Petite revue de presse de la "Droite-Libre".

Publié le 25 Avril 2016

Par La Droite Libre.

I. Les soutiens actifs à l’islamisme
Suite à l’agression de Gennevilliers le 22 avril 2016 du fait qu’une jeune fille ne portait pas de jupe,il est frappant de noter que, comme lors de l'affaire de la jeune femme violentée pour cause de maillot de bain en 2015 à Reims, les médias et autorités se précipitent pour affirmer que les agressions ne reposaient pas sur des motifs d'ordre religieux.
Et ce alors qu’en France, régulièrement des pressions de ce type sont exercées sur des individus (appel à la suppression du sapin de Noël dans une école maternelle, agression pour non-respect du ramadan). Ce genre de pressions exercées sur des personnes au nom du respect de principes religieux sont-elles fréquentes ou relèvent-elles du simple fait divers ? Difficile à trancher au cas par cas. Il est toujours délicat de déterminer tout de suite quelle part de motivation dans un passage à ce type d’acte violent (d’ailleurs le nombre de violences gratuites est en forte progression en France). La dimension religieuse/morale ne peut être évacuée a priori car les hommes et les femmes sont porteurs de valeurs religieuses/morales qui les « dépassent », la culture et les interdits moraux associés sont inscrits dans leur âme et dans une conscience ou inconscient collectif.
Par ailleurs, la ligne du gouvernement est de minimiser le plus possible ce type d’incidents « religieux ». L’expérience des attaques islamistes de Jouey les Tours, de Dijon aux cris d’allah akbar »... de fin 2014 où les autorités n’y voyaient pourtant que « déséquilibrés » incitent à prendre avec prudence les propos des parquets. Il a fallu du temps avant de commencer à les qualifier d’« islamistes » et encore …(source : 
www.lefigaro.fr/flash-actu) .

François est-il mal informé par ses services, menteur ou tout simplement dilettante ? 
F. Hollande a affirmé, à tort, le 14 avril 2016 sur France 2, que l'imam Rachid Abou Houdeyfa ne prêchait plus dans la mosquée de Brest, qui elle-même aurait été fermée.
La mosquée Sunna de Brest, où exerce l'imam salafiste Rachid Abou Houdeyfa, a démenti ces propos via le Centre culturel et islamique de Brest (CCIB), dont dépend la mosquée, dans un communiqué publié le 15 avril 2016.
L’imam de Brest avait déclaré «Le hijab, c’est la pudeur de la femme. Et sans pudeur, la femme n’a pas d’honneur. Et si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les gens, que les frères, que les personnes qui font partie même des hommes, que ça soit des musulmans ou des non musulmans, abusent de cette femme-là.» 
(source : www.europe-israel.org). Il expliquait aussi à une centaine d’ enfants que si l’on écoute de la musique, on est transformé en porc (source :Télégramme de Brest). 
Malheureusement, Il a 198 000 musulmans qui aiment sa page Facebook, il est donc parfaitement représentatif des musulmans pratiquants.
Et malheureusement, la mairie socialiste de Brest a délivré en 2016 le permis de construire pour son école, le ministère de l’Intérieur n’y ayant rien vu à redire (sources : 
www.letelegramme.fr etwww.lefigaro.fr/actualite-france). Fustiger l’islamisme dans les médias et continuer à le soutenir localement pour conserver le vote musulman, il s’agit d’une stratégie cynique du PS décrite dans une enquête de 320 pages, Ces Maires quoi courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015).
 
II Ses complices passifs
 

Seulement un musulman britannique sur trois serait prêt à informer la police s’il suspectait que quelqu’un de son entourage avait peut-être établi des liens avec des sympathisants de terroristes. Telle est la conclusion d’une enquête menée par des entrevues en face à face avec 1081 adultes se décrivant eux-mêmes comme des musulmans britanniques, par le cabinet ICM Research.

Cette enquête a également confirmé qu’il est très difficile pour la police britannique de collecter des informations concernant la radicalisation de certains membres auprès de la communauté musulmane. 52% des personnes interrogées pensent que l’homosexualité devrait être interdite en Grande-Bretagne. La suite est sur The Times.

En septembre 2015, Céline Pina dénonçait les prédicateurs fondamentalistes du Salon de la femme musulmane de Pontoise. Avec son premier livre, Silence coupable, l'ancienne conseillère régionale socialiste du Val-d'Oise, aujourd'hui retirée de la politique, dénonce la compromission des élus vis-à-vis de l'islamisme. Elle pointe du doigt ces « barons locaux » qui favorisent le communautarisme en pratiquant le clientélisme dans les quartiers. Source : 
Lepoint.fr.

Les élèves musulmans de la commune de Therwil dans la région de Bâle ont été dispensés de serrer la main du personnel enseignant féminin.
Les élèves musulmans de la commune de Therwil dans la région de Bâle ont été dispensés de serrer la main du personnel enseignant féminin, provoquant colère et stupéfaction. Pour le président de la commission de la Science, de l'Éducation et de la Culture du Conseil national (Chambre basse), Felix Müri, « serrer la main fait partie de notre culture. C'est un geste de respect et de savoir-vivre », a-t-il expliqué lundi à 20Minuten. La décision, prise par les autorités scolaires de Therwil et relayée par les médias, concerne deux élèves scolarisés dans le secondaire. Elle a été prise après que les deux jeunes ont déclaré avoir des problèmes avec cette coutume, car ils affirment que, dans leur religion, un homme n'a pas le droit de toucher une femme si celle-ci n'est pas la sienne ou si elle n'est pas membre de sa famille. (source : 
www.lepoint.fr/monde/suisse).

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

bithovan 25/04/2016 15:58

le gouvernement a réinventé le jeu de la taqqianette jeu trés ancien datant du moyen age remis a l'ordre du_jour de cette époque désastreuse ou le FANFOUET est un fin joueur.