Brexit et la mauvaise foi insoutenable des médias français. Faire peur pour éviter un Frexit ! Par Gérard Brazon

Publié le 4 Juillet 2016

Lorsque nous lisons les différents commentaires émis par les européistes, nous ne pouvons qu'être abasourdis par leur mauvaise foi et leurs explications pour donner un sens à l'échec de l'Union européenne.
Car c'est bien d'un échec de cette Union qu'il s'agit. Une Union que les souverainistes désignent comme tatillonne, réglementaire et liberticide. La dernière décision en date étant d'interdire la pêche en eaux profondes sans même que les peuples, si ce n'est les parlements nationaux, aient été consultés.
Que dire d'une pleine page dans l'europhile Figaro, pour expliquer aux lecteurs, pourquoi la Grande Bretagne qui contribue pour 11,34 milliards d'Euro à l'Union Européenne, et n'en reçoit que 6,98 milliards, ne  sera pas tout à fait gagnante finalement. Pourquoi? Parce que Fabrice  Nodé-Langlois du Figaro, extrapole, suppute la future politique de la Grande Bretagne qui sera suspendue au scénario de sortie, et au futur accord qui devra se faire entre Londres et ses anciens partenaires. Roulement de tambours, menaces sous entendues qui interdiraient à la Grande Bretagne peut-être, l'éventuel accès au Marché commun de cette Union.
Qui peut imaginer sérieusement que l'Europe fera un blocus continental ? On sait ce qu'il en advint de celui de l'Empereur Napoléon 1er. Dans quel délire ce scénario pourrait-il se faire en 2016. À moins de croire, comme Jean Claude Juncker, celui qui a vu et entendu plusieurs dirigeants inquiets d'autres planètes qui nous observent ! Diable, si les extras terrestres s'en mêlent…
De même, et sur le même registre, des menaces économiques seraient possibles sur des grands projets britanniques (TGV, EPR, Aéroport de Londres, etc.)! Que d'annonces dramatiques. Comme si les Britanniques allaient s'enfoncer dans une misère noire, et sombrer dans une famine à l'africaine. C'est en fait assez pitoyable. Tout cela ressemble fort à une communication intérieure visant à faire peur aux Français qui devraient être pétrifiés d'avance de quitter cette Europe en risquant de se retrouver en plein Moyen-âge avec famines, bûchers et sorcelleries.
Nous sentons bien qu'aucune leçon n'a été tirée par les européistes de Bruxelles et qu'ils ne sont en rien, responsables ! C'est les vieux, les plus de 50 ans  qui auraient donc mal votés en choisissant le Brexit, (80% de l'électorat votant). Ce sont les jeunes, les 18-24 ans qui eux, ont oublié de participer au vote (35% de votants). Ce qui se traduit par des manifestations de ces mêmes jeunes qui appellent à un nouveau référendum. Cocasse comme situation si l'on pense que ce sont des jeunes qui donnent des leçons à des vieux qui sont allés voter. C'est aussi une vision d'une démocratie pervertie par une jeunesse déculturée, apolitique qui dénonce un référendum le plus légal du monde, sous prétexte que la jeunesse "aurait" perdu. Curieuse démocratie qui consiste, à les entendre, qu'il faut revoter jusqu'à ce que le vote soit conforme.
Que dire également sur la peur qui saisirait les "gens de l'Est" face au risque de racisme à leur encontre. Sur ces "citoyens" européens pris au piège du Brexit. Encore une fois, de quel pays parlons-nous. De la Gambie? Du Soudan, de la Turquie et pourquoi pas du Pakistan ?
La Grande Bretagne est un grand pays civilisé et le considérer comme une terre dangereuse aux mains de britanniques racistes comme le fait la correspondante du Figaro Amandine Alexandre est tout simplement effarant de mauvaise foi. Je n'ai pas lu sous sa plume de remarques sur les quartiers de Londres qui ont été délimités et signalés comme zone régit par la charia par les islamistes.
Une remarque sur une tribune signée par des plumes françaises célèbres qui appellent à un débat sur une nouvelle Europe: Une conférence pour une nouvelle construction européenne ! Tant mieux, mais… L'Europe de leurs rêves serait à vingt-sept, et elle devrait renégocier tous les traités pour aboutir à une Europe Confédérale appuyé sur un triptyque: la souveraineté, la prospérité et l'indépendance stratégique.
Ces plumes et autres intellectuels signataires disent de facto, que la souveraineté c'est la démocratie. C'est faux ! Bien des pays sont souverains et ne sont pas, loin s'en faut démocratiques. Chine, Vietnam, Iran, Arabie, Soudan, etc. Les pays démocratiques se comptent sur les doigts de nos deux mains.
La prospérité ne se décrète pas, sinon, pourquoi celle-ci n'est pas la norme partout et singulièrement en France. Certes, si des traités peuvent faciliter celle-ci, elle reste pour autant une affaire d'entrepreneurs et de décideurs.
L'Indépendance stratégique est une formule magique. Ils osent d'ailleurs faire un parallèle avec l'idée du général De Gaulle sur l'Europe des Nations véritablement indépendantes sur tous les points, y compris sur la diplomatie et les forces armées.
Mais poursuivons pour dire que cette indépendance ne peut se faire qu'au niveau d'un pays à travers ses choix stratégiques, basés sur ses frontières fiables et assurées. En aucun cas à travers une sorte de Schengen-bis amélioré ou, craché juré, je rends à travers un nouveau traité, les frontières des vingt-sept pays infranchissables aux marchandises sans surveillance, avec de justes taxations à l'entrée, et une augmentation ciblée sur des marchandises fabriquées avec le dumping social. Il faudrait pour cela et déjà, qu'au moins les vingt-sept soient d'équerres sur tous les plans au minimum. Autrement dit, ces "plumes" rêvent que tous les paramètres économiques et sociaux soient identiques entre la Pologne, la Slovénie, la France, l'Allemagne, la Grèce, etc.
Je suis étonné de lire cette argumentation sous des plumes qui vont de Jacques Sapir, Jean Pierre Chevènement, Jean Michel Naulot, Natacha Polony et autres Michel Onfray pour ne citer que les plus connus. Je crains fort que tous, après d'âpres débats entre eux, et divers ajustements, ne se soient mis d'accord qu'a minima sur un texte sans saveur, sans relief et donc sans intérêt comme nous le dira l'avenir.
Gérard Brazon (Liberté d'expression)
 

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article

jean-luc 06/07/2016 15:57

Il faut arrêter de dire que la France est un pays démocratique avec l'autre gugus qui n'arrête pas de faire passer ses lois à grands coups de 49.3 ! Pour ma part, je suis pour la sortie de la France de l'Union européenne, on n'aurait au moins plus à payer tous ces ramiers qui occupent des postes fantômes fort bien rémunérés ... Quant aux journaleux, ce n'est pas un scoop qu'ils sont à la botte de nos dirigeants, ils hurlent donc avec ces loups qui leur accordent tant d'avantages fiscaux (voire plus si affinités).

JPS 04/07/2016 16:15

2005 : les français avaient dit NON À L'EUROPE MAFIEUX !
Tous ces politicars ne sont que des usurpateurs, vendus, tricheurs, falsifieurs, menteurs, détourneurs de fonds qui, au mieux, devraient être enfermés !!!
VIVE LE FREXIT et celui des autres nations européennes ! !!

bithovan 04/07/2016 12:01

alcool plus pot belge c'est trop a son age pour un amplatre ramoli de la sorte.