Puteaux : Ceccaldi-Raynaud favorise un préfet plutôt q’un locataire HLM - Par Gérard Brazon

Publié le 19 Juillet 2016

 

 

 

 

 
J’ai longtemps été dans l’équipe municipale des deux derniers Maires de la ville, le père et la fille. Nous savions peu de choses finalement de ce qui se faisait en réalité et des décisions prises par ces deux Maires. Il ne faut pas croire qu’être proche d’un soleil, vous interdit d’avoir froid. Cela fait 47 ans que la famille Ceccaldi-Raynaud règnent sur la ville de Puteaux. Les électeurs savent cette longévité. Les Putéoliens semblent satisfaits de cette situation. Tous connaissent les batailles mémorables des différents opposants.
 

 
J’ai fait partie de l’équipe municipale et j’en suis partie lorsque j’ai compris les attitudes, les simagrées, les trahisons entre amis et la politique d’islamisation tranquille menée par l’association islamiste de Puteaux (c’est son nom) que pourtant je dénonçais en interne. J’ai dénoncé les arrangements pour la mosquée. Lorsqu’il me devint évident que j’avais le choix entre me taire, participer aux réceptions et prendre au passage les petits cadeaux du Maire, sans que je sois entendu sur l’islamisme, cela est devenu pour moi difficile. Déjà, à l’époque, je disais que l’islamisme n’était que l’islam en mouvement. Quand je compris un peu tard, que je ne pouvais ni influencer, ni dire, ni faire aussi bien en interne de l’UMP que dans le Conseil Municipal et plus tard économique, que je subissais des élections internes quelque peu arrangées pour me faire taire, il est devenu clair que je devais partir. Ce n’est qu’en 2012, que j’ai rejoint le Front National et mené des campagnes électorales pour ce parti dans ma ville. Je vous passe les tombereaux d’injures.
 

Rien ne m’étonne plus dans cette ville  dont l’honnêteté m’oblige à dire qu’elle est agréable à vivre. La démocratie n’existe pas et les moyens conséquents offrent des avantages immenses à la population. Il est vrai que le personnel politique en profite et fait des voyages à l’étranger aux frais du contribuable, mais votés par le Conseil Municipal en toute transparence. Inutile que l’opposition tempête, aucun bruit ne résonne. Il y a comme un couvercle sur lequel s’assied le Maire. Car là qu’est l’astuce. Point de coup tordu, chacun croit à son niveau, qu’il bénéficie d’un avantage. Y compris la mamie qui va prendre l’air lors d’un voyage de l’association municipale et oublie qu’elle paie en quelque sorte son voyage aussi. Pas plus que les familles dont les enfants vont aux États-Unis et qui s’imaginent que c’est le maire qui paie. Pourquoi pas de sa poche…
 

 

 

 

 

 
La trahison, la fourberie, les coups en douce contre les opposants sont une réalité. Les Putéoliens prudents, font souvent le mort et tentent de profiter encore un peu. Certains militants de FN ont refusé d’être sur mes listes pour être sûrs  qu’ils pourront s’inscrire dans les centres de vacances. Que vaut la démocratie lorsqu’un peuple accepte de se vendre. Alors, que vaut un appartement HLM. Que vaut un ancien Préfet face à cette machine qui concilie amitié et clientélisme. Ce préfet est un proche de Nicolas Sarkozy, le Maire est une amie proche de Nicolas Sarkozy, elle fut son attachée parlementaire, puis sa suppléante, puis sa remplaçante. Des liens d’intérêts réciproques existent même si parfois, ce fut houleux voire, corrosif entre eux. Ils n’ont rien à se refuser.
Donc je ne suis pas étonné de ce Préfet à Puteaux. Quant à sa légalité dans un immeuble HLM, je me doute qu’il n’est pas dans ceux que je connais, les plus pauvres,  et qu’il doit être dans les plus récents en bord de Seine ou les mieux placés face à la Seine et à la Tour Eiffel.
Outre le fait que je n’ai plus rien à voir avec cette équipe municipale qui est plus proche des gallinacés que des citoyens, des ovins que des taureaux, je ne ferai pas de polémique au Maire dont je connais désormais les sourires enjôleurs et les poignards bien aiguisés, ainsi que sa parole si peu fiable. Pourquoi ? Je ne fais pas partie de ces « bêlants » socialisants qui voudraient de l’immigré en masse, des déserteurs irakiens et syriens, de l’immigration à grande échelle pour pouvoir un jour renverser un Maire qu’ils détestent.
J’ai mené deux campagnes municipales à Puteaux et je remercie encore ceux qui ont eu le courage par deux fois de se présenter sous les couleurs du Front National. Je ne suis plus conseiller municipal et ne peux plus être le défenseur de ceux qui ne bénéficient pas des « largesses » du Maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud, mais je n’irai pas jusqu’à favoriser la submersion de Puteaux  dans un flot continue d’une « misère » venue du Moyen-Orient et dont la grande majorité a choisi de trahir leurs pays en le désertant. Je suis cohérent avec mes engagements patriotes et je serai toujours aux côtés de mes enfants par rapport à mes voisins, aux côtés de mes voisins par rapport à l’étranger. Et donc, je serai aux côté d’une municipalité, aussi perfide fût-elle, lors des élections, plutôt que du côté des déserteurs et autres profiteurs des aides de la France et des contribuables.
Pour autant, par souci de justice, il serait judicieux que ce Préfet ait les moyens de son habitation et qu’il investisse l’un de ses appartements et fasse de la place pour des Français en demande. C’est plus envers le Préfet et son mentor Sarkozy que j’ai envie de dire qu’il aient un peu de décence en la matière. La Présidente des HLM aurait dû refuser d’obéir à cette demande, ce qui me fait penser à ces citations de la Boétie sur lesquelles le Maire de la ville de Puteaux, qui en connait un bout sur la servitude, celle qu’elle inflige aux uns, en les trahissant souvent, et celle qu’elle subit:
  • La première raison de la servitude volontaire, c’est l’habitude; la première raison pour laquelle les hommes servent volontairement, c’est qu’ils naissent serfs et qu’ils sont élevés dans la servitude.
  • Par appétit de pouvoir, de gloire ou de richesse, ces gens voient plus d’avantages à sacrifier leur Liberté qu’à la défendre. Une fois l’habitude établie, l’état de servitude ne se perçoit même plus.
Gérard Brazon (Liberté d’expression)
 
 
 
 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article