LETTRE OUVERTE A OLIVIER MAZEROLLE - REDACTEUR EN CHEF DU JOURNAL « LA PROVENCE » Par Roger Korda

Publié le 25 Avril 2016

 

 

Monsieur,
Nous vous écrivons à nouveau pour vous signifier notre indignation au sujet des attaques acharnées quotidiennes contre notre église catholique par vos articles  journaliers.
Le but évident de votre action politique est : « Pourissez l’église »  Le moyen actuel ? 
La pédophilie : ah  la pédophilie, quelle aubaine. Vous utilisez dans votre journal la tactique duharcèlement. Il faut que ce terme revienne en boucle pour bien le faire rentrer dans le crâne des lecteurs peu habitués à ce genre d’agressions.
Nous sommes officiellement catholiques depuis 17 siècles, Monsieur Mazerolle et ce n’est pas demain que nous allons changer. L’Eglise catholique que vous vous évertuez à salir est au cœur de notre civilisation. Sans elle plus de France et ses institutions de démocratie, de laïcité, et de paix civique.
Manquant d’arguments vous rabâchez de vielles affaires de 25 à 30 ans en arrière accompagnées de vagues allusions sur de  rares faits précédents. Pour être sûr de frapper les esprits souvent le titre est :Pédophilie……suivi des propos qui prennent les suppositions osées pour des réalités avérées.
Lors du dernier voyage du Pape vous trouviez le moyen de titrer presque à chaque fois vos articles par, deux points ouvrez les guillemets : Pédophilie : le Pape etc…..
Mais  il semble que ce n’était pas assez dans la démarche de dévalorisation du christianisme et de son représentant sur terre. Vous nous en aviez réservé une, la botte ultime.  En effet on a eu droit à ce nouveau titre incrédule : «  Pédophilie : (évidemment) le Pape est attendu de pied  ferme.  Sans blague, pas possible : quelle misère d’être obligé à en arriver à ce niveau de félonie.
 En fait ces actes dont il est question, en quantité infime, quelque uns sur plusieurs centaines de milliers de prêtres, sont le fait de grands malades et bien entendu condamnés par l’Eglise qui n’a rien à y voir ni de près ni de loin de par ses dogmes, sa doctrine bi-millénaire.
Elle est engagée dans la vie civile depuis deux mille ans dans tous les domaines pour soulager la détresse, la pauvreté, les drames, les  guerres , les  atrocités  causés par la folie des hommes
Elle leur rappelle le simple respect de la personne humaine très souvent oublié par la dureté, l’égoïsme, l’inconscience et le fanatisme des dirigeants du monde davantage poussés par l’orgueil et le goût du pouvoir qui rend fou plutôt que par l’équité.
Et pendant ce temps vous étiez bien obligé de rendre compte des non pas quelques unes mais pas moins de 27 révocations dans l’Education nationale, rien qu’en 2015 pour les mêmes faits, sans que l’on demande la fermeture des écoles ou le passage au pénal de la ministre.. Mais il s’avéra que l’Eglise était un trop gros morceau pour disqualifier efficacement le christianisme. Il fallait appuyer les attaques sur un personnage éminent, représentatif.  Ce fut Mgr Barbarin.
C’est alors que les titres fusèrent dans « La Provence », Monsieur Mazerolle. Les articles toujours axés sur le même sujet se succédèrent jour après jour, précédés chaque fois par le nom de  la victime expiatoire,Mgr Barbarin  .  Cela pour le placer, selon vos propos, dans la « tourmente ».
Evidemment que votre proie, votre souffre-douleur y était dans la tourmente et même dansl’acharnement médiatique que vous avez le culot de nommer. Puisque c’est vous-même qui en êtes le promoteur : farceur va. Vous faites la chanson parole et musique et vous l’interprétez.
Mais pourquoi lui particulièrement et pas un autre, se demanderait-on naïvement en lisant les questions, perfides, dévalorisantes, accusatrices qui titrent vos articles, précédées de son nom. Et dont la réponse qui l’innocente n’est elle jamais publiée ? Mais  c’est vous-même qui l’avez fourni benoîtement en nous rappelant que Mgr Barbarin  s’était prononcé contre le mariage pour tous.
Comment ? Oser se différencier du concert de flagornerie du politiquement-correct ? Le problème, Monsieur Mazerolle c’est que nulle part dans la bible n’est recommandé un mariage entre deux personnes du même sexe. C’est pourtant bien la moindre des choses pour un cardinal de faire respecter ses enseignements qui sont à la base et à l’origine de nos codes civil et pénal.
Mais ce n’est pas votre servilité à l’islam  rampant ou déclaré aux imamsémirs et autres califes qui vous aidera à le comprendre ni même à l’admettre.
Pour conclure, nous vous demandons une nouvelle fois Monsieur Mazerolle de bien vouloir respecter lesfondements de notre civilisation judéo-chrétienne en arrêtant  d’enfumer vos lecteurs avec des thèses qui contribuent à mettre en danger les intérêts fondamentaux de la nation française.
Merci d’avance.

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article