Islamistes assignés à résidence. Une vraie foutaise nationale.

Publié le 4 Août 2016

Combattant de l’Etat islamique assigné à résidence seulement la nuit, terroriste condamné à mort dans son pays, membre du GIA, que la Cour européenne de justice interdit d’expulser, Adel Kermiche condamné à résidence et égorgeur du prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray : la France n’est pas équipée pour gérer ces djihadistes qui se préparent à frapperLes services de renseignement sont incapables de protéger la population pour le jour où ils passeront à l’attaque. Ils passeront évidemment à l’attaque.
Source: Dreuz
  • Wahid Bouraya, un islamiste qui tient une épicerie halal rue Jean Jaurès à Brest, a été reconnu coupable par la justice française de vouloir combattre et tuer les mécréants au nom d’Allah.
  •  
    Il a tenté de partir combattre en Syrie pour l’Etat islamique, il a célébré dans la joie l’attentat du 13 novembre au Bataclan, et il a reçu, comme tous les soldats, l’ordre de l’Etat islamique de tuer les Français par tous les moyens. Mais il ne pourra pas commettre d’attentat durant la nuit : il est assigné à résidence de 20 h à 6 h du matin. Dans la journée en revanche… il est libre. (Source Ouest France [1]
  • Merouane Benahmed, islamiste algérien, membre du GIA [groupe armé islamique d’Algérie] condamné à mort dans son pays, a été déplacé le 18 décembre de Saint-Afrique dans le sud de la France, suite aux plaintes des habitants effrayés par la présence de ce terroriste, vers une petite ville gardée secrète. Auparavant, il avait été déplacé de Châteaulin, de Condom, d’Aiguebelle, etc. pour les mêmes raisons.
    Merouane Benahmed, 42 ans, a été condamné à 10 ans de prison pour avoir organisé avec 25 autres musulmans, des attentats terroristes en France. Libéré en 2011, interdit d’expulsion parce qu’il risque la peine de mort, il a l’âge idéal pour mourir en martyr pour Allah, son unique but dans la vie.
    Son nom apparaîtra probablement dans un prochain attentat, car il doit pointer quatre fois par jour à la gendarmerie, jusqu’à 18 heures. Après, plus rien jusqu’au lendemain, et s’il ne revient pas pointer… on connaît la folle suite.
  • Saïd Arif, lui, a trompé la surveillance le 11 mai 2015 et il a disparu des radars. A 47 ans, il est parti combattre en Syrie, et par chance il a été tué. Cela démontre deux choses : 1) l’assignation en résidence est d’une efficacité à toute épreuve, 2) à 47 ans, on est dans la force de l’âge pour le djihad.
  • Coup de chance encore : Ali Yashar, l’imam d’une mosquée d’Argenteuil (Val-d’Oise) : assigné à résidence depuis 10 ans, est parti combattre en Irak en 2015.
  • Kamel Daoudi, combattant d’al-Qaida, 40 ans, 1,90 m, 100 kilos, parti en 2001 avec un faux passeport pour recevoir un entraînement militaire dans les camps d’Al Qaeda, franco-algérien condamné pour avoir tenté de tuer un grand nombre d’employés du Consulat des Etats-Unis à Paris à l’explosif, il doit pointer 3 fois par jour, jusqu’à 17 h 45.
    Déchu de sa nationalité française, il a fait une demande d’asile dans une quarantaine de pays musulmans. Ils ont tous refusé de l’accueillir ou n’ont pas répondu. La France est moins prudente, c’est prouvé dans le sang des victimes.
  •  
    Daoudi donne le change aux apologistes du terrorisme de l’Obs (rue89.nouvelobs.com), idiots utiles empressés de protéger l’islam de toute accusation, et se fait passer pour un bon gars là où il vit à Carmaux. Cela s’appelle la taqiyya : c’est par cette méthode qu’Alain Juppé s’est fait rouler par les Frères musulmans lors de son voyage en Egypte juste avant l’instauration de la dictature de Mohamed Morsi, Frère musulman.
    Les habitants de Carmaux sont donc excusables de ne pas être experts des ruses de l’islam. Les journalistes non, ou alors ils sont encore plus malhonnêtes qu’on le croit : Djamel Beghal, qui a inspiré les djihadistes qui ont commis l’attentat de Charlie Hebdo alors qu’il était lui aussi assigné à résidence, était lui un gars sympa : « tout le monde en garde un souvenir plaisant. Il était aimable, discret et poli », déclarait la propriétaire de l’hôtel qui l’hébergeait.
    En attendant, Daoudi maintient sa préparation en suivant des cours d’art martiaux.
  • Djamel Beghal, a préparé Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly, les djihadistes des attentats de Charlie Hebdo et de la supérette casher de Paris, pour leurs attentats, depuis sa cellule où un téléphone portable a été découvert. Il a été condamné le par le tribunal correctionnel de Paris à dix ans d’emprisonnement avec cinq coprévenus, et a donc été libéré 5 ans plus tard. Il a été de nouveau condamné à 10 ans de prison en 2014, il faut donc s’attendre à le voir libéré en 2019. Avec son passé, les risques qu’il tente de commettre un nouvel attentat sont quasi certains.
    Et ces journalistes nihilistes, des gauchistes de France Inter qui se pâment devant les terroristes avec la nostalgie des Brigades rouges, le bombardent « superstar ».
  • Mohamed Khattabi, l’imam de Montpellier qui prépare les esprits des jeunes à combattre pour Allah, est assigné à résidence et interdit de prêche. Il déclarait dans un de ses prêches : « Le musulman pour les Occidentaux, c’est un grand géant, mais il est en train de dormir et il est malade. Ils ont peur que ce géant malade (…) ne se réveille (…) Qu’est-ce qui arrivera ? Il reprendra sa place dans la sphère de la Terre, il reprendra son rôle, il va remettre les pendules à l’heure. » Mais il ne perd pas le nord pour autant. Lui et son épouse Nadia Mallem ont été condamnés, mercredi 18 mai 2016 par le tribunal correctionnel de Montpellier pour escroqueries aux prestations sociales, travail au noir, blanchiment de fraude fiscale, et recel aux prestations sociales.
  • Rachid Rafaa, né le 30 juin 1976 à Marrakech (Maroc) de nationalité marocaine, informaticien installé à Metz, dangereux, est membre d’al-Qaïda au Maroc (AQMI). Il fait l’objet depuis 2009 d’un mandat d’arrêt international émis par le Maroc pour « constitution de bande criminelle en vue de commettre des actes terroristes ».
  •  
    La bonne nouvelle : il a été assigné à résidence en Martinique. La mauvaise : hem… l’assignation à résidence à la Française. Il a disparu, on ne sait pas où il est depuis le 27 juillet dernier.
  • Mais surtout chers lecteurs, pas d'amalgames et répétez chaque matin au levé, "ce n'est pas l'islam" en prenant vos pilules
Islamistes assignés à résidence. Une vraie foutaise nationale.
Islamistes assignés à résidence. Une vraie foutaise nationale.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

jean-luc 04/08/2016 19:45

Comment peut-on, en sachant tout cela, cautionner un tel gouvernement et un tel président. L'opposition avouerait-elle son incapacité à relever le défi ? Je pense ne pas être le seul Français à me poser la question. Il doit bien y avoir une façon de dégager tous ces inutiles qui pompent notre pognon en se dorant la pilule et en plongeant notre pays dans un chaos annoncé.