Lille : Les socialistes laissent l’UOIF parader en temps de guerre - Par Jean Sobieski

Publié le 2 Février 2016

L'UOIF est une émanation de la célèbre confédération des frères musulmans si néfastes en tout, et particulièrement en Egypte et en Tunisie. Cette confrèrie est en France et sévit comme bon lui semble et nul personnel politique ne la conteste alors même qu'elle est interdite dans beaucoup de pays y compris dans certains pays musulmans. La France est devenue le pays de la conquête. Les collabos sont à l'oeuvre, les Français ont voté dernièrement pour qu'ils puissent continuer à démolir les fondations de notre pays. Qu'il en soit maudit !
Gérard Brazon
Les hommes devant, les femmes derrière, et le drapeau français pour cautionner cette historique supercherie.
 
Le Congrès de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) à Lille devait faire l’objet d’une simple alerte dans les Coraneries de la semaine. Jusqu’à ce que soit diffusé, ce jour, chez Médiapart, un document à proprement parler exceptionnel sur les participants à cette réunion de la famille musulmane en phase de djihad.
Il s’agit là d’un travail remarquable, extrêmement fouillé, qui rappelle par sa qualité les enquêtes des sites de ré-information québécois Poste de Veille et Point de Bascule.
À ce stade de l’information libérée, le Gouvernement français ne peut plus se cacher derrière son petit doigt. Vont se retrouver à Lille, en plein Etat d’urgence et à quelques dizaines de kilomètres des grand foutoirs du Pas-de-Calais, des hommes dont le zèle principal consiste à allumer, partout où ils le peuvent dans le monde, les feux de la guerre.
Guerre civile, guerre intra-musulmane, guerre chez les autres. Guerre mondiale. Nous nous battons depuis assez longtemps, ici, pour savoir que ce qui sort de l’enquête de Médiapart n’est que la partie émergée de l’iceberg.
La réunion des stratèges de l’Islam-en-guerre, chez nous en France, chez Madame Martine Aubry et chez Monsieur Xavier Bertrand, n’en est qu’une parmi beaucoup d’autres en Europe, en Amérique du Nord, en Afrique, en Asie, partout où leurs conséquences immédiates ou à moyen terme, sont le désordre et la haine, la violence et le sang qui coule, l’assassinat de civils par dizaines, par centaines de milliers et la préparation des enfants les plus jeunes à leur future guerre sainte.
Ces gens sont clairement nos ennemis. Ils ne s’en cachent même plus, tant ils sont désormais certains de vaincre. Appuyés par des phalanges « modérées » qui leur préparent le terrain, minant les sociétés occidentales par le formatage, le conditionnement, le décervelage et pour finir l’embrigadement des jeunes descendants d’immigrés, maniant le glaive des mots en attendant de dégainer la vraie ferraille des victoires, s’engouffrant dans la brèche aujourd’hui largement ouverte par les millions de leurs soldats qui déferlent sur nos terres, ils s’exhibent sans pudeur, plastronnent, l’index pointé vers le ciel d’où ils prennent leurs ordres en direct, sans la moindre interposition humaine.
Ils ne sont pas humains.
Nous devons en débarrasser le sol national. Que l’Allemagne fasse son miel de leurs promesses, de leurs sourires, de leur œcuménisme sublimé par le viol massif des femmes sur les parvis des gares, c’est son affaire financière !
Que la Suède se suicide à vitesse grand V, par les conséquences prévisibles de la décision qu’elle prit, dans les années 70, de devenir officiellement un Etat multi-culturel, c’est son destin programmé !
Que la Suisse se croie encore à l’abri des tempêtes, de par cette neutralité qui lui épargna les tueries du 20è siècle, c’est son voeu d’exorcisme !
Que les aveugles continuent à ne pas vouloir voir, les sourds à ne pas vouloir entendre, les idiots utiles, bisounours et autres serpillères consentantes, à ne pas vouloir comprendre ! C’est leur affaire, à tous.
Nous savons. Nous. On peut nous traiter de tout ce que l’on veut, nous salir, nous trainer devant les tribunaux pour de vaudevillesques raisons, il apparait aux gens, de plus en plus clairement, que nous avons raison depuis le début.
Et les mêmes qui crient déjà à la Patrie en danger sont ceux qui, il y a peu encore, nous méprisaient et nous insultaient. Qu’ils nous rejoignent ! Nous ne sommes pas sectaires. Nous ne serons jamais suffisamment nombreux pour sortir la France de ce merdier.
Aujourd’hui, politiciens de France, au pouvoir ou non, je vous intime, moi simple citoyen, l’ordre de foutre la grande majorité de ces mortels adversaires à la porte de mon pays, de la seule double manière qui convient: soit en les empêchant d’entrer, soit en les expulsant manu militari.
Je ne connais pas la part de responsabilité d’Eddy Plenel dans la parution de cet article. Son média quant à lui s’honore, et de quelle manière, en publiant une raison aussi limpide que précise d’agir en (Etat d’) urgence.
 
 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Pivoine 23/02/2016 18:08

Les socialauds ont trop besoin des voix des musulmans, jusqu'à ce qu'un parti musulman ne les détourne.
Et là, on rigolera bien !