Ils nous emmerdent avec la République, nous c’est la France qu’on aime ! Par Caroline Alamachère

Publié le 9 Mai 2016

 

 

 

 

 

Ce samedi 7 mai avait lieu le 3e congrès du Parti de la France présidé par Carl Lang. J'ai envie de dire un congrés de patriotes supplémentaire. Le résultat de la division des coeurs et des âmes sur la notion de patrie. je me doute que tous ceux qui sont allés à ce congrés sont des femmes et des hommes de grande sincérité et c'est bien cela qui est le plus triste car ce ne sont pas des "traîtres" à la patrie, à la France comme le sont les adhérents sarkozystes et autres socialistes. En lisant cet article de l'excellente Caroline, je me dis que peut-être viendra le moment où tous les patriotes se retrouverons sur la même plateforme, le même chemin et partagerons le pain de la victoire au delà des différences. 

Gérard Brazon

 

Des vétérans de l’ancien FN de l’époque du « Menhir » étaient présents, fidèles à leurs idées, sans compromissions ni dépoussiérages aussi excessifs que laborieux. Les anciens soldats, les soldats de toujours se tenaient fiers et droits avec leurs médailles sur la poitrine, tenant sans faillir le drapeau auquel ils ont consacré toute leur carrière.
Mais la jeunesse n’était pas en reste, cohabitant le plus naturellement du monde avec la vieille garde, unies dans un même amour charnel pour la patrie.
Car c’est tout simplement la France que le public et les militants étaient venus soutenir et défendre, la vraie France, celle des clochers et des coqs, celle du bon vin, de l’élégance, des libertés, celle qui des siècles durant a été le phare du monde.
Cette France qui « n’a jamais été aussi mal », comme l’a rappelé en préambule Roger Holeindre, co fondateur du FN, avant d’évoquer l’Algérie, ce pays où il avait en son temps créé un lieu visant à l’instruction de nombreux jeunes musulmans, ce territoire où pullulaient avant 1830 les maladies mortelles, l’esclavagisme et les guerres tribales avant que les Français n’aillent y construire des hôpitaux, des écoles, des routes, faisant monter en flèche la démographie d’un territoire en plein désarroi.
Il a fustigé la République et son évocation à toutes les sauces destinée à faire oublier que sous le vernis républicain se trouve la France, notre pays foulé aux pieds par des usuriers avides de gloriole. « Ils armeront les banlieues pour sauver les soi-disant valeurs de la République. Moi je ne connais pas les valeurs de la République, je connais les valeurs de la France ».
Les Francs-Maçons n’ont pas été en reste sur sa liste des coupables : « A Sidi Ferruch, le chef des Arabes est venu se présenter aux Français et il a dit ‘maintenant vous avez gagné’, nous prendrons la religion chrétienne, nous attendons vos missionnaires’. Et c’est le gouvernement à Paris, des Francs-Mac, qui ont refusé. Ils ont pris le chef des armées arabes et ils l’ont inscrit dans une loge maçonnique. Alors ça tombe bien parce qu’aujourd’hui, quels que soient les gens qui sont élus, c’est le programme des loges maçonniques qui est mis en avant en France et absolument aucun autre ».
Roger Holeindre s’est défendu ensuite d’être le diable, quoiqu’en disent les médias et les politiques, obligeant notamment le FN à montrer patte blanche au point de n’en plus avoir de patte du tout : « J’accuse ce gouvernement de tricherie, de mensonge et de trahison, lorsque Mme Le Pen se croit obligée de dédiaboliser le Front National, moi j’ai répondu immédiatement que je n’avais pas besoin d’être dédiabolisé. Cela voudrait dire que depuis 40 ans, mes amis et moi-même nous ne racontions que des balivernes. Ce que nous avons raconté depuis 40 ans est l’exacte vérité, et si cela avait été appliqué, la France ne serait pas dans l’état où elle est aujourd’hui ».
Il a enfin appelé à entrer en résistance pour sauver notre pays, non par les armes mais par notre motivation, par une « résistance morale », par l’affirmation sans rougir de ce que nous sommes.
Fernand Le Rachinel, lui aussi ancien du FN, a lui évoqué le triste tableau de l’abyssal déficit de l’Unedic grevé principalement par le budget alloué à l’existence même de Pôle Emploi, cet organisme tape à l’œil qui coûte une véritable fortune aux contribuables pour un piètre résultat.
Intervenait ensuite Katell Mautin, mère de famille nombreuse qui a rappelé l’importance de ne pas laisser à des tiers, notamment à l’Education Nationale, le soin de s’occuper de l’éducation des enfants en lieu et place de leurs parents, a fortiori de leur sexualité, l’enseignant devant se cantonner au seul rôle d’instructeur, un avis partagé par l’intervenant suivant Christian Baeckeroot, lui aussi ancien du FN, lequel a précisé qu’il n’y avait que dans les états totalitaires que l’Etat éduquait les enfants à la place de leurs parents. On se souviendra de l’énormité proférée d’ailleurs par Vincent Peillon, alors ministre de l’EN qui parlait « d’arracher l’enfant au déterminisme familial »…
L’orateur suivant, Eric Pinel, nous a narré cette histoire d’un homme qui avait commandé un portail en chêne pour sa maison, lequel souhaitait que son portail soit de fabrication française. Les chênes ont bien été abattus et coupés en France… avant de partir pour la Chine où ils ont été débités en billes, lesquelles ont été réexpédiées en France pour garantir la fabrication… française ! En période de forte sensibilisation à l’écologie, de fumisterie de COP 21 et autres campagnes de culpabilisation massive des Français, on ne pourra que s’étonner que le gouvernement ne légifère pas sur l’usage de telles pratiques
Le chouchou de la conférence a été ce beau et brillant garçon d’une vingtaine de printemps, très élégant dans son costume et particulièrement droit dans ses bottes. L’écouter fut une vraie bouffée d’air frais. Ce jeune militant du PDF, étudiant en médecine, nous a donné une leçon de bravoure inespérée pour son jeune âge. S’adressant à la jeunesse, il a demandé : « ne nous laissons pas nous, la jeunesse, culpabiliser par les tenants de la bien pensance ».
Evoquant Verdun et la hardiesse de nos Poilus, il a appelé à s’armer intellectuellement car l’arme morale, culturelle et intellectuelle va de pair avec la défense physique : « Apprenons à connaître notre civilisation, notre nation, et en tout premier lieu son Histoire. Car celui qui connaît l’Histoire de France, celui-là ne peut pas se laisser aussi indifféremment qu’actuellement conduire dans les poubelles de l’Histoire ».
Comme son aîné Roger Holeindre, lui aussi a fait part de son ras-le-bol des sempiternelles valeurs républicaines. Avec fougue il a asséné : « Ils nous emmerdent avec la République, ce n’est pas la République que l’on aime, c’est la France ! Ce n’est pas la République qui voit son identité dissoute et remplacée par des cultures étrangères, c’est la France ! ». Voilà qui était dit !
Une autre ancienne figure du Front National, Martine Lehideux a pesté contre l’invasion migratoire. Les immigrés italiens, polonais et autres venaient en France dans le but de travailler, aujourd’hui, les nouveaux immigrés viennent pour demander des logements, des aides… « Ils restent, ils demeurent, ils exigent »… « et ils obtiennent », contrairement, a t-elle rappelé, aux personnes âgées dans les campagnes qui vivotent avec un revenu de misère.
Refusant toute compromission de nos propres valeurs visant à nous faire adopter de force les fondements de la charia, elle a dit refuser dans notre pays la construction de mosquées, ces marqueurs de conquêtes mahométane, mais aussi l’imposition du voile et de toute autre culture contraire et hostile à la nôtre, car « non, la France n’est pas terre d’islam ! ».
L’avant-dernier intervenant a remporté un franc-succès au point d’être ovationné debout. Il s’agissait de Koen Dillen, fils du fondateur et représentant actuel du Vlaams Blok. Il nous a fait part de l’avancée terrifiante de l’islamisation dans son pays, chiffres à l’appui. La Belgique se meurt peu à peu, des quartiers entiers tombent sous la charia, des villes…
 

