Lettre ouverte à Monsieur Philippe SCHMIT, rédacteur en chef du journal "La Provence". Par Roger Korda

Publié le 26 Juillet 2016

 Monsieur,
Voudriez-vous avoir l’extrême obligeance, Monsieur, de bien vouloir lâcher la grappe à notre ami et élu de la République Sénateur Maire de secteur de Marseille, nous avons nommé Stéphane Ravier.
C’est la troisième fois dans votre journal qu’il fait l’objet de propos agressifs, tendancieux, qui sont autant de provocations à la vengeance musulmane ou non, à la discrimination personnelle et politique.
 
Nous agissons à titre personnel, uniquement poussés par notre conscience et en état de légitime défense. Les articles le concernant démontrent Monsieur Schmit que vous êtes en apnée, en embuscade, à l’affut du moindre faits et geste qui pourraient servir de prétexte à atteindre la réputation du Front National.
 
La Provence, dont vous êtes le rédacteur en chef démontre depuis longtemps qu’elle est beaucoup moins un journal d’information qu’un organisme de propagande inséré dans le système de l’axe Euro-Arabe issu des accords funestes du 7 juin 1975, le jour où l’Europe a été vendue au monde Arabe tel que l’on peut en prendre connaissance en détail dans le livre Eurabia de Madame Bat  Ye’or.
 
Reprocher à Stéphane Ravier la haine du « vivre ensemble » est dérisoire et d’un complet inversement des valeurs laïques, judéo-chrétiennes qui sont les nôtres, Monsieur Schmit.
Nous trouvons de plus que l’attaque que vous menez contre lui a de furieux aspects islamiques sur bien des points. En effet, cette façon de rassembler des personnes toute une journée avec animations diverses entièrement consacrées à sa condamnation publique réitérée comme allant de soi, le tout publié par une imposante couverture médiatique a quelque peu le genre de la fatwa.
Le style d’exclusion de la cité, de l’être maudit, de celui que l’on veut chasser ; en somme leblasphémateur coranique.
De cela, en fait , nous ne sommes pas dupes. C’est tout un ensemble de ruses médiatiques pour nous imposer la présence massive d’immigrés musulmans, 200 000 par an plus les illégaux selon les accords funestes du 7 juin 1975 que la Ligue Arabe a imposé à l’Union Européenne de l’époque sous menace d’embargo du pétrole appelé « le choc pétrolier ».
 
Ce vocable abondamment servi dans le public avait pour fonction d’en dissimuler la véritable structure qui était la dislocation de l’identité du peuple français, la destruction peu à peu de sa civilisation..
La haine ? C’est votre journal qui la diffuse, Monsieur Schmit, contre tous ceux qui s’opposent à ladécomposition de notre société judéo-chrétienne, cette très ancienne culture façonnée par plus de 20 siècles d’Histoire commune, qu’il fallait déraciner sans avoir l’air d’y toucher afin d’évincer sa population pour la « remplacer par un autre peuple » comme il est dit dans le Coran, la constitution politique et religieuse des nouveaux envahisseurs.
Pas si nouveau que ça si l’on se remémore les hordes musulmanes assoiffées de sang et de conquêtes passant par Gibraltar aboutissant à Poitiers, anéanties par Charles Martel, le sauveur de la Chrétienté.
 
Le vocabulaire français subit aussi la purge dans votre journal, Monsieur Schmit.  Des mots pouvant évoquer la présence de notre civilisation et leur venir en aide sont pourchassés sans relâche tels que "français de souche", il n’y a pas de souche, race, il n’y a plus de race, identité comme sécurité devient identitaire, sécuritaire d’extrême droite, donc forcément à rejeter.
 
Le « pas d’amalgame » aussi ne manque pas de sel qui consiste à dédouaner, à innocenter l’islam des actes  terroristes sanguinaires. Ce sont des fous, des extrémistes des djihadistes qui se radicalisent, mais des musulmans, des arabes dont le nom est banni, au grand  jamais .Il s’agit bien d’un travail de sape en profondeur dont vous êtes dans votre journal La Provence le fidèle fonctionnaire.
 
A cela il faut ajouter vos efforts persévérants de camouflage de la véritable identité de la « religion «  musulmane. Une doctrine qui est assez rusée pour se faire  passer pour une religion afin de s’imposer par la terreur aux esprits tétanisés à l’idée suicidaire de contester le Coran et le pouvoir politique.
Et le « c’est pas dans le Coran » et » l’islam une religion de paix » toujours pour dédouaner l’islam restent encore tellement efficaces malgré leurs usages intensifs pour abuser la crédulité du public.
 
Bien sûr que c’est dans le Coran les ordres à tuer, à massacrer, à torturer qui font en opposition au code pénal l’apologie du crime, la provocation à la haine, l’incitation à la guerre omniprésente dans le Coran et la vie de Mahomet présenté comme le Prophète tel que l’on a vu à Nice par un cannibale .
Ex.Sourate 3 verset 151 : Nous jetterons l’épouvante dans le cœur des infidèles.   
Sourate 2 verset 12 : Je vais jeter l’effroi dans le cœur des infidèles, frappez sur leurs cous, frappez-les tous aux jointures.  
Sourate 29 verset 34 : Nous allons faire tomber du ciel un cataclysme sur les habitants de cette cité parce qu’ils sont pervers.   
Sourate 5 verset 33 : Les seules punitions envers ceux qui mènent la guerre contre Allah et Son Messager et qui s’efforcent de mener des actions néfastes dans le pays sont celles-ci : ils seront assassinés ou crucifiés ou leurs mains et leurs pieds seront coupés ou bien ils seront expulsés du pays. 
Sourate 4 verset 34 : Admonestez celles dont vous craignez l’infidélité. Reléguez-les dans des chambres à part et frappez-les. Etc… On peut aussi frapper les femmes dans le Coran.
 
Vous voyez, Monsieur Schmit, contrairement à ce que cachent soigneusement vos médias, les terroristes islamistes sont bien des musulmans fidèles à l’islam qui appliquent fidèlement les ordres à tuer venant de leur constitution, le Coran. S’il n’y avait pas de Coran, ils feraient comme nous, ils vivraient paisiblement. Le djihad est précisé de nombreuses fois dans le Coran comme un devoir fondamental de tous les musulmans puisqu’il est une source de profit, de butin dans cette société musulmane basée principalement sur l’appropriation frauduleuse des biens d’autrui.
 
Aussi nous vous demandons de révéler au public la teneur djihadiste de l’islam, préconiser l’arrêt de l’immigration-remplacement, créatrice du communautarisme islamique berceau de l’islamisme.
Ainsi que la fermeture des mosquées, des lycées musulmans, associations qui légitiment forcément les enseignements djihadistes, usines à terroristes et entraînent la co-responsabilité pénale des médias et élus complices des actes terroristes par leur volonté tenace à nier la responsabilité de l’islam, justifiesa présence dans la cité, renforçant sa puissance nuisible.
Roger Korda
Lettre ouverte à Monsieur Philippe SCHMIT, rédacteur en chef du journal "La Provence". Par Roger Korda

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article