« Nuit Debout » pour zombis néo-léninistes Par Lucien SA Oulahbib

Publié le 17 Avril 2016

A quand le procès du communisme? Faudra-t-il attendre une guerre civile contre l'islamisme pour enfin parler de cette engeance nauséabonde qu'était le communisme et qui en ce moment trouve des alliances de fait avec l'islamisme aujourd'hui comme autrefois avec le nazisme avant guerre?

 

***********

 

Tout avait "bien" commencé en 17 aussi, en février, en Russie, c'était (paraît-il) la fête, la joie, démocratie, la parole libérée, les moeurs, la propriété de plus en plus partagée, collaborative, déjà…

 

Mais après les "thèses d'avril" la nuit bolchevique pourtant minoritaire (25% des mandats à la Douma) s'est étendue, coup d'État en octobre 17, pour finir en 21 avec l'écrasement des ouvriers, paysans, intellectuels, soldats, marins (Kronstadt) réfractaires aux thèses léninistes (suppression des acquis démocratiques comme la liberté d'expression pour les non bolcheviks) et surtout trotskistes (militarisation du travail, suppression des samedis, destruction des paysans qui ne voulaient pas donner, gratuitement, leur production).

 

 

Généralement cette répression féroce est mise sur le coup la guerre civile fomentée par les "blancs", ce qui est totalement faux puisque tout ce processus de destruction de la parole et de l'action libres a été suscité dès le début, au moment même où Lénine et Trotski décident de violer la démocratie pour fonder leur dictature.

Il en a été de même en 68, récupérée par une extrême gauche qui était absolument contre l'autonomie réclamée par les étudiants, femmes, homosexuel/les, car leurs luttes étaient considérées comme "secondaires" par rapport à la lutte principale contre "le patronat et l'Etat bourgeois" une lutte qui devait être menée par "le" Parti des "travailleurs" puisque seul "le Prolétariat" sait ce qu'il en EST dans tous les domaines (y compris dans les sciences, aujourd'hui celles dites du "genre").

Cela n'a pas changé, les mêmes, leurs rejetons, viennent nuire de la même façon à "Nuit debout", la dernière étant d'empêcher  Alain Finkielkraut non pas de parler, mais ne serait-ce que d'être seulement présent.

 

Ils sont donc là, soit disant à agiter les mains quand ils sont d'accord et les croiser en cas de dissentiment, mais cette imitation du langage des sourds muets cache mal que ce sont pour la plupart des handicapés idéologiques volontaires, des mutilés de l'esprit, pas tous bien sûr, et sans doute tous n'ont pas voté pour l'expulsion la "purification" dit Finkielkraut, mais à lire les twitters qui justifient cette purification, on voit bien que toujours une minorité bien organisée est capable de manipuler la masse des gentils qui veulent la paix et le bonheur pour tous.

Sauf que le pouvoir c'est bien autre chose, et comme l'a analysé Claude Lefort dans La Complication, tous ceux qui ont vu une opportunité de "pouvoir", précisément, posséder une part de puissance de prestiges et de richesses que leur manque de compétence et de paresse volontaire leur interdisaient d'avoir, se sont ralliés à la force politique montante, sûrs d'avoir une place dans le nouveau pouvoir. Idem pour les régimes fascistes, nazis, la collaboration, le régime mis en place par le CNR en France.

 

Il y avait certes des gens sincères, comme en 1789 et en 1917 d'ailleurs, mais, dans l'ombre, ceux qui voulaient le pouvoir pour eux et leur idéologie totalitaire (car ils ne pouvaient pas prendre le pouvoir comme ça, il leur fallait une légitimation dans laquelle d'ailleurs ils croyaient pour les moins cyniques) il fallait à un moment donné faire table rase donc éliminer les "ennemis du peuple". Staline n'étant qu'une conséquence du phénomène.

 

Voilà où nous en sommes. Il ne faudra donc pas être dupe dans la révolution objective (pacifique dans un premier temps) qui semble se mettre en place allant du meilleur au pire, car elle est en train déjà de partir dans tous les sens on le voit bien, le comble étant que les plus contre-révolutionnaires qui soient prétendent se mettre à sa tête alors qu'ils n'en sont que la lie, gardes chiourmes du pouvoir en place en réalité qui les laisse d'ailleurs souiller la Place de la République se l'approprier alors qu'ils en sont les plus solides ennemis, quitte à faire alliance de fait avec les djihadistes en costume cravate, prétendant être leurs ennemis alors qu'ils n'en sont que les courroies de transmission.

Ce sont les signes avant-coureurs de ce qui se passera après 2017, cent ans, jour pour jour, après les plus grandes arnaques de l'histoire de l'émancipation populaire que fut la révolution russe, suivie par ses répliques fascistes, nazies, chinoises, algériennes, iraniennes. Et les mêmes qui s'en réclament toujours veulent réitérer leur OPA. Pour l'instant avec succès. Hélas.

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article