 

 

 

 
Pour clôturer cette journée, le président du PDF a fustigé Hollande et son gouvernement, un régime qui fabrique les conditions de la guerre et des « guerres de religion », mais aussi l’immigration et son corollaire l’islamisation de moins en moins rampante de la France : « Pas de charia chez nous ! », « l’islamisation de la France aujourd’hui ça suffit ! ».
Accusant « ceux qui organisent l’immigration de travail » qui sont « des criminels », il a rappelé que les Français devaient être prioritaires en tout dans leur propre pays, ce qui semble normal, vu que c’est ce qui se pratique dans tous les pays du monde, et que l’unité nationale était la garantie de la paix sociale.
« Si vous êtes pour l’Algérie aux Algériens, vous êtes un héros mais si vous réclamez la France aux Français, vous êtes un nazi ». Eh oui, quoi de plus délirant, n’est-ce pas ?
Bien sûr, à la sortie du Novotel de Bagnolet le cloaque de la réalité nous a cruellement rattrapés….
Caroline Alamachère
 
 
 
 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Claude Germain V 09/05/2016 18:32

Comme le Jacques Troubon , parasite et prédateur social politique de 76 ans , voleur d'emploi également , qui nous sort un rapport de 300 pages de conneries pour culpabiliser les patriotes français parce que l'on ne se met pas a genoux devant les migrants ; Alors qu'en contrepartie il existe des milliers et milliers de français sou-chiens qui crèvent par manque d'aides prioritaires , santé logement etc....etc......au détriment de hordes qui ont déserté leur armée en pays de Syrie et autre en laissant la bas femme et enfants , qui viennent pomper pépètes en France , qui exigent tout et re-tout ..... avec la complicité de nos politicards mondialistes corrompus ...Vivement 2017