évident dans d’autres endroits d’Europe, particulièrement en Espagne, en Italie, au Portugal, par exemple, où il y aura de gros problèmes dans le futur s’il n’y a pas d’immigration“.
Et de conclure :
“Je demanderai aux gouvernements de coopérer, de reconnaître que la souveraineté est une illusion, que la souveraineté est une illusion absolue que nous devons mettre derrière nous. Les jours où nous nous cachions derrière des frontières et des barrières a disparu de puis longtemps.”
Du moins jusqu’à ce que Viktor Orban ferme précisément la frontière hongroise avec une barrière de sécurité, mettant un terme à l’invasion migratoire et renversant l’agenda de Peter Sutherland et des puissances transnationales activement engagées dans la réalisation de leur projet : l’abolition de toute souveraineté politique des peuples, à leur profit.
Sauver le secteur financier européen et américain
De quoi s’agit-il donc ? De sauver le système financier européen et les gouvernements surendettés qu’il soutient désespérément. Ces derniers sont hautement dépendants de la politique de taux zéro mise en oeuvre par la BCE afin de couvrir les banques et les gouvernements surendettés.
Mais cette politique de taux zéro détruit très rapidement les fonds de retraite, notamment allemands, qui doivent – pour ne pas faire faillite et entraîner le secteur financier avec eux – disposer d’un fort taux de profit annuel d’au moins 8% ou plus. Or, ceux-ci ont été contraints d’acheter massivement des dettes souveraines européennes des 19 états de la zone euro.
Or ces états sont en faillite. Ce qui signifie que les fonds de retraite sont en faillite. La chute de l’un entraîne mécaniquement la chute de l’autre.
La caste politique d’Europe de l’Ouest a fait des promesses qu’elle n’a jamais voulu financer. Comme les retraites, les systèmes de santé, etc. C’est par un endettement toujours plus massif que les gouvernements, avec l’aide des banques, ont maintenu le système en place. Sans jamais, à aucun moment, avoir eu la moindre volonté de rembourser. Et à présent le système socialiste en place est au bord de l’implosion, entraînant avec lui les banques et les politiciens.
Face à cette perspective, les hommes politiques, les hauts-fonctionnaires et les banquiers sont terrorisés. Et recherchent désespérément tout ce qui pourrait conjurer l’effondrement des états et les puissants troubles sociaux qui y sont liés. Avec, bien sûr, leur inévitable chute.
La politique d’immigration massive est donc actuellement mise en oeuvre par la banque juive américaine Goldman Sachs (parmi d’autres), les lobbys de la gouvernance mondiale comme la Trilatérale ou le Groupe Bilderberg, afin d’éviter que cette crise structurelle des dettes souveraines comme des fonds de pensions ne fasse imploser le secteur financier européen et, à terme, américain.
Peter Sutherland, comme le reste de la gouvernance atlantique (états, UE, Otan, FMI, etc.) sont réellement prêts à tout pour sauver l’oligarchie. Quitte à importer des dizaines et des dizaines de millions de musulmans en Europe. Ce qui paraît, aux yeux de tous, comme une politique suicidaire et vouée à accélérer la crise leur semble, quant à eux, réalisable et indispensable.
Cela démontre simplement que les gouvernements, les politiciens et les banques sont désespérés. Et prêts à tout. Même si cela doit détruire la civilisation européenne..

Nous ne pouvons souhaiter a cette infâme " chose " ainsi qu'a tous ce complices UMPS et autre Merkel , qu'ILS FINISSENT TOUS EN ENFER , Dieu fera sa justice ...

Et comme l'a si bien dit magnifiquement un internaute que je remercie ici :

Jésus a dit « aimez vous les uns les autres », il n’a pas dit « mélangez vous jusqu’au néant ».

A méditer longuement