Ils osent menacer Robert Ménard pour crime de référendum ! Par Lucette Jeanpierre

Publié le 13 Octobre 2016

Pour Riposte-Laïque

Après Eric Zemmour, poursuivi par une avocate franco-tunisienne pour apologie du terrorisme (il fallait oser), après Pierre Cassen et Christine Tasin, harcelés judiciairement pour dire aux Français que l’islam et les musulmans les plus déterminés leur ont déclaré la guerre, après Philippe Vardon condamné à 6 mois de prison pour ne pas avoir laissé trois racailles le massacrer, voilà le tour de Robert Ménard !

Le crime du maire de Béziers ? Il a placardé partout dans sa ville des affiches annonçant à la population l’arrivée prochaine de migrants, suite à l’agrandissement de 40 places du CADA, situé en centre-ville, sans que le premier magistrat de la Ville, ni les élus, n’en soient informés par le Préfet Pouëssel, le même qui a empêché, ce samedi, Richard Roudier et la Ligue du Midi de défiler dans les rues de Montpellier.

Immédiatement, ceux qu’André Dufour appelait « Les Cafards du net » sont entrés en action. Les héritiers de ces bons Français qui dénonçaient les Résistants à l’occupant sont montés au créneau. Sos Racisme (ceux qui osent nier le racisme anti-blanc) a annoncé avoir saisi le Parquet de Béziers. La Dilcra, le nouveau machin antiraciste, véritable police politique, créé par Manuel Valls et présidé par le socialiste Frageul, a annoncé avoir fait un signalement, elle aussi, au Parquet. Ce sont les mêmes qui, histoire de montrer qu’ils servent à quelque chose, ont signalé au Parquet de Paris deux articles de Maxime Lepante, pour lesquels Pierre Cassen, qui n’a pourtant aucun titre officiel à Riposte Laïque, a été interrogé, hier.

Sur les Grandes Gueules, le maire de Béziers, attaqué par les bobos parisiens, remet à leur place les donneurs de leçons.

Donc, au-delà de ces affiches, la horde politico-médiatique hurle après Robert Ménard, coupable de vouloir consulter sa population sur la venue annoncée de ces nouveaux clandestins, que les autorités socialistes veulent lui imposer. Ainsi, tombant le masque, ceux qui n’ont que le mot « République » à la bouche, et jamais le mot « France » ont décidé que demander l’avis du peuple, comme voulait le faire le maire d’Allex, serait un abus de pouvoir, et donc illégal.

L’argument est un peu gros, mais les préfets socialistes, comme le nommé Spitz, dans la Drôme, s’en servent sans vergogne. Selon eux, à partir du moment où c’est l’Etat qui gère le logement d’urgence des médias, le maire d’une commune, pourtant concerné par les conséquences du choix de l’Etat, ne serait pas apte à demander l’avis de sa population. C’est aussi gros que si Juncker avait interdit à Orban de consulter les Hongrois, sous le prétexte que l’UE se serait attribué le rôle de répartir les clandestins dans tous les pays d’Europe, et que cela ne se discute pas.

On peut penser que les vautours de l’antiracisme vont fondre sur le maire de Béziers, et chercher à enrichir un pécule que les juges socialistes fournissent abondamment.

En attendant, tous les patriotes ne peuvent que soutenir l’initiative de Robert Ménard, qui sera votée en conseil municipal le 18 octobre prochain. On espère que le stalinien Aimé Coquet viendra avec son étoile jaune…

Par contre, pourquoi attendre le 8 janvier, comme le propose Robert Ménard ? Ne faut-il pas battre le fer quand il est chaud, alors qu’à cette date, le coup de force du préfet socialiste aura été mis en place. En attendant, espérons que nombre de patriotes se retrouveront, ce samedi, à Limoux, pour la journée « Ma Ville Sans Migrants ».

Que tous les maires concernés par l’installation de migrants organisent le même jour, dans toute la France, un référendum, et passent outre les escroqueries juridiques des préfets socialistes et de leurs complices juges.

N’en déplaise aux collabos de l’antiracisme et de la Dilcra, le peuple français ne veut pas de leurs migrants-envahisseurs, et, en démocratie, c’est la loi du nombre qui s’impose.

Lucette Jeanpierre

Ils osent menacer Robert Ménard pour crime de référendum ! Par Lucette Jeanpierre

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

marzin J 19/10/2016 18:06

Ras le bol des Migrants: pensons d'abord a nos paysans en détresse ;De nombreux suicides ! ! !

Pivoine 18/10/2016 17:38

Le terme envahisseurs aurait été plus approprié.

Aaron 13/10/2016 23:49

Pourquoi "migrants" ? Employons désormais le terme "indésirables ".

jean-luc 13/10/2016 19:43

Et après ces décisions, tous les branleurs qui gouvernent viendront nous parler de démocratie. Aussi lamentable que ce quinquennat qui s'achève ... ouf !