Publicité : interdit de ridiculiser un noir, mais un blanc, on peut… Par Gérard Brazon

Publié le 3 Juin 2016

Venue de Chine, une publicité très drôle a eu le don de déplaire à nos « droits de l’hommiste » habituels. Une Chinoise fait sa lessive et se fait draguer par un prestataire de service qui est un peintre noir. Outre que le bonhomme est du genre goujat (parce que je suis poli) il s’avance vers la belle… voyez la suite.

Cette publicité chinoise ne pourrait pas exister en France. Ni même en Europe. Jamais vous ne verrez un noir, un arabe, un issu de la « diversité » se retrouver dans cette situation. Les Chinois le peuvent encore. Il est vrai qu’ils sont 1 milliard 500 millions d’habitants, et qu’il n’y a pas de noirs chez eux. Alors la bien pensance européenne et singulièrement française hurle au racisme des chinois. Bon sang, qu’est-ce qu’ils sont idiots. Sans ces hurlements, personne n’aurait vu cette publicité.

Dans une autre version, une publicité italienne n’a fait aucun bruit par contre. Elle est dans les mêmes eaux lessiveuses. Là, c’est un petit blanc ridicule, un Italien maigrelet, dans un slip effarant. Le petit blanc a lui le droit d’être ridiculisé sans que pour autant, la bien pensance se mette à crier au racisme. Allez savoir pourquoi ?  Ah oui, suis-je bête, le racisme anti blanc n’existe pas !

Dans une autre version encore plus tendancieuse. Un petit blanc forcément ridicule bien sûr et très moche se fait tirer l’oreille par sa femme. Elle le place devant le lave-linge. Que fait-il ? Il balance sa femme dedans et voyez la suite…

Toujours aucune réaction des antiracistes et autres « droits de l’hommistes ! Sans compter les défenseurs de l’homosexualité. Le petit blanc a donc fait une bourde qui va lui coûter un moment délicat si ce n’est douloureux. Prions pour qu’il n’ait pas d’hémorroïdes. En clair, il va se retrouver comme casse-croûte pour un noir venu de nulle part et qui est, par définition grand, beau, musclé et puissant et probablement bien monté. En clair, un nouvel européen pour blanche en manque ou pour petit blanc fragile ou facile…

En Chine c’est du racisme ! En Italie c’est de l’humour. Si on joue à qui perd gagne, il est quasiment sûr que ce sera les déserteurs qui inondent l’Europe qui gagneront par le nombre sans avoir à utiliser un lave-linge !

Gerard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article