Chauprade trahirait-il le camp patriotique avec les vendus au Qatar et à l'Arabie Saoudite ? Par Gérard Brazon

Publié le 17 Avril 2016

Aymeric Chauprade ou l’impossible trahison d’un patriote.

Je me refuse de croire aux discours de la presse sur le revirement à 180° d’Aymeric Chauprade.

Je me refuse d’imaginer un instant que son différend avec Marine Le Pen l’amène à côtoyer des rives où est née la plus violente, la plus agressive politique contre la France. Cette rive où a germé l’idée de l’abaissement volontaire de notre pays au profit de la finance, des européistes et de l’islamisation organisée par le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Je me refuse à l’idée qu’Aymeric Chauprade puisse un jour fréquenter des politiciens attachés à leur carrière et non à la France. Tout comme je me refuse d’imaginer que l’un des hommes que j’ai pleinement admiré, en compagnie de beaucoup d’amis militants du Front National, de ces militants qui ont souvent sacrifié leurs temps, leur famille lors de campagnes électorales pour soutenir une cause patriote, sa cause lors des européennes, soit capable d’un tel revirement.

Je me refuse d’admettre qu’Aymeric Chauprade ne tienne pas compte de ces illustres inconnus, de ces colleurs d’affiches, ces arpenteurs de marchés, ces avaleurs de bitume, ces laboureurs de béton électoral, ces distributeurs de tracts, tous ces braves gens qui sont par ailleurs, il faut bien le dire, le plus souvent ignorés par les « têtes pensantes » qui siègent tout en haut de la pyramide. Ils sont les fantassins de l’ombre, les galériens de la Marine, les soldats du sacrifice qui répondent présents à chaque fois. Je les ai vus dans ma ville, en juin 2016, en situation désespérée, tandis que la pyramide pensante était devenue sourde parce que trop occupée à laver plus blanc que blanc.

Je me refuse à imaginer qu’Aymeric Chauprade puisse non pas ignorer le travail de fourmis de ces femmes et de ces hommes pour qu’il soit élu député européen, mais qu’il puisse les insulter en méprisant tout ce en quoi ils ont cru.

Ces femmes et ces hommes ont placé tant d’espoir en lui. Ils ont tellement cru en ce dirigeant éclairé et instruit d’une science dont le FN se nourrissait. Ils avaient une telle confiance en cet homme proche de Marine Le Pen qu’il est inconcevable que cet élan, cette confiance, cette image se retrouve réduit à un simple et si tragique abandon.

Je me refuse de croire qu’Aymeric Chauprade puisse fréquenter les vassaux de l’Europe de Bruxelles. Je me refuse de croire qu’il puisse trouver des accords avec des sbires de la socia-lie sarkozyste ayant trahi la souveraineté française, l’indépendance de notre nation, pour s’assurer un poste, une sinécure ministérielle.

Je me refuse de croire que cet homme de valeur soit prêt à payer de la plus vilaine des manières, par la trahison de tous ces militants qui ont cru en lui et lui ont fait confiance, pour envisager une carrière politique future ou pire, pour assouvir une vengeance à l’encontre de Marine Le Pen.

Certes, je ne suis pas totalement idiot et naïf. Évidemment qu’il faut se méfier du soleil et que l’approcher de trop près peut vous valoir des déceptions ou le sort d’Icare. D’autant plus que le Soleil n’est jamais comme vous l’imaginiez. Il y a des soleils froids qui vous glacent les veines en politique et d’autres qui ne sont que des miroirs ou des mirages.

Aymeric Chauprade avait le soutien de beaucoup de militants, il avait aussi et c’est naturel, de grandes ambitions. Son discours sur l’islamisme, ses alarmes sur le danger d’une cinquième colonne ont fait mouche. Encore à ce jour, nul ne comprend véritablement les raisons de sa mise en disgrâce par Marine Le Pen. Chacun pensait, espérait une mise entre parenthèse, en attendant des jours meilleurs. Tous s’en seraient contentés à défaut de l’accepter. L’homme en valait la peine nous disions-nous !

Je refuse de croire qu’Aymeric Chauprade soit un homme d’ambiguïté. Pire, un homme du double langage simplement parce qu’il aurait été démissionné de ses fonctions par une direction qui est apparue dans cette affaire, aux yeux de beaucoup de militants, comme excessive pour ne pas dire plus. Je me souviens encore, lors de mes interrogations sur cette sanction, qu’il m’exhortait à dépasser cette affaire et qu’il appelait à soutenir Marine Le Pen.

