« la gauche compassionnelle neu-neu a une lourde responsabilité » Par Elisabeth Levy

Publié le 15 Septembre 2016

Voici un extrait d'un article paru sur le Figaro d'Elisabeth Levy, qui met le fer là où cela fait mal. Déplorable état d'une situation française qui commence au niveau des communes de France. Les "Républicains ne sont pas en reste avec Nicolas Sarkozy et sa création du CFCM et ses amitiés avec l'UOIF émanation des frères musulmans, le soutien d'Ali Juppé à la Mosquée géante de Bordeaux, l'inauguration de la Mosquée d'argenteuil de Fillon, l'acceptation de constructions de Mosquées comme à Courbevoie, les subventions déguisées à l'association islamique de Puteaux, les accomodement raisonnables d'ailleurs.

Gérard Brazon

 

(...) vous proposez un audit des associations qui ne devrait pas enchanter tous les élus qui ont joué la carte du clientélisme musulman voire salafiste. Reste qu'on ne change pas les sentiments des gens comme ça…

Qui a dit que la reconquête des Territoires perdus serait une promenade de santé? Mais il serait absurde de regarder le désastre arriver sans rien faire. Il y a des millions de musulmans qui ont choisi leur camp, celui de la France, la France a le droit de choisir ses musulmans et le devoir de les aider à s'émanciper. Pourrissons la vie, par la loi et par la réprobation sociale, de ceux qui sabotent la chose commune avec leurs mœurs d'un autre âge. Arrêtons sans relâche les femmes en burqa, mettons-les à l'amende et si elles y tiennent tant, à leur armure, aidons-les à émigrer vers un pays plus accueillant comme l'Afghanistan. Interdisons aux maris d'emmerder les médecins de leurs épouses. Cessons de financer le prosélytisme associatif. Il y a beaucoup de petites choses à faire…

La guerre, c'est aussi un Etat autoritaire et coercitif. Vous risquez d'être tiraillée…

Elle suppose surtout un Etat qui parle d'une seule voix. Et là on ne sait plus très bien qui parle pour la France? Manuel Valls qui a soutenu les arrêtés anti-burqini, ou Najat Vallaud-Belkacem qui, soucieuse de ne pas s'aliéner les électeurs de Villeurbanne, y a vu une intolérable atteinte aux libertés? Jean-Pierre Chevènement ou l'inénarrable Thierry Tuot, cosignataire de l'arrêt du Conseil d'État, chantre de la «société d'inclusion», qui veut en finir avec la suprématie du français à l'école? Et bien sûr, l'Etat ne doit pas s'adresser à ses citoyens sur le seul mode coercitif. Il faut que ceux qui choisissent la France y aient toute leur place. Cela dit, l'urgence aujourd'hui est de rappeler la règle. Et bien sûr, de donner un coup d'arrêt à l'immigration (je ne parle pas ici des réfugiés de guerre). Le moyen le plus sûr de rater l'intégration de ceux qui sont là, c'est de laisser le flux des entrées se poursuivre.

Plus encore qu'une guerre contre l'islam politique, cette guerre est-elle finalement une guerre contre le «multiculturalisme» et l' «idéologie de la repentance»?

Si vous voulez dire que, au-delà des islamistes, la gauche compassionnelle neu-neu que j'évoquais a une lourde responsabilité dans le désastre: en effet, je suis convaincue qu'un des principaux aliments de la haine de la France a été le discours culpabilisateur et repentant martelé par une partie des élites. Voilà des années qu'elles expliquent à des générations de musulmans que nous sommes tous des Dupont Lajoie, des beaufs racistes, des salauds qui ont opprimé leurs grands-parents et exploité leurs parents. Ce discours a eu des effets terribles. S'ils nous détestent, dans bien des cas, c'est parce que des petits donneurs de leçons aveugles à ce qu'ils ont sous le nez leur ont appris à nous détester. Alors oui, c'est d'abord contre ce discours-là et contre son omniprésence dans les médias publics qu'il faut lutter. Il y a à France Inter le dernier quarteron d'immigrationnistes du pays. Plus celui-ci s'inquiète de la montée de l'islam radical, plus les journalistes tentent de nous convaincre qu'il n'y a aucun problème sinon celui des méchants réacs. Il y a quelques jours, j'ai entendu l'un d'eux parler, sans guillemets, de cette France populaire qui n'aime pas l'Autre. Quelle insoutenable prétention! Cette propagande financée par le contribuable est indigne d'une démocratie comme la France.

Une partie des «antiracistes» sont-ils les idiots utiles des Frères musulmans?

Certains, comme les indigènes de la République et tous ceux qui rejouent sans arrêt la guerre d'Algérie, ne sont pas des idiots utiles de l'islamisme mais des complices assumés. En revanche, il y a effectivement, à l'extrême gauche du paysage médiatique, un parti de l'Islam qui fait le jeu, sous couvert de libertés, de l'islam le plus archaïque. Plenel ou Lancelin se sentiront toujours plus proches d'un Tariq Ramadan ou peut-être pire, que d'Alain Finkielkraut. Ils trouveront toujours toutes sortes d'excuses à nos ennemis. Plus ils sont minoritaires, plus ils sont hargneux. Mais en vérité, ils ne représentent plus grand-chose idéologiquement.

L'ensemble de l'article et la suite ICI

Rédigé par Gérard Brazon

Commenter cet article