La rupture du jeûne et les lâches politiciens Français - Par Gérard Brazon

Publié le 29 Juin 2016

La rupture du jeûne est un acte religieux  fort. Que chaque 28 jours (durée du ramadan) qui passe un homme politique au plus haut niveau s'installe à la table et fait allégeance en quelque sorte, aux adeptes d'une religion, devrait commencer à interroger les Français qui, jusqu'ici, croyaient vivre dans une république laïque.

Il n'y a plus un maire, un député ou sénateur qui ne se présente pas pour casser la croûte halal chaque soir dans la mosquée du coin ou dans l'association musulmane du quartier.

Il n'y a plus un Président de Département, de Région, de Préfets et Sous-Préfets qui ne font pas un petit discours, et s'empiffre de dattes et de couscous dans la foulée.

C'est le même scénario avec les membres du gouvernement. Chacun attendant sagement le coucher du soleil pour lever son petit verre de thé à la santé de tous les musulmans de France affamés et attendant cette heure quasi divine où ils vont pouvoir se bâfrer à se faire péter le ventre jusqu'à minuit, voire plus. D'ailleurs à ce régime destructeur pour la santé, beaucoup sont déjà en arrêt de maladie. C'est pratique, et puis c'est gratuit, puisque c'est la sécurité sociale qui paie.

Il faut les comprendre ces braves gens. C'est Allah qui donnent les ordres par l'intermédiaire de Mahomet, un prophète qui ne se levait pas le matin pour prendre les transports en commun, la bagnole pour aller à l'usine, au bureau ou démarcher des clients, soigner des malades, monter une maison en parpaings. Mahomet n'a jamais conduit un poids lourd et d'ailleurs, dans ses plus grands délires, il n'a sans doute jamais imaginé la société dans laquelle nous vivons et qui demande un minimum de règles sanitaires et de repos.

Pour ceux qui bossent encore, qui refusent de profiter de la Sécurité sociale, l'épuisement est patent. Ils se disent "épuisés" par le changement de rythme alimentaire, mais qui lassent leurs collègues en usine, au bureau, en se traînant, en se plaignant de leurs fatigues, parce que "tu comprends, c'est le ramadan", comme si ce mot magique devait nous toucher et nous encourager à assurer deux fois plus de boulot qu'en temps normal, comme si le ramadan était une maladie que l'on pourrait comprendre. Deux fois plus de boulot parce qu'une (un) abruti, ne pense plus, ne comprend plus, ne bouge plus et ne cesse de se morfondre en refusant de boire et de manger pendant la journée, et  qui en plus, nous emmerde à gémir sur son sort. Putain, bouffe, et bois où fermes-là bon sang, tu fais chier à la fin disent les collègues. Avec raison d'ailleurs, mais peut-on le dire sans se faire traiter de racistes par la bien pensance ? Le syndicaliste gauchiste du coin ? Pourtant, au Maroc, comme en Algérie, des citoyens se battent pour avoir le droit de manger et de ne pas faire le ramadan ! En France, ils font le ramadan et gémissent ! Pourquoi ne prennent-ils pas leurs vacances au moment du ramadan ?

Que font nos politiques qui au lieu de serrer les boulons, d'affirmer que la Sécurité Sociale n'est pas halal, qu'elle se doit de gérer au mieux ses finances en indemnisant les vrais malades, et non ceux provoqués par un jeûne absurde en journée suivi d'un ingestion incroyable de bouffe à se faire péter les boyaux dans la nuit.

Pour les "malades", ceux qui seront "indemnisés" par la bonne et sympathique Sécurité Sociale, qu'ils se reposent bien, qu'ils en profitent bien, car viendra en suivant les congés payés pour aller aux bleds et faire bonne impression à la famille qui est restée là-bas.  La France est une bonne fille n'est-ce pas ?

Chaque jour à la télévision, nous sommes bassinés, lessivés, essorés par le ramadan et ses conséquences. Chaque jour nous voyons tel politique de gauche, et tel autre de droite se pencher sur le ramadan en y vantant ses bienfaits pour les uns, sa compréhension religieuse pour les autres et aucun n'a le courage de révéler les conséquences scandaleuses sur les finances des entreprises qui doivent envisager leurs contrats, les projets à venir en fonction des dates du ramadan qui va faire tourner l'entreprise au ralenti pendant un mois. Quid des difficultés des managers pour gérer leur personnel en fonction des absences et des besoins. Celles sur les finances de la Sécurité Sociale, voire la simple réalité qu'il est tout à fait dangereux de faire un jeûne aussi destructeur pour la santé et qui produit au demeurant et chaque matin, des tonnes de nourriture non consommées dans les poubelles.

Alors Manuel Valls va faire le beau à Évry comme d'autres le font dans leurs Mairies et Palais, avec les "dignitaires" musulmans afin de voir et de constater si possible, si le vote musulman reste en leur faveur.

Tous ces politiques sont comme des mouches, et vont boire le thé de l'infamie. Ils vont goûter les délices de la trahison laïque et républicaine. Déguster le miel de la félonie à la parole donnée pour une élection.

Tous sont prêts à renier la crèche et le sapin, la main sur le cœur, au nom de la laïcité.

Tous y vont de leurs petits discours affables où il ne faut pas bien sûr, confondre l'islam d'amour, de paix et de tolérance avec l'islamisme, car comme le dit l'ineffable Clémentine Autain, qui a une réflexion sur l'islam à la hauteur de son prénom: il y a plusieurs islams !

Ben voyons, cela démontre s'il le fallait, que cette "féministe" de salon, petite bourgeoise d'extrême gauche, née à Saint Cloud, fille d'artistes, nièce d'un sénateur socialiste, ayant toujours vécue dans les beaux quartiers, en connait un long bout sur l'islam, sa nocivité dans les banlieues et son antiféminisme notoire. (Sourate 4 verset 34, etc.) Combien de ces politiciens sont aveuglés par leurs idéologies.

Non Madame Autain, il n'y a pas plusieurs islams. Les apostats musulmans, si vous les fréquentiez un peu plus, pourraient vous le dire, l'islam, c'est l'islamisme au repos. Si les musulmans ne manifestent pas la plupart du temps, c'est qu'ils en sont complices ou qu'ils sont morts de peur.

Le Ramadan n'est qu'une partie infime de la mécanique de décervelage de cette religion qui n'est en réalité qu'un système totalitaire, un islamo-fascisme qui se réveille.

Gérard Brazon (Liberté d'expression)

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article