Est-ce le même homme qui, selon le Monde, journal de l’intelligentsia gauchiste et de bobos décérébrés, ferait les yeux doux à cette droite européiste, immigrationniste, communautariste et multiculturaliste? Je refuse de le croire !

Tout simplement parce que j’admire l’homme de science qu’il est et reste, et surtoutparce que cela poserait la question de fond sur le recrutement des dirigeants lors de ces dernières années. Sur leur fiabilité, leurs véritables ambitions et leur fidélité. Mais surtout, cela poserait la question des choix effectués. Sur quels critères et par qui ? Les départs sont bien plus mortels que les arrivées en trompettes.

Certes, le Front National s’organise, se « professionnalise », s’équipe de « têtes pensantes » ou prétendues telles. Le plus souvent en laissant un arrière-goût amer à une base du terrain qui se désespère souvent. Une base militante sans doute jugée trop rustique, peu représentative du Front National d’aujourd’hui.

Cette base n’est  plus guère sollicitée lorsqu’il s’agit de présenter les plus méritants d’entre eux à des postes éligibles. Ils ignorent si c’est parce qu’ils vont faire « tache populaire » sur les bancs d’une assemblée, ou s’ils ne sont pas jugés suffisamment instruits ou normalisés. Ils ignorent mais ne sont pas sourds ni aveugles. Cette même base dont certains se sont vus écartés pour faire plaisir à la presse gauchiste politiquement correcte. Une presse qui soupèse, juge et fait des remarques à la direction: redresse-toi, mets pas ton doigt dans le nez, dis merci à la dame, pas de gros mots, mange ta soupe, fais pas ton Groseille, mets ta chemise, mouche ton nez, lave-toi les dents, fais pas ci,  fais pas ça et j’en passe Gavroche n’est plus de mode. Tout comme les grandes gueules et les amoureux de la liberté d’expression. Tout doit être propre et bien repassé. On ne fait pas que laver plus blanc, on lisse aussi. Place donc aux ouistitis du seizième « qui causent bien » et à ceux de Science-Po. A la jeunesse policée plutôt qu’aux vieux cons. Les réacs manquent d’air, pas de soucis, ouvrons leur la porte. La direction se faisant, donne l’impression d’obéir. Elle se « dédiabolise » pensent les faux-culs de journalistes en disant le contraire en public. La direction est ravie. La base, elle, est déroutée.

Elle peut l’être à plus d’un titre. C’est à cette base que l’on demande désormais de prouver sa capacité à vendre la marque Front National. Une base qui se retrouve sous contrat d’objectif en quelque sorte. Rendre des comptes  comme sur le nombre de nouveaux adhérents à l’actif, nombre de distributions de tracts, de collages d’affiches, de communiqués de presse, etc. Pourquoi ? Parce que le« Front National le vaut bien? » 

Désormais, il est dit que pour les élections législatives, il faudra mériter sa place decandidat à la candidature. Là on ne rigole plus ! Comme si on avait rigolé avant, en arpentant les trottoirs et les marchés. Pourtant, nous savons que la plupart des « heureux gagnants » seront battus en juin 2017, puisque sur 577 députés, le FN lui-même envisage d’avoir un groupe de 15 Députés. Les « heureux gagnants » auront droits aux félicitations du directeur commercial, le sourire de la crémière et le droit de venir visiter l’Assemblée Nationale, le Sénat et Strasbourg. Tout cela en plus de leurs photos sur les murs. Elle est pas belle la vie ?

Je dis la base, car désormais la valeur cellule s’adresse au niveaux des élus régionaux comme l’a affirmé Nicolas Bay lors des journées de formation de ceux-ci. Exit les Conseillers Municipaux, les Responsables de départements, de villes s’ils ne sont pas Conseillers régionaux. Mais alors, ils sont quoi ? Du plancton ? Premier niveau de la chaîne alimentaire ?

Les éligibles, ceux qui seront élus parmi les sans tache, les tolérés (acceptés?) par la presse gauchiste, voire ceux qui ne sont pas encore au FN, ceux qui sont actuellement cooptés, recrutés à la gauche chevènementiste, ou séduit sur la droite souverainiste, seront les futures « élites » FN. Espérons qu’il n’y aura pas parmi eux, des femmes ou des hommes qui auront su se vendre auparavant au  FN pour pouvoir mieux s’offrir par la suite ailleurs. Un peu, comme semble le dire Le Monde en parlant d’Aymeric Chauprade.

Espérons surtout qu’ils seront bien plus nombreux que 15 Députés en juin 2017 même si nous savons que le système électoral majoritaire à deux tours est une vraie tuerie pour des partis isolés comme le FN qui refuse pourtant d’être accompagné par d’autres partis souverainistes en pariant sur le « je gagnerai seul ou rien » !

Espérons que le FN sera la grande force de demain et que tous les élus seront de grands patriotes sincères et dévoués avant que d’être des commerciaux. L’amour de la France et de la Nation le vaut bien plus !

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

Epicure 17/04/2016 13:17

Encore!!! je crains de me tromper de frappe...
Je m'applique: Vous avez de l'eau à courir avant d'atteindre mes 76 ans....... et vous allez vous faire piéger quand même, par une confiance encore trop naïve à 75 ans!!!!!! Courage!

Epicure 17/04/2016 13:15

Gérard, mon ordi fait des siennes ou je perds la main! J'ai égaré ma répoonse chez une blogueuse et n'a

NERI 17/04/2016 12:47

Ouf ! Tu me rassures Gérard !
Soyons lucide et restons le ...j'ai dit à Marine Le Pen, à Colmar au cours de sa campagne à la présidence du parti qu'elle ne gagnerai pas seule ...
Bien sur elle a prétendu le contraire ...je prétends aujourd'hui qu'elle échouera sauf si elle comprends enfin qu'il faut renverser la table si elle veut y arriver ...par les élections c'est fini pour elle !
Ne restes pas dans cette galère :-)

Epicure 17/04/2016 12:43

L'Abstention MASSIVE 590%) est le seul moyen de forcer le Parlement et son Chef(!) sic de convoquer une Constituante.....Un Parti sera toujours un Parti et les partisans militants toujours des gens qui émargeront!

Epicure 17/04/2016 12:41

(Envoi involontaire!!!! tronquant le message: ....jamais trouvé aucun écho...Tr§s étrange ? Non?

Epicure 17/04/2016 12:40

Gérard, vous êtes un incorrigible gentil garçon, d'ailleurs cela se voit sur votre visage pourtant viril solide et décidé! mais il y a un hiatus entre ce visage et son coeur, me semble-t-il et votre "Déception" face à un intrigant standard COMME TPOUS CEUX QUI FONT DE LA POLITIQUE est bien le signe de votre "immaturité politique Ce qui n'a rien à voir avec la maturité mentale dont vous faites preuve...!
Il ne faut pas "militer" pour la Patrie ou quoi que ce soit d'autre qu'un Changement de système qsoit un abandon de l'électoralisme dont je vous ai parlé ainsi que dans plusioeurs blog où je n'a

Gérard Brazon 17/04/2016 12:57

Bonjour Epicure.
Je sais bien à quelle faille vous faites allusion. J'en suis conscient d'ailleurs. Je me console le plus souvent en me disant que le jour où mon coeur aura l'aspect de mon visage, alors je voudrais mourir. Je crois encore en l'homme et je n'ai pas envie à chaque rencontre de me poser la question de la méfiance. Je sais que cela m'éviterait bien des déceptions, mais dans le même temps, j'ai pu vivre de bons moments avec des gens de qualités.Je fais confiance a-priori et j'espère en retour, que cette confiance trouvera un écho. Il est clair que je amasse plus de râteaux que de perles.(sourire) Mais comme dirait l'autre, c'est dans ma nature de tendre la main.

Versaline 17/04/2016 11:57

Je vois Mr Brazon que vous vous posez beaucoup de questions et je peux vous rassurer en vous disant que vous n'êtes pas le seul... attendons ce qui va se passer dans les mois qui viennent...

Epicure 17/04/2016 13:12

C'est en effet cxomme cela que je vous sens! Mais ne vous en faites pas! Vous allez encore grandir!!!! et -quand voyqs a

Gérard Brazon 17/04/2016 12:56

Merci à vous Versaline. En effet attendons et nous verrons bien.

Gérard Brazon 17/04/2016 12:55

Bonjour Epicure.
Je sais bien à quelle faille vous faites allusion. J'en suis conscient d'ailleurs. Je me console le plus souvent en me disant que le jour où mon coeur aura l'aspect de mon visage, alors je voudrais mourir. Je crois encore en l'homme et je n'ai pas envie à chaque rencontre de me poser la question de la méfiance. Je sais que cela m'éviterait bien des déceptions, mais dans le même temps, j'ai pu vivre de bons moments avec des gens de qualités.Je fais confiance a-priori et j'espère en retour, que cette confiance trouvera un écho. Il est clair que je amasse plus de râteaux que de perles.(sourire) Mais comme dirait l'autre, c'est dans ma nature de tendre la